YNDI HALDA Under Summer

Yndi Halda_Under Summer

C’est il y a près de dix ans que paraissait le somptueux « Enjoy Eternal Bliss » des post-rockeurs anglais de Yndi Halda. Un quatre titres d’une heure, autoproduit, acclamé par la critique et culte chez les amateurs du genre (ma chronique à retrouver ici). Dix ans plus tard, alors que les fans du groupe n’y croyaient plus, Yndi Halda vient de donner le jour à un nouveau quatre titres, paru le 4 mars chez Big Scary Monsters. Lui aussi dure une heure, et lui aussi est somptueux.

A la fois merveilleusement délicat et magiquement lumineux, « Under Summer » prouve que le groupe manie l’art de composer avec brio. Et toujours avec ce son unique, reconnaissable entre mille, qui le distingue des autres ténors du genre. Car ici, le post-rock se teinte d’une jolie tendance folk et d’arrangements classiques originaux et audacieux. Les voix, beaucoup plus présentes que sur leur précédent opus, sont intégrées avec légèreté, comme si elles formaient un instrument supplémentaire plus qu’une ligne directrice, et sans que le groupe ne dénature sa patte originelle.

Elles se marient ainsi à bonheur aux guitares, violons, banjo, piano, percussions et autre glockenspiel présents dans ces quatre nouveaux morceaux, tels quatre mouvements d’une symphonie. Chacun dure entre 10 et 18 minutes, et se déploie avec grâce, dans une fluidité qui ne laisse jamais place à l’ennui. Délicates, subtiles et élégantes, telles sont les compositions de ce nouvel opus.

Together Those Leaves, le titre d’ouverture, semble prendre vie peu à peu, à mesure que résonnent un à un les instruments. La guitare d’abord, la voix en retenue de James Vella et le violon ensuite. Puis viennent les choeurs et la batterie. L’ensemble, doux et apaisé, se répond avant de s’entremêler dans un délicieux crescendo. Golden Threads from the Sun, sans conteste mon morceau préféré du disque, continue dans l’illustration de ce que le groupe sait faire de mieux. Des parties chantées lumineuses, des montées en puissance sublimes alternant avec des silences intrigants, des variations d’émotions, des nappes mélodiques riches et fascinantes. Le groupe oriente son post-rock vers une folk à la fois légère et mélancolique, et le fait avec talent. L’orchestrale Helena vient ensuite, pièce sans explosion, mais subtilement déchirante. This Very Flight, que les fans ont déjà pu entendre en concert ces dernières années, clôt joliment l’opus de sa mélodie et de son rythme enivrants.

Yndi Halda a bien fait de prendre son temps pour composer ce disque. « Under Summer » est riche et réfléchi. Lumineux et apaisé, il ne met jamais de côté l’espoir, toujours omniprésent dans les compositions du quintet anglais. Les mouvements semblent ainsi posés délicatement sur un fil, que l’on déroule à bonheur et qui emporte loin, très loin. Le long de chacune des pièces, au gré de paysages sonores lentement peints, le travail sur les détails et sur les textures est remarquable. L’auditeur, patient et attentif, doit lui aussi prendre le temps d’en savourer chaque parcelle.

Une nouvelle merveilleuse beauté signée Yndi Halda.

Pour le découvrir :

Tracklist :

  • Together Those Leaves
  • Golden Threads from the Sun
  • Helena
  • This Very Flight

Site web : http://www.yndihalda.com/

Bandcamp : https://bsmrocks.bandcamp.com/album/under-summer
Facebook : https://www.facebook.com/yndihalda

Totoromoon

Publicités

Une réflexion sur “YNDI HALDA Under Summer

  1. Pingback: Top Post-Rock 2016 | totoromoon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s