KOKOMO Monochrome Noise Love

Kokomo_Monochrome Noise Love

Kokomo est un groupe de post-rock à guitares et à forts décibels. Né en Allemagne, il s’apprête à donner naissance à son quatrième album, intitulé « Monochrome Noise Love ». Le groupe revendique cet album comme le premier écrit et enregistré sous forme de quintet, explorant des sons différents de ses précédents opus.

Un disque sombre et hanté, à découvrir.

Sur sa page Bandcamp, le groupe dit de « Monochrome Noise Love » qu’il est « plus sombre et plus sophistiqué que ses précédents albums », mais qu’il « sonne comme du Kokomo, authentique, imparfait, fragile et fort ».

Si vous aimez les tonitruances de guitares et les tempêtes de cymbales, cet album est fait pour vous.

J’aime beaucoup la pochette du disque, à la jolie esthétique et aux couleurs passées, sur lesquelles vient contraster une forme géométrique noire et blanche. Comme si, sur une poésie délicate et désuète aux couleurs tendres, venait se poser toute la rigueur d’une modernité froide et épurée.

Le quintet développe dans ce nouvel opus des sonorités métalliques tout en puissance rageuse. Ici, chaque titre parle pour lui-même et peut s’écouter indépendamment des autres. Malgré tout, la constante des vibrations saturées venues de sombres profondeurs est bien là, à chaque détour.

« Monochrome Noise Love » est un album long, proposant dix titres dont six qui avoisinent les 8 minutes. L’ensemble est du coup peut-être un peu répétitif dans les saturations à mon goût. Néanmoins, avec sa jolie ouverture à la voix lointaine et féminine, Pills and Pillows, et ses morceaux plus doux, Beware of Pity et I’m Not Dead, le groupe distille des respirations bienvenues pour son auditoire. Celles-ci aident l’album à gagner en profondeur, offrant des contrastes réussis. J’aime particulièrement les incursions de cor, trompette et trombone sur Pills and Pillows et I’m Not Dead, et de violon sur Kill the Captain, Feed the Fishes et sur le beau Beware of Pity. Je regrette néanmoins de devoir systématiquement sauter Me vs Myselves quand j’écoute l’album, du fait de l’apparition de cette grosse voix qui hurle et qui me ferme les tympans… Mais ce ne sont que 2 petites minutes sur un ensemble réussi. Et surtout, je ne regrette jamais d’être allée jusqu’au dernier morceau de ce disque, puisque Kokomo nous a réservé le meilleur pour la fin, avec ce morceau magnifique qu’est Deathmaster Danger Dance. Sans conteste mon morceau préféré du disque, il déploie des plages à la fois atmosphériques et hantées, jouant du calme et de la tempête, des ruptures et du déchaînement sonore. Une clôture de toute beauté.

« Monochrome Noise Love » sort dans deux jours via le label I Corrupt Records, et Kokomo sera en tournée en mars, mais pour le moment aucune date n’est prévue en France. A suivre.

A écouter, Deathmaster Danger Dance :

Tracklist :

  • Pills and Pillows
  • Kill the Captain, Feed the Fishes
  • Monochrome Noise Love
  • Licht/Staub
  • Juengling mit Apfel
  • Beware of Pity
  • I’m Bill Murray
  • I’m Not Dead
  • Me vs Myselves
  • Deathmaster Danger Dance

Bandcamp : http://kokomoband.bandcamp.com/
Facebook : https://www.facebook.com/kokomoband/

Le site web de I Corrupt Records : http://icorruptrecords.com/

Totoromoon

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s