CASPIAN Dust And Disquiet

Caspian_Dust and Disquiet

Je n’ai plus à vous présenter Caspian, ces post-rockeurs des collines du Massachusetts, dont je prédis l’avenir prometteur depuis la parution de leur excellent premier album, « The Four Trees », en 2007. Ces post-rockeurs qui ont confirmé leur talent grâce à un deuxième puis un troisième album, tous deux non moins excellents que le premier, « Tertia » (2009), et « Waking Season » (propulsé directement au sommet de mon top post-rock 2012). La parution de « Dust And Disquiet » il y a quelques jours, n’a fait que continuer d’entretenir mon amour pour un groupe qui ne cesse de se renouveler sans se trahir. Un groupe qui confirme à chaque nouvelle parution qu’il fait bel et bien partie des grands noms du post-rock, dans un style bien à lui, affranchi des codes du genre. Ebouriffant, épique et intense. A savourer sans modération.

 » « Dust And Disquiet » est le produit d’une introspection, de quatre saisons de nuits blanches, de beaucoup de travail acharné, et du désir de se réapproprier précisément ce que nous aimons tous dans la musique, à la fois en tant qu’individus et en tant que groupe. C’est lourd, c’est doux, c’est intense, c’est épique… c’est un album de Caspian. Vous pourrez aussi y trouver quelques surprises. Nous essayons toujours de raconter une histoire à travers chacun d’eux (…) et « Dust And Disquiet » ne fait pas exception.  » C’est ainsi que Caspian présentait son nouvel album à paraître, il y a de cela quelques mois.

Né le 25 septembre, « Dust And Disquiet » est ainsi le quatrième album du groupe. Un album que j’attendais avec impatience, et dont je vous avais déjà présenté un premier extrait, Sad Heart Of Mine, peu avant l’été.

Avec ce nouvel opus, Caspian nous prouve qu’il sait tout faire, et qu’il excelle en tout. Avec pour base des sonorités de post-rock instrumental traditionnel, il officie aussi bien dans le post-rock atmosphérique, que dans les chansons folk à texte, en passant par le métal abrasif et l’électro aux rythmes syncopés. Un groupe caméléon, mais qui a cette capacité à garder une identité forte et singulière. Et à continuer de ravir et surprendre mes tympans à chaque nouvel album.

« Dust And Disquiet » s’ouvre en douceur. Separation No.2 offre une belle introduction au disque, de ses sonorités subtiles et éthérées, faisant se côtoyer guitares langoureuses, cordes et effets de trompettes. Une plongée dans l’univers du groupe qui introduit merveilleusement le deuxième titre, Ríoseco. Ici, les percussions font leur entrée. Puis la basse rejoint les guitares crystallines et de nouveaux effets de violons, transportant dans un beau voyage de près de 8 minutes. Vient ensuite Arcs Of Command, troisième titre et dernier des trois morceaux dévoilés par le groupe avant la sortie du disque. Un morceau qui, même sorti de son contexte, était marquant. Il l’est d’autant plus lorsqu’on le remet à sa place dans ce disque. Montée en intensité, sonorités métalliques et puissantes, guitares distordues, le tout fait à la fois monter les larmes et la rage au ventre. Magistral.

S’ouvre alors ce que je conçois comme la deuxième partie du disque, après un trio de tête qui suffit déjà à convaincre l’auditeur qu’il doit impérativement avoir ce disque en bonne place dans sa discothèque. Echo And Abyss propose une surprise inattendue : du chant dans un opus à dominante instrumentale. Du chant grave et lourd, qui se confond avec les guitares dans un morceau puissant et abrasif, dans la continuité métallique du précédent. Run Dry, pousse la surprise encore plus loin : le chant domine le morceau, doux et triste, le chant est le morceau, accompagné simplement d’une guitare acoustique. « So weep til you drown / Or until you run dry »… « Pleure donc jusqu’à te noyer / Ou jusqu’à t’assécher totalement »… Une pièce folk mélancolique au creux d’un opus de post-rock intense et ébouriffant. Un pari osé, en forme de parenthèse enchantée. Equal Night vient clore cette deuxième partie, en forme de petite coda éthérée, suspendue dans le temps.

Ce qui m’apparaît comme la troisième et dernière partie du disque débute alors, avec le joli Sad Heart Of Mine. Ici résonnent des arpèges de guitares à la fois ciselées, éthérées et scintillantes. La mélodie se fait plus légère, tandis que la mélancolie de ce coeur triste se lit en filigranes à travers les notes d’un clavier délicat. Et, au-delà de la tristesse, se déploie un morceau chargé d’espoir et riche en émotions. Darkfield, deuxième extrait dévoilé avant parution, fait la part belle aux percussions, de par la présence puissante de rythmes appuyés qui volent presque la vedette aux guitares. Une autre parenthèse acoustique intervient alors, Aeternum Vale. Moment propice à reprendre son souffle avant de s’engouffrer dans le dernier titre, celui qui a donné son nom à l’album, Dust And Disquiet. Un titre épique et mélodieux, tout en crescendos et decrescendos, admirablement construit et fort en émotions. Parfaite conclusion d’un album absolument réussi.

« Dust And Disquiet », le nouvel indispensable sorti tout droit du génie de Caspian.

A écouter, Arcs of Command :

Darkfield :

Et en bonus, un mini documentaire consacré à l’album :

Tracklist :

  • Separation No. 2
  • Ríoseco
  • Arcs Of Command
  • Echo And Abyss
  • Run Dry
  • Equal Night
  • Sad Heart Of Mine
  • Darkfield
  • Aeternum Vale
  • Dust And Disquiet

Site web : http://caspianmusic.net/
Caspian sur le site de Triple Crown Records : http://triplecrownrecords.com/artists/caspian/

Les post-rockeurs de Caspian seront en concert à Paris, au Divan du Monde, le 8 novembre. Avis aux amateurs.

Totoromoon

Caspian au Hellfest 2014 (merci à mon collègue Jean-Marc pour la jolie photo)

Caspian au Hellfest 2014 (merci à mon collègue Jean-Marc pour la jolie photo)

Publicités

Une réflexion sur “CASPIAN Dust And Disquiet

  1. Pingback: Top Post-Rock 2015 | totoromoon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s