BANTAM LYONS Melatonin Spree au Point Ephémère

Bantam Lyons Point Ephémère 24.03.2016 Totoromoon

Mes rockeurs bretons préférés étaient de retour à Paris la semaine dernière pour présenter en live leur nouvel album. « Melatonin Spree » sort officiellement le 1er avril, mais j’ai eu la chance de pouvoir me le procurer en avant-première à l’occasion de la venue du groupe pour un concert mémorable au Point Ephémère. Depuis, il tourne en boucle à plein volume non seulement dans ma chaîne hi-fi, mais aussi dans les enceintes de mon ordinateur, dans mon baladeur MP3, à la maison, dans la rue, dans le bus, dans le métro, au bureau… partout. « Melatonin Spree » est devenu une obsession.

Je l’avais déjà dit, mais ce sera désormais écrit : je suis amoureuse des Bantam Lyons.

Depuis un an et ma découverte de l’EP « I Want To Be Peter Crouch » (ma chronique ici), Bantam Lyons n’en finit plus de me subjuguer de son rock tourbillonnant, fiévreux et obsédant.

Deux concerts (mes live reports ici, et ) et un autre EP plus tard (classé EP de l’année dans mon top 2015, ma chronique ), les rockeurs bretons ont confirmé qu’ils occupaient une place de choix dans le coeur de la musique addict que je suis. Avec ce nouvel album, ils remportent à présent la palme du groupe qui aura récemment su me transporter le plus, tous genres confondus.

Un bijou à vous procurer de toute urgence.

Bantam Lyons Point Ephémère 24.03.2016 (2) Totoromoon

Avant de le dévorer sur disque, j’ai donc découvert « Melatonin Spree » en live à Paris la semaine dernière, dans une de mes petites salles parisiennes préférées, le Point Ephémère. De très belles conditions pour découvrir l’intégralité de ces nouveaux morceaux dont certains avaient déjà été dévoilés par le groupe en janvier lors de son passage à la Mécanique Ondulatoire.

Sur cet album, Bantam Lyons développe sept titres d’un rock plus sombre et plus intense que jamais, aux teintes shoegaze et aux mélodies impeccablement écrites. Il y a cette atmosphère caverneuse et ces émotions qui remuent tout au fond. Il y a l’envolée de rythmes accrocheurs, le jaillissement des guitares, l’envoûtement de la basse et le clavier tantôt tourbillonnant, tantôt délicat. Et puis surtout, il y a cette voix. Cette voix habitée et obsédante. Cette voix posée et profonde, qui tout à coup s’envole, s’enflamme, fait tout chavirer sur son passage.

De Away from the Bar à la nouvelle version de Something Familiar, les morceaux de ce nouveau disque prennent une dimension fantastique sur scène, où le groupe excelle.

Bantam Lyons Point Ephémère 24.03.2016 (4) Totoromoon

Ici, je danse et j’ai les larmes aux yeux en même temps. Le son est puissant, la mélancolie omniprésente en toile de fond. Comme sur ses précédents opus, le quatuor breton prend le temps de construire ses morceaux, de leur faire prendre de l’ampleur, de monter en puissance, au gré des variations de rythmes et du déploiement des mélodies. Les titres s’enchaînent et la fièvre monte.

Entre orgue mystique, envolées lyriques rêveuses, et guitares noisy, Bantam Lyons n’a pas peur des contradictions, et sait en jouer admirablement.

Lorsque résonnent les épiques Leopard Print Wife-Beater et Beds, l’intensité est à son paroxysme. Le quatuor démontre l’étendue de son talent dans ces deux morceaux fabuleux. Deux morceaux longs et brillamment construits. Respectivement 8 et 6 minutes 30 de rock plus vibrant et hanté que jamais.

Sur le premier, les guitares tonitruent d’entrée, tout en électricité saturée et en reverbs sourds et lancinants. Elles sont accompagnées d’une batterie aux rythmes chaloupés. La voix du bassiste se mêle à celle du chanteur-guitariste, dans une mélodie envoûtante. A mi-parcours, les voix se taisent, les guitares s’apaisent, la batterie se fait de plus en plus timide avant de se taire elle aussi. Puis le clavier fait son apparition, audacieusement marié avec les larsens d’une guitare sombre, d’abord puissante puis de plus en plus lointaine. Qui finit par se taire elle aussi pour ne laisser plus parler que les notes délicates du clavier. Magique.

Beds, apothéose de la soirée, vient clore le set. Cette fois, la basse et la batterie ouvrent la danse, répétitives et obsédantes. Bientôt, la guitare se joint à elles. Lorsque la voix fait son entrée, elle est claire et posée. Le rythme et la mélodie se déploient élégamment. Puis c’est l’explosion. Les éléments se déchaînent dans un orage de décibels. La voix s’envole, fiévreuse, déchirante.

Le tourbillon Bantam Lyons emporte tout sur son passage, dans un déluge sonore sombre et intense. Sublime.

Ce soir, les Bantam Lyons ont une fois de plus conquis mon coeur. Et je parie qu’au détour d’une de leurs fantastiques prestations lives, ils sauront conquérir le vôtre.

Bantam Lyons Point Ephémère 24.03.2016 (3) Totoromoon

Mon seul regret de la soirée aura été de ne pas réentendre en live Wednesdays, un des morceaux les plus envoûtants jamais composé, et qui est aussi l’oeuvre de ces rockeurs talentueux. Mais peut-être, si je suis très sage, auront-ils la gentillesse de bien vouloir me le jouer lors de leur prochain passage à Paris…

A découvrir, la vidéo de Away from the Bar, premier titre de l’album :

Tracklist :

  • Away from the Bar
  • Slowly Sliding (Tranx)
  • Beds
  • Michel
  • Something Familiar
  • Deft Hands
  • Leopard Print Wife-Beater

Pour précommander le disque chez Kshantu et l’écouter en avant-première, c’est ici !

Site web : http://www.bantamlyons.com
Facebook : https://www.facebook.com/BantamLyons

Totoromoon

Bantam Lyons tour 2016

Publicités

2 réflexions sur “BANTAM LYONS Melatonin Spree au Point Ephémère

  1. Pingback: MES CONCERTS 2015/2016 | totoromoon

  2. Pingback: Top Not Post-Rock 2016 | totoromoon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s