INTERPOL à l’Alhambra

Interpol Alhambra 24.06.2014 (1)

Alors qu’ils s’apprêtent à sortir leur cinquième album studio, baptisé « El Pintor », les New Yorkais d’Interpol, jusqu’alors habitués des grandes salles, sont venus régaler leurs fans il y a quelques jours avec un concert intimiste et mémorable dans la jolie salle parisienne de l’Alhambra.

Partis en quelques minutes, les billets pour cet événement se sont arrachés de haute lutte, bien que la réputation du groupe en live soit des plus glaciales. Mais c’était déjà à l’Alhambra que Paul Banks, chanteur et guitariste du groupe, était venu présenter ses deux albums solos lors de soirées bien plus chaleureuses et émouvantes que les précédentes prestations d’Interpol au complet… car il faut bien l’avouer, Interpol en live, c’est plutôt statique et sans réelle saveur. Et j’ajouterai même que les derniers concerts que j’ai vus d’eux manquaient cruellement de générosité. Pourtant, quand j’ai appris leur date à l’Alhambra, je n’ai pas hésité une seconde à la tentation de réentendre en live ce son que j’aime tant, et de leur donner une nouvelle chance de me séduire.

Et j’ai bien fait car, la semaine dernière, Interpol a littéralement fait vibrer la petite salle parisienne, devant un public conquis.

Interpol Alhambra 24.06.2014 (6)

Ce mardi soir de début d’été, c’est un rock froid et sombre qui a paradoxalement et merveilleusement enflammé l’Alhambra.

A peine un pied posé sur scène, qu’une vague de cris submerge la salle. Dans leurs costumes sombres et impeccables, les membres du groupe prennent place solennellement. Puis, la voix caverneuse de Paul Banks, après quelques mesures de chauffe, pose son chant sur la foule, conférant une atmosphère presque mystique au lieu. Illuminée de son aura, l’Alhambra s’embrase.

Du rouge au violet puis au bleu, le jeu de lumières est lourd de sens. De la chaleur au froid polaire, les spots répondent aux sons qui plongent l’auditoire dans les abysses d’une musique qui glace autant qu’elle réchauffe. Tel est l’art de l’héritage coldwave de Paul Banks et ses comparses.

Les plus anciens albums du groupe sont à l’honneur : c’est un titre de leur premier album, « Turn On The Bright Lights » paru en 2002, qui ouvre le concert, et ce sera également un titre de leur premier album qui le clôturera.

Interpol Alhambra 24.06.2014 (5)

Après Say Hello To The Angels, Evil et C’mere, tous trois acclamés par le public, un morceau inédit résonne dans la salle. My Desire a tout de ce que j’aime des derniers albums d’Interpol : une épaisseur sombre incomparable et une belle gravité. C’est moins enlevé, plus noir, plus posé, et de très bon augure pour l’album à venir.

Daniel Kessler égaie le flanc gauche de la scène de ses riffs de guitare, mais aussi de son sourire et de ses entrechats, tandis que Paul Banks s’accroche au micro et scande les paroles de son chant vibrant. Le nouveau bassiste qui accompagne le groupe en tournée sait quant à lui faire résonner les lignes de basse mythiques de chacun des morceaux (et il est tourné vers le public, lui, contrairement au titulaire originel du poste, Carlos Dengler, qui passait les concerts dos à l’auditoire).

Derrière eux, le batteur Sam Fogarino, son énergie et ses petites lunettes, et le pianiste, caché derrière ses claviers et ses longs cheveux. Le quintet, ce soir, semble heureux de partager ce moment avec ses fans, et c’est un plaisir à voir et à entendre. Presque un envoûtement.

Pour ma part, j’exulte quand j’entends les premiers accords de Not Even Jail, l’un des morceaux qui doit avoir le plus grand nombre d’écoutes dans mon baladeur MP3. Car oui, quand j’aime, j’écoute régulièrement, et en boucle.

Deux autres nouveautés viennent s’intercaler dans la setlist : Anywhere, et All The Rage Back Home, toutes deux très réussies. J’ai décidément hâte d’entendre le nouveau bijou annoncé par ces titres.

C’est sur le tube défouloir Slow Hands que s’achève la première partie du concert… le public tape du pied et s’époumone à en perdre les sens. Fracassante, telle est la fin du show.

Interpol Alhambra 24.06.2014 (3)

Si je regrette l’absence de certains morceaux plus récents que j’aime beaucoup, et notamment l’absence totale de titres d’ « Our Love To Admire », très bel opus paru en 2007 et abritant quelques pépites, je suis néanmoins enchantée par une setlist puissante… et comblée au-delà même de mes espérances par un rappel fantastique.

La clameur est si forte dans la foule qu’elle fait trembler la salle. Et quand, après quelques minutes, le groupe revient sur scène pour interpréter trois morceaux supplémentaires, c’est une véritable liesse qui l’acclame.

Lights, sublime composition du dernier album en date, « Interpol » sorti en 2010, ouvre le rappel pour le plus grand bonheur de mes sens en émoi. Puis mes appels silencieux à entendre un autre titre à la symbolique forte pour moi sont entendus par le groupe qui enchaîne avec Stella Was A Diver And She Was Always Down. Titre à forte teneur symbolique et romantique en effet, puisque c’est lui que faisait jouer mon chéri dans le téléphone il y a de cela près d’une décennie, quand nous nous sommes rencontrés. Enfin, Obstacle 1 clôt magnifiquement ce rappel fort en émotions.

Ce soir, Interpol, par ce set d’1h30 court mais intense et un rappel en apothéose, aura véritablement réussi à illuminer l’Alhambra.

Setlist du concert, L’Alhambra 24/06/2014 :

  • Say Hello To The Angels
  • Evil
  • C’mere
  • My Desire
  • Hands Away
  • Not Even Jail
  • NYC
  • Anywhere
  • Narc
  • Leif Erikson
  • All The Rage Back Home
  • PDA
  • Slow Hands

Encore :

  • Lights
  • Stella Was A Diver And She Was Always Down
  • Obstacle 1

Quelques morceaux joués à l’Alhambra, à découvrir ou redécouvrir :

Lights (vidéo officielle) :

Not Even Jail (live) :

Stella Was A Diver And She Was Always Down (live à New York) :

Interpolement vôtre,

Totoromoon

 

Publicités

3 réflexions sur “INTERPOL à l’Alhambra

  1. Pingback: Mes concerts 2013/2014 | totoromoon

  2. Pingback: INTERPOL El Pintor | totoromoon

  3. Pingback: Top Concerts 2014 | totoromoon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s