BOIRA Si De La Runa Naixés

Boira_Si de la runa naixes

C’est en juillet qu’est paru le premier album des post-rockeurs catalans de Böira. J’en avais entendu un titre sur la fabuleuse compilation « Quiet / Calm », dévoilée à la fin de l’été par The Death Of A Modernist et Post-Rock Essentials (ma chronique à retrouver ici), mais je n’ai eu que récemment l’occasion de découvrir l’album entier. Et ce fut une bien belle découverte que celle de « Si De La Runa Naixés ».

La définition de « böira », le brouillard, apparaît sur le Bandcamp du groupe. Ainsi se décrit-il, particules d’eau en suspension dans l’air, rendant la visibilité difficile… pourtant, Böira ne nous conduit pas dans le brouillard, au contraire. Ici, les guitares sont puissantes, les rythmes échevelés, et les éclats sonores scintillants.

J’aime particulièrement le titre d’ouverture, El que escolten els arbres, ses guitares dentelées puis distordues, ses percussions lourdes, ses claviers mélodieux et ses variations d’intensité. Un titre de près de dix minutes foisonnantes, jusqu’à son déchaînement final. Le deuxième titre, Glasgow, continue dans la droite ligne de l’intensité précédente, décrochant un instant en son centre des effets métalliques pour un interlude de guitares aux sonorités plus brutes. Et puis, tout à coup, il y a ces cris en choeurs façon math-rock. Un petit aperçu sur le troisième morceau, Volcano, très rythmé, puis un deuxième sur le titre suivant, Allau. Sur ce dernier, le cri d’un homme vient transpercer la mélodie. Il n’a pas la voix gutturale du métal, mais son cri est déchirant. Il hurle quelques secondes de protestations éraillées avant d’être rejoint par le choeur du morceau précédent, dans un éclat de voix enjouées. Surprenant et, je dois bien l’avouer, réussi. Non que je me mette tout à coup à aimer les incursions de cris du métal, mais cet interlude extravagant me fait ici davantage penser à un élan du corps que la musique aurait sorti d’elle tout à coup, comme un besoin irrépressible d’extérioriser quelque chose. Une protestation. Un cri du coeur. Le beau Refugi où des pianos mélancoliques côtoient les guitares saturées vient ensuite clore cet album, dans un crescendo savoureux.

Un premier album prometteur. A découvrir.

A écouter :

Tracklist :

  • El que escolten els arbres
  • Glasgow
  • Volcano
  • Allau
  • Refugi

Bandcamp : https://boiramusica.bandcamp.com/releases
Facebook : https://www.facebook.com/boirapostrock

Totoromoon

Publicités

2 réflexions sur “BOIRA Si De La Runa Naixés

  1. Pingback: QUIET / CALM vol. III : La Compilation Post-Rock de la Rentrée | totoromoon

  2. Pingback: Top Post-Rock 2015 | totoromoon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s