HANIA RANI Home

C’est entre Varsovie et Berlin qu’Hania Rani partage sa vie. Après de nombreuses et prestigieuses collaborations, et alors qu’elle compose aussi bien pour les cordes et le piano que pour la voix et l’électronique, l’envie la saisit un jour d’explorer plus avant l’ensemble des possibilités harmoniques du piano et d’en interpréter les sons à sa propre manière. De cette fascination pour un instrument riche de multiples facettes sonores, capable de s’adapter à tous les genres et de raconter toutes les histoires, est né « Esja », un premier album de piano personnel et délicat, paru l’année dernière et dans lequel elle confie se livrer tout entière.

En ce début d’été, la jeune artiste est de retour avec un nouvel album. Au piano épuré d’ « Esja », répond celui de « Home ». Comme le second tome d’une même oeuvre, et bien que sur le piano dépouillé du premier s’envolent cette fois par endroits un chant fragile et des touches d’électronique, « Home » se déploie dans la continuité d’une phrase qui doit ici trouver son achèvement.

Sans artifices, pudiques, et toujours mues d’une éblouissante sensibilité, les compositions d’Hania Rani sont de celles qui n’en finissent jamais de s’accrocher à l’âme. « Home » en est une nouvelle et magnifique illustration. Lire la suite

STILL MOTIONS Mirrors

Un retour aux sources dans la plus pure tradition du post-rock instrumental, c’est ce que proposent les Américains de Still Motions avec « Mirrors », leur premier album. Un petit opus en clair-obscur, à la fois intense et élégant, contant des histoires sans paroles dans lesquelles dansent les cymbales et chantent les guitares. A découvrir. Lire la suite

FIRST CAME THE SHADOW Aridity

Deux ans après un EP prometteur, les post-rockeurs niçois de First Came The Shadow sont de retour avec un premier album. Plus dense, plus noir, plus plein de désespoir que son prédécesseur, « Aridity » conte l’effondrement du monde. Ce monde dans lequel l’homme condamne la planète et se condamne, lui-même, à sa propre perte. En force, en puissance et en tension, First Came The Shadow signe un premier opus réussi, déclinant avec brio les nuances subtilement éclatantes de l’obscurité. Lire la suite

JOHN HAYES The Last Best Place

Sourdine. Dispositif destiné à atténuer l’intensité sonore des instruments de musique et à modifier leur timbre.

Sourdine. Bande de feutre intercalée entre les marteaux et les cordes d’un piano droit, amortissant leur impact et atténuant le niveau sonore.

En sourdine. Discrètement, à la dérobée, en secret.

En sourdine. Ainsi résonne « The Last Best Place », nouvel album du jeune compositeur américain John Hayes.

Un album à la beauté discrète et à la sensibilité rare. Un album pour soirs de larmes silencieuses et de paupières closes. Plus doux, plus tendre et plus plein de grâce qu’aucun autre. Lire la suite

BEACH HOUSE Space Song

Rêver éveillée est depuis toujours une de mes activités secrètes préférées.

Ces dernières semaines, enfermée dans mon petit studio sur les toits de Paris, je m’y suis adonnée plus que jamais. Sans aucune modération. Sans avoir à m’en cacher. Et la dream pop vaporeuse et ouatée de Beach House a été la compagne parfaite pour ça. J’ai donc décidé de lui rendre hommage en en faisant la douceur de ce mois-ci. Un mois qui signera peut-être, après de longues journées passées à l’intérieur de nous, le début d’une nouvelle ère, à l’extérieur. Lire la suite

FLIES ARE SPIES FROM HELL Final Quiet

Depuis sa naissance en 2004, en Angleterre, Flies Are Spies From Hell a donné le jour à pas moins de 2 albums, 4 EP, un album de remix, un single, et partagé la scène avec des groupes de renom tels que Maybeshewill, Russian Circles ou encore And So I Watch You From Afar. Il y a quelques jours, le quintet anglais dévoilait son troisième album, « Final Quiet ». Et ce n’est qu’à ce moment-là qu’il est entré dans ma vie, par les bons soins de l’excellent label Voice Of The Unheard.

Mais, comme j’aime à le répéter, il n’est jamais trop tard. Jamais trop tard pour découvrir un groupe ou un artiste, jamais trop tard pour être touché par sa musique. Surtout quand il s’agit d’un joyaux pareil. Avec « Final Quiet », Flies Are Spies From Hell prouve qu’il fait partie de ces perles de post-rock parvenant à faire parler de la manière la plus vibrante qui soit une musique sans parole. Là où guitares atmosphériques, basse ardente et percussions puissantes sont menées au paroxysme de l’émotion par les arpèges d’un piano incandescent. Un magnifique album à découvrir. Lire la suite

SURE 20 Years

Quand le présent semble absurde. Quand le futur semble tendre ses bras vers d’inexorables catastrophes. Quand l’esprit est, inlassablement, balloté d’une temporalité à l’autre. Tel est le monde que SURE peint à travers sa musique. Faisant danser ses notes dans l’obscurité. Exhumant les meilleures heures d’une cold wave sombre et obsédante.

SURE c’est Nicolas Di Vincenzo, Gregory Hoepffner et Michael Szpiner. Trois amis que les étranges coïncidences de la vie ont mené au même endroit, dans « la cave ». Lieu de fête fantasmé. Noir comme le post-punk et décomplexé comme la pop. Lieu de perdition aux voûtes poisseuses. Mais aussi véritable abri.

Il y a quelques semaine, la formation parisienne donnait naissance à « 20 Years », un premier album aussi noir et beau qu’une nuit sans lune. A savourer en dansant seul, et les yeux fermés. Lire la suite

BRAVERY IN BATTLE The House We Live In

En juin 2016, au Café de la Danse, je découvrais sur scène « The House We Live In », projet du collectif français Bravery In Battle. Expérience musicale et visuelle à la fois inédite et fascinante, « The House We Live In » interroge nos liens à la nature et au monde.

« Comment un groupe de musique peut-il parler des enjeux environnementaux ? », telle est la question à laquelle tente de répondre Bravery In Battle. Depuis de longues années, ce collectif qui dit se sentir à l’étroit dans l’utilisation de la musique comme moyen d’expression, cherche à abolir les frontières des genres et à créer des ponts entre des médiums et des disciplines qui se rencontrent rarement. « The House We Live In » marie ainsi la musique, la poésie, la voix parlée, la vidéo live, le post-rock, les instruments classiques, les sciences, l’écologie politique et le documentaire, en mettant à la fois en musique et en images des témoignages d’hommes et de femmes engagés, de la manière la plus audacieuse qui soit.

Ce beau projet, mûri de longue date, prend enfin forme cette année avec la publication d’un livre-photo contenant un CD et un DVD, et le retour de la formation sur scène lors de vidéo-concerts inspirés.

Et l’heure n’est-elle pas, ces jours-ci plus qu’aucun autre, propice à faire naître en chacun une volonté de repenser son rapport au monde et aux autres ? Lire la suite

HEKLAA Pieces Of You vol. 2 The Voices Works

Il m’arrive, quand je tombe d’amour pour un morceau de musique, de l’écouter pendant des heures. De l’écouter, et de le réécouter, encore et encore. Comme si je cherchais, non à l’user jusqu’à la corde et à m’en écoeurer, comme mon entourage me l’a souvent asséné sous forme de prédiction implacable, mais plutôt à en absorber toute la substantifique moelle. A en saisir l’essence. A me délecter du moindre détail. Et à faire durer le plaisir, encore et encore.

Mais j’ai beau faire partie de ces personnes qui aiment être amoureuses, ce phénomène de coup de foudre musical ne se produit pas si souvent. Or il se trouve que, sur chacun des albums signés heklAa, ce phénomène, d’une merveilleuse étrangeté, s’est produit pour moi à chaque fois.

Il y a d’abord eu ce « Songs In F », petit EP déposé dans ma boîte à lettres il y a six ans. Quelques mois plus tard, « My Name Is John Murdoch » est venu le rejoindre dans ma discothèque. Puis, l’année suivante, est apparu « Pieces Of You vol. 1 The Piano Works ». En voyant Totoromoon mentionné à l’intérieur de la pochette du disque, au milieu des petites lignes de remerciements que je lis toujours, mon coeur a bondi. Car quoi de plus émouvant que de se voir citée dans un album dont on est tombée amoureuse. Trois ans plus tard, un nouvel EP a vu le jour, « 1491 ». Et enfin, il y a quelques jours, le volume 2 de « Pieces Of You », intitulé « The Voices Works », m’est arrivé alors que je ne l’attendais plus.

Dans chacun de ces disques, des notes sont venues tout droit s’accrocher à mon âme. Discrètement et simplement. Sans en faire des tonnes. Posées là, dans leur plus simple et plus bel appareil, nées de la créativité d’un seul musicien, elles ont fait monter en moi cette sensation indicible d’être face à une évidence. L’évidence d’une beauté parfaitement accordée à une sensibilité, qui touche immédiatement. Et, pour ce que ces notes ont produit en moi, je ne saurai que vous recommander d’écouter l’ensemble des opus signés heklAa, le volume 2 de ces « Pieces Of You », tout juste paru, étant une beauté de plus à ajouter à son oeuvre. Lire la suite