EF Vāyu au Batofar

ef_batofar_25-11-2016_totoromoon-1

Voilà déjà trois ans que les Suédois de EF n’étaient pas venus à Paris (mon live report de leur concert au Batofar en 2013 à retrouver ici). Il y a quelques jours, le groupe était de retour sur la scène du Batofar pour présenter « Vāyu », son nouvel EP paru chez Pelagic Records. Des retrouvailles que j’attendais avec impatience, non seulement parce qu’il me tardait de retrouver le groupe capable de merveilles en live, mais aussi parce que la découverte de leurs nouveaux morceaux m’avait enchantée.

Paru fin septembre, « Vāyu » est un split partagé avec les Israéliens de Tiny Fingers. Cinq titres pour trente minutes de musique et un opus scindé en deux parties : trois titres de EF, puis deux titres de Tiny Fingers. Le concept du « split album » ou disque sur lequel deux groupes se partagent les titres, est un concept avec lequel j’avoue avoir quelques difficultés. Quand bien même les deux groupes composent des morceaux ayant une thématique commune sur le disque, leurs sonorités et leurs identités musicales demeurent différentes, et je trouve que l’exercice est périlleux quant à la cohérence de l’ensemble. Jusqu’à présent, il est extrêmement rare que j’aie aimé un split dans son intégralité… Que me pardonnent donc les fans de Tiny Fingers qui liraient cet article, mais je n’évoquerai pas leurs morceaux ici, plus psychédéliques, qui m’ont moins touchée que ceux des post-rockeurs suédois que j’aime depuis des années, et qui m’ont une fois de plus charmée de leurs nouvelles beautés.

A travers les trois titres de « Vāyu », EF confirme son talent dans la création de compositions à la richesse harmonieuse, aussi profondes que subtiles, et toujours merveilleusement inspirées.

Entre lumière et obscurité, calme et tempêtes, ces nouveaux morceaux aux crescendos post-rock savoureux sont portés par une voix habitée, tantôt déployée seule, tantôt rejointe par un élan de choeurs passionnés. Les orchestrations sont travaillées avec soin, faisant se répondre de nombreux instruments. Claviers, cuivres et violons tout à la fois mélancoliques et lumineux répondent ainsi aux guitares et aux percussions. Tout en finesse, les mélodies ciselées et les sonorités originales de EF transportent l’auditeur vers des cieux aussi vastes que singuliers.

Un ensemble d’une vibrante beauté.

ef_batofar_25-11-2016_totoromoon-4

Sur la scène du Batofar, le quintet était devenu quartet, Daniel ayant dû rentrer en Suède. Les instruments de Niklas, Tomas, Erik et Emanuel étaient donc accompagnés d’enregistrements de claviers. La petite salle est, comme en 2013, plutôt clairsemée et, tout en me disant que le monde irait sans doute mieux s’il écoutait davantage de musique capable de toucher l’âme, mais qu’il va visiblement encore plus mal que je ne le pensais, j’ai le coeur serré pour le groupe.

Mais, malgré la petitesse de l’auditoire et des conditions sonores plus que médiocres (difficile de compter le nombre de fois où Tomas demandera au cours du set à l’ingénieur du son de baisser le volume de la batterie tant elles ont été nombreuses), le groupe livre une prestation d’une intensité remarquable.

ef_batofar_25-11-2016_totoromoon-3

Les compositions, qu’il s’agisse des nouvelles comme le délicat et enchanteur Hiraeth, ou des plus anciennes que je retrouve à bonheur, prennent une ampleur inédite en live. Au gré de percussions massives, de guitares puissantes et d’une voix aux variations de toute beauté, le quatuor déploie de longues plages épiques, sur fond de mélancolie saisissante.

A Paris, pour la dernière date de sa courte tournée avant de regagner sa Suède natale, EF prouve une fois de plus qu’il fait véritablement partie de ces groupes capables de transcender leur musique sur scène, lui donnant une ampleur à la fois majestueuse et poignante.

ef_batofar_25-11-2016_totoromoon-5

A découvrir, la vidéo officielle de Hiraeth :

Tracklist :

  • Hiraeth
  • Sju
  • Shots and A Sudden Death

Site web : http://efmusic.se/

Bandcamp : https://efmusicsweden.bandcamp.com/music
Facebook : https://www.facebook.com/efmusic

EF sur le site de Pelagic Records : http://pelagic-records.com/artist/ef/

Totoromoon

EF_TF_Split_CD_Promo.indd

Publicités

2 réflexions sur “EF Vāyu au Batofar

  1. Pingback: Top Post-Rock 2016 | totoromoon

  2. Pingback: MES CONCERTS 2016/2017 | totoromoon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s