MAN IS NOT A BIRD Survived The Great Flood

Man Is Not A Bird_Survived The Great Flood

Le premier album des post-rockeurs parisiens de Man Is Not A Bird vient de paraître chez Splendid Records. Man Is Not A Bird, c’est un groupe dont je vous ai déjà parlé à plusieurs reprises, notamment lorsqu’ils ont dévoilé leur première vidéo officielle (The Sounds Of Spring, à revoir ici) et lancé le financement participatif de leur premier LP, paru ce 30 mars. Entre post-rock instrumental et math-rock syncopé, leur musique dispense une énergie contagieuse et ravageuse. Et cet album, intitulé « Survived The Great Flood », est à la hauteur de ce que j’attendais du groupe, après les avoir entendus plusieurs fois en live. Une vraie réussite.

La faune et la flore sont colorées et foisonnantes, telles que peintes sur la pochette du disque. Elles semblent nous dire qu’elles ont bel et bien survécu au déluge et qu’elles n’en sont que plus sauvages et luxuriantes, comme le laisse entendre le titre intrigant de cet opus.

Enjouée, positive, soutenue par une batterie pleine de fougue, la musique de Man Is Not A Bird est énergique et un brin sauvage, à l’image de cette pochette et de ce titre. Pour autant, elle n’oublie jamais les mélodies, déployées grâce à des guitares qui savent se faire aussi bien abrasives qu’aériennes. Les rythmes sont saccadés, rapides, tandis que les guitares s’envolent et que les notes dansent au gré des variations de puissance.

Après une entrée en matière instrumentale et tout en nuances, entre dynamisme et douceur, la voix fait son apparition sur le deuxième titre, Running Endlessly. C’est une voix féminine, américaine, qui semble sortir des profondeurs, au loin, pour enrichir la mélodie dans la deuxième partie du morceau. Un ajout vocal nouveau pour le groupe et tout à fait réussi. Chacun des titres de l’album se déroule ensuite à bonheur, entre joie, chaleur et gravité, et tous sont à la fois simples, incisifs et emplis d’une belle profondeur. J’aime particulièrement le morceau Tendresse, ses cordes de guitare effleurées, sa batterie montant en puissance et son sample de voix féminine issu de la bande annonce du film « A Bout de Souffle », qui scande des mots en français avant de se taire pour laisser place à une effusion de notes qui emportent tout sur leur passage. Un régal. J’aime Symphony et ses guitares qui chantent. J’aime aussi l’insertion de sonorités électroniques sur le plus doux Yugen, puis l’enchaînement avec Explorer et ses voix masculines unies en forme de choeur puissant et d’allégresse. J’aime enfin Paradisae Apoda, ces oiseaux de paradis qui font la belle clôture d’un album aussi riche de tensions que de subtilités.

Un titre supplémentaire, intitulé D.I.P et dont le groupe a réalisé une vidéo, apparaît sur la version officielle et finale de l’album, sous le label Splendid Records. Ce titre, financé par le label et enregistré plus tardivement, est le seul qui n’ait pas été enregistré avec la formation originelle du groupe, celle-ci ayant changé peu avant la sortie du disque.

Pour ma part, si j’ai regretté l’annonce du changement de line-up peu avant la sortie du disque, je suis malgré tout très fière d’avoir apporté ma contribution au financement participatif ayant permis l’enregistrement de cet excellent premier album. J’espère que de nombreux autres suivront.

Voici la vidéo officielle du titre Running Endlessly (avec la chanteuse américaine Alexandra Morte) :

Tracklist de l’édition vinyle envoyée en avant-première aux crowdfunders :

  • Troglodyte
  • Running Endlessly (feat. Alexandra Morte)
  • Survived The Great Flood
  • Change Of Scenery
  • Tendresse
  • Troy
  • Symphony
  • Yugen
  • Explorer
  • Paradisae Apoda

Site web : http://manisnotabird.com/
Bandcamp : http://manisnotabird.bandcamp.com/

Et en bonus la bande annonce du film « A Bout De Souffle » de Jean-Luc Godard, que l’on entend dans le titre Tendresse :

Très bon week-end à tous,

Totoromoon

Publicités

6 réflexions sur “MAN IS NOT A BIRD Survived The Great Flood

  1. Excellent album en effet, super varié, punchy, melodique, c’est plaisant de voir qu’en france on est aussi capable de faire du post-rock 🙂

    Par contre j’ai pas suivis les changement de lineup, que c’est il passé ?

    • Tout à fait d’accord avec toi Jean-Sébastien ! Pour ce qui est du changement de line-up, le groupe a en fait changé de bassiste et de batteur avant la sortie de l’album, en raison de volontés et d’emplois du temps divergents, et l’annonce de la séparation n’a médiatiquement pas été très bien gérée (le batteur originel, Adrien, l’évoque notamment sur son blog).

  2. Pingback: QUIET / CALM vol. III : La Compilation Post-Rock de la Rentrée | totoromoon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s