PETER HOOK & THE LIGHT play Closer / Le Trabendo

20121218_210937

Peter Hook, Hooky pour les intimes, est le bassiste et l’un des membres fondateurs d’un groupe sensationnel, initiateur de la coldwave, Joy Division. Formé à Manchester en 1976, Joy Division s’inscrit dans la mouvance new wave, post-punk, avec ce son particulier, froid et minimaliste, symptomatique de la coldwave, sous-genre qui découle des deux premiers, et avec cette voix comme venue d’outre-tombe de la figure emblématique du groupe, le chanteur Ian Curtis.

Peu de temps après le suicide de Ian Curtis le 18 mai 1980, les trois musiciens restant décident de créer un nouveau groupe, New Order, avec Peter Hook à la basse, Bernard Sumner au chant, à la guitare et aux claviers et Stephen Morris à la batterie. Leur premier single regroupera les deux derniers titres écrits et composés avec Ian Curtis, Ceremony et In a Lonely Place.

Après avoir quitté New Order en 2006, c’est accompagné de quatre autres musiciens dont son fils Jack, formant le groupe The Light, que Peter Hook avait décidé de reprendre sur scène l’intégralité du premier album de Joy Division, « Unknown Pleasures », pour une série de concerts dont une date à Paris. Très émouvante et attachée à la mémoire de son groupe initial, sa prestation sur la scène du Trabendo l’année dernière a ainsi marqué les esprits des fans du groupe, la voix de Peter Hook remplaçant celle si sombre et particulière de Ian Curtis, sans toutefois trahir l’esprit singulier de ces titres fabuleux.

20121218_215024

C’est sur cette même scène qu’il est remonté ce lundi pour interprêter « Closer » dans son intégralité, le deuxième et dernier album du quartet mancunien enregistré en 1980 peu avant le suicide de Ian Curtis et publié en juillet après la mort du chanteur et le 45-Tours Love Will Tear Us Apart. Ainsi, la pochette de « Closer » est illustrée par une photographie prise au cimetière monumental de Staglieno, à Gênes, par Bernard Pierre Wolff.

Musicien d’exception, Peter Hook est à l’origine de lignes de basse mélodiques et singulières, qui sont la structure même des titres du groupe, bien plus qu’un simple accompagnement, et dont de nombreux musiciens se sont inspirés par la suite.

« Closer » est un album beau et fort, un chef d’oeuvre intemporel.

Ici, la basse rageuse est sur le devant de la scène, structurant ces compositions entêtantes et angoissées, autrefois portées par la voix hypnotique d’un Ian Curtis époustouflant à la fois de force et de fragilité. Au chant, sur la scène du Trabendo, la voix de Peter Hook remplace une fois de plus celle de Ian Curtis, et si l’effet est différent, peut-être un peu moins sombre, le rendu n’en est pas moins brillant.

Pour faire patienter la salle bien remplie du Trabendo ce lundi, les Clash en fond sonore sont une belle entrée en matière. Lorsque la musique s’arrête, un membre de l’équipe de tournée de Peter Hook vient nous traduire un petit mot écrit quelques minutes auparavant par Hooky lui-même pour remercier les fans venus nombreux, son groupe The Light, et dire l’émotion et le bonheur qu’il a à reprendre ces titres sur scène.

La salle est en émoi, l’excitation est palpable.

Avant d’entamer « Closer », le groupe joue quatre titres extraits d’autres opus, en ouvrant notamment sur l’un de mes préférés, l’envoûtant Atmosphere. Excellente ouverture d’un bal qui s’annonce grandiose !

Atrocity Exhibition et ses dissonances annoncent ensuite le début de « Closer » qui sera joué en entier et dans l’ordre d’origine, jusqu’au magnifique Decades avec ses claviers à l’atmosphère noire et ténébreuse.

Dans la salle les corps se balancent, les cris résonnent, l’ambiance est bouillante et les esprits littéralement happés par la musique.

Puis ce ne sont pas moins de 3 rappels, représentant 9 titres au total, dont nous gratifieront Peter Hook et sa bande, pour notre plus grand bonheur.

C’est noir et menaçant, c’est énergique, c’est beau, ça n’a pas pris une ride, c’est le plus bel exemple de musique à la parfaite intemporalité.

20121218_214636

Setlist du concert, Le Trabendo 17/12/2012 :

  • Atmosphere
  • Dead Souls
  • Leaders of Men
  • Novelty
  • Atrocity Exhibition
  • Isolation
  • Passover
  • Colony
  • A Means to an End
  • Heart and Soul
  • Twenty Four Hours
  • The Eternal
  • Decades

Encore :

  • These Days
  • Disorder
  • She’s Lost Control
  • Shadowplay

Encore 2 :

  • Digital
  • The Drawback
  • Transmission
  • Love Will Tear Us Apart

Encore 3 :

  • Ceremony

… … …

Voici Peter Hook & The Light jouant le légendaire Love Will Tear Us Apart :

Et Shadowplay et sa fameuse ligne de basse :

… … …

Mes deux titres préférés sur « Closer » :

Twenty Four Hours :

Decades :

Et Decades, version Peter Hook :

… … …

Et enfin les deux morceaux les plus chers à mon coeur du groupe :

Atmosphere :

Ceremony version Joy Division :

Et le Ceremony version New Order avec la voix de Bernard Sumner, chanson phare du film de Sofia Coppola, « Marie Antoinette » :

Vous l’aurez compris, j’aime autant la douceur que la noirceur enivrante, j’aime la musique qui ne laisse pas indifférent, qui emporte et tourmente, et la prestation de Peter Hook sur la scène du Trabendo en aura été une illustration parfaite, et la magistrale apogée d’une année musicale riche en concerts mémorables.

Totoromoon

joy division closer

Publicités

3 réflexions sur “PETER HOOK & THE LIGHT play Closer / Le Trabendo

  1. Pingback: Top Concerts 2012 | totoromoon

  2. Pingback: NEW ORDER Music Complete | totoromoon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s