SIGUR RÓS Kveikur

sigur-ros-kveikur

Mes islandais préférés sont de retour avec un septième album, un an à peine après la sortie de « Valtari », joyaux de post-rock éthéré et poétique.

Marqué par le départ de leur pianiste Kjartan Sveinsson, cet opus signe, dès sa pochette, un tournant dans la discographie du groupe. Ce sera toujours fort d’une esthétique travaillée et singulière, mais ce sera sombre et inquiétant. 

On est loin ici du post-rock atmosphérique et languissant auquel Sigur Rós nous a habitués sur ses plus beaux morceaux. Dès l’ouverture du disque sur Brennistein, l’apocalypse semble s’être emparée du ciel islandais. Les volcans éclatent dans des sonorités métalliques, puissantes et dissonantes. L’atmosphère est lourde, la basse gronde, le rythme donne cette impression de suffocation assourdissante. Mais, si le titre détonne dans la discographie du groupe autant qu’il m’avait dérouté quand je l’ai découvert il y a quelques mois en live, sa très belle composition finit par m’emporter, tel un ouragan emportant tout sur son passage.

Quand on écoute plus attentivement l’album dans son ensemble, on retrouve, derrière le grondement, les ingrédients typiques du groupe :  les textures sonores épaisses et travaillées, les associations originales d’instruments singuliers, et bien sûr la voix de fausset extraordinaire de Jónsi.

Entre les phases apocalyptiques, dont Kveikur est très certainement l’apogée, des titres plus lumineux, tels Isjaki ou Stormur, rappellent les heures légères du groupe et apportent une touche d’espoir. De même, le souffle épique des islandais, brillamment illustré par l’électrisant Rafstraumur, est toujours présent, et ce pour le plus grand bonheur de nos tympans.

Quelques notes plus tard, viennent les emphases percutantes de Bláþráður. Et enfin, tel un instant de douceur mélancolique suspendu au creux du drame, Var, de ses touches de piano délicates, sans voix, clôt magnifiquement cet opus fort et poignant, rappelant que Sigur Rós sait surprendre tout en ne finissant pas d’enivrer.

Si vous avez manqué la prestation époustouflante du groupe lors de son dernier concert à Paris, vous pouvez vous rattraper en cliquant ici.

… … …

Tracklist de « Kveikur » :

  • Brennistein (Soufre)
  • Hrafntinna (Obsidienne)
  • Isjaki (Iceberg)
  • Yfirborð (Surface)
  • Stormur (Tempête)
  • Kveikur (Mèche)
  • Rafstraumur (Courant électrique)
  • Bláþráður (Mince fil)
  • Var (Abri)

Bonus tracks :

  • Hryggjarsúla
  • Ofbirta
  • Brennisteinn (Blanck Mass Instrumental Remix)

… … …

En écoute, 3 vidéos officielles :

La très puissante ouverture du disque, Brennistein :

Le titre éponyme de l’album, Kveikur :

Et le beau et lumineux Isjaki :

Et en bonus le live proposé par le groupe sur son site, interactif et à 360 degrés, à découvrir par ici… http://sigur-ros.co.uk/kveikurlive360/

Post-rockement vôtre,

Totoromoon

Publicités

Une réflexion sur “SIGUR RÓS Kveikur

  1. Pingback: Top Post-Rock 2013 | totoromoon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s