MONO The Last Dawn / Rays Of Darkness

Après « For My Parents », paru en 2012 (ma chronique, ici), les post-rockeurs japonais de Mono sont de retour avec deux nouveaux albums. Ces deux opus sortis à la même date se veulent comme « deux parties opposées et complémentaires de la même histoire ». Une histoire en clair obscur.

Mono_The Last Dawn

Une fois digéré le constat douloureux lié au concept « deux albums sortis à la même date ne forment pas un double album », duquel résulte le fait de devoir débourser non pas une, mais deux fois 14 euros pour acquérir ce duo de jumeaux, on peut se pencher (en savourant chaque note chèrement payée) sur l’écoute de ces opus venus du lointain.

Le premier, « The Last Dawn », est la partie claire. Ses six titres sont des compositions post-rock classiques mais délicates. Calmes et orchestrales. L’ouverture du disque, The Land Between Tides / Glory, de ses cordes discrètes et de sa jolie mélodie, sait se faire somptueux. Puis, tout au long des morceaux, violoncelle, violon et piano se joignent aux guitares et aux percussions dans un mariage harmonieux et, comme toujours chez Mono, orchestré avec soin. Quelques saturations à la fin de Where We Begin apportent une touche d’intensité au creux des plages atmosphériques et lumineuses du disque.

Beaucoup ont trouvé cet opus fort ennuyeux. Pour ma part, je le trouve fidèle à ce que j’aime chez Mono : une délicatesse tout en subtilité et en finesse, de laquelle affleure toujours une émotion.

Un disque qui prendra certainement toute son ampleur en live.

Tracklist :

  • The Land Between Tides / Glory
  • Kanata
  • Cyclone
  • Elysian Castles
  • Where We Begin
  • The Last Dawn

Mono_Rays Of Darkness

Le second, « Rays Of Darkness », est la partie obscure. Point d’arrangements orchestraux ici mais le retour à un post-rock de guitares brutes et abrasives. Les deux premiers titres sont toujours relativement classiques dans leurs compositions, mais plus arides, plus explosifs et plus sombres que ceux du premier opus. Les sonorités sont différentes mais réussies, d’une beauté magnifiquement inquiétante.

Et puis il y a cette surprise sur le troisième titre de l’album, quand tout à coup s’invite une voix de métal hurlant. Le chanteur du groupe Envy pose sa voix, ou plutôt, ses hurlements lugubres, sur le morceau. Et c’est là que les amateurs de post-métal seront ravis, et c’est là que, pour ma part, je zappe sur le titre suivant. Mais The Last Rays, le dernier titre, est lui aussi inhabituel : un étrange ovni aux guitares distordues qui arrive comme un cheveu sur la soupe et n’a rien à voir avec le reste. Ces deux morceaux sont étonnants, certes, mais pour moi, ils ne sont plus Mono et ce que j’aime chez eux.

Et il est fort dommage que le disque, très court, s’arrête là.

Tracklist :

  • Recoil Ignite
  • Surrender
  • The Hands That Holds The Truth
  • The Last Rays

A écouter, Recoil Ignite :

Site web : http://www.monoofjapan.com

Pour les amateurs, rendez-vous le 11 décembre au Trabendo.

Totoromoon

Publicités

2 réflexions sur “MONO The Last Dawn / Rays Of Darkness

  1. Pingback: MONO & HELEN MONEY au Trabendo | totoromoon

  2. Pingback: Top Post-Rock 2014 | totoromoon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s