JASON LYTLE Dept. Of Disappearance / Café de la Danse

Jason Lytle Café de la Danse 12.02.2013 (5)

Comme je l’écrivais dans mon Top de l’année 2012 (pour le lire ou le relire, c’est ici) au sujet de « Dept. Of Disappearance », 2e album solo de Jason Lytle : ça a le goût de Grandaddy, avec une touche de mélancolie douce-amère en plus, et c’est le magnifique album de celui qui nous laisse espérer la reformation pour de bon de ce groupe fantastique. Jason Lytle a le don de me réchauffer le coeur au beau milieu de l’hiver, et ses titres ont le pouvoir de tourner en boucle dans mon lecteur mp3 sans créer aucune sensation de lassitude.

Pour ceux qui n’auraient pas suivi le début de l’histoire, je vais revenir sur le pourquoi du comment de mon amour pour Jason Lytle et pour Grandaddy, ce groupe dont je regrette chaque jour la disparition, en reprenant des extraits de l’article que j’avais écrit l’année dernière sur le blog « Escape The Masses » pour une occasion spéciale…

Grandaddy, c’est d’abord un titre inclassable de 8’30 glissé sur une compilation confectionnée par celui qui allait quelques années plus tard devenir officiellement l’homme de ma vie. He’s Simple, He’s Dumb, He’s The Pilot, titre d’ouverture du magnifique « Sophtware slump » sorti en 2000, a été une révélation pour moi. Révélation parce qu’il représentait totalement celui que je venais de rencontrer et qui avait illuminé ma vie – assez troublée et cahotique à l’époque – sans vraiment le savoir.

Grandaddy, c’est un groupe de 5 musiciens formé en 1992 à Modesto, Californie, autour du génial Jason Lytle, passionné de musique et de skateboard. Quand je les ai découverts fin 2005, ils étaient à quelques semaines de se séparer et leur pop mélancolique et inspirée était elle à quelques jours d’envahir pour de bon ma discothèque. Grandaddy est de ces groupes qu’on vous fait découvrir à un moment clé de votre vie, et dont la musique est tellement pleine de sens, qu’elle restera à jamais gravée dans le temps, à ce moment précis où vous lui avez accroché une image, une rencontre, un sentiment. Ni une ni deux me voici donc avec ma compilation entre les mains me rendant chez Gibert et fouillant au rayon des Indépendants pour acheter tous les disques de ce groupe dont un seul titre m’avait saisi l’âme.

Grandaddy, c’est original, décalé, c’est plus profond que ça n’en a l’air, et ça fait du bien.

Avec un 1er album intitulé « Yours Truly, The Commuters », Jason Lytle a de son côté commencé une carrière solo, puis rejoint quelques comparses pour former un nouveau groupe, Admiral Radley, dont l’album « I Heart California » paru en 2010 rappelle le Grandaddy que l’on aime et a donc rejoint ma discothèque aux côtés des albums du groupe.

Mon for intérieur aurait souhaité que la reformation de Grandaddy pour une série de concerts l’été dernier soit suivie d’un nouvel album du groupe, mais ce ne fut pas le cas. Toutefois, avec son « Dept. Of Disappearance », Jason Lytle nous console de la manière la plus savoureuse qui soit : en nous offrant un sublime album à la fois solaire et mélancolique.

Jason Lytle Café de la Danse 12.02.2013 (3)

Vous comprendrez donc avec quelle émotion je me suis rendue cette semaine au concert de ce Jason Lytle dont la simple évocation me fait battre le coeur et remonter une foule de souvenirs romantiques en mémoire…

Le Café de la Danse est plein comme un oeuf : beaucoup de barbus fans de la première heure, et un accueil très chaleureux dès l’arrivée sur scène de l’attendu leader de ce regretté groupe de génies. Ce sera un concert presque exclusivement acoustique : Jason en homme orchestre avec son bonnet, sa guitare folk, son clavier et son harmonica, et son copain « Rusty » de l’autre côté de la scène, à la guitare et au clavier. Pas de batterie, pas d’électrisation ni d’orchestration comme on aime, mais un concert intime, porté par cette voix fragile et sensible.

Il y a ce grand piano entre les deux musiciens, et Chopin entre chacun des titres joués. Trois morceaux de Grandaddy et une dizaine d’autres de ses deux albums solos.

C’est très beau, c’est doux, le son est clair et parfait, mais ça a comme un goût de trop-peu… Il manque l’épaisseur que l’on connaît chez ce maître de l’émotion, il manque le jeu et les envolées stellaires, le rythme et les superpositions de couches mélodiques. Le talent est comme étouffé sous ces notes de guitare sèche, sous le côté désabusé d’un musicien qui n’a pas eu la reconnaissance qu’il méritait avec son groupe fantastique et qui semble fatigué. On est envahi par la tristesse, titre après titre, à l’écoute de ces paroles à la fois simples et riches, joliment écrites et portées par une voix vacillante et pleine de mélancolie. Mais on en aurait voulu plus, on en aurait voulu autrement… et une pointe de frustration amère nous gagne quand les lumières se rallument.

Jason Lytle Café de la Danse 12.02.2013 (6)

Tracklist de Dept. Of Disappearance :

  • Dept. Of Disappearance
  • Matterhorn
  • Young Saints
  • Hangtown
  • Get Up and Go
  • Last Problem of the Alps
  • Willow Wand Willow Wand
  • Somewhere There’s a Someone
  • Chopin Drives Truck To The Dump
  • Your Final Setting Sun
  • Gimme Click Gimme Grid

Jason Lytle Café de la Danse 12.02.2013

… … …

Quelques titres entendus ce mardi :

I’m On Standby (Grandaddy, « Sumday », 2003 – version de Jason Lytle en live, 2012) :

Matterhorn (version album, 2012) :

Yours Truly, The Commuter (version album, 2009) :

… … …

Et un titre sublime au piano que j’aurais tellement aimé entendre :

Somewhere There’s A Someone (2012) :

J’espère qu’un jour le monde aura un sursaut de lucidité et s’apercevra du génie des compositions de Jason Lytle et de nos Grandaddy, et que ceux-ci nous reviendront dans tout leur éclat originel. Vive le skateboard, vive Grandaddy et vive le talentueux Jason Lytle.

Totoromoon

Jason-Lytle-Dept-of-Disappearance

Publicités

3 réflexions sur “JASON LYTLE Dept. Of Disappearance / Café de la Danse

  1. Pingback: JASON LYTLE AND THE YOUNG RAPTURE CHOIR à La Gaîté Lyrique | totoromoon

  2. Pingback: JASON LYTLE Somewhere There’s A Someone | totoromoon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s