POPPY ACKROYD Resolve

« Tout ce qui est resté du non-dit en moi, dès que j’entends de la musique, se montre et je pleure et c’est impossible. Voilà. (…) Elle ne sait pas ce qu’elle dit la musique, elle ne sait pas ce qu’elle fait. Elle est innocente à en hurler. »

– Marguerite Duras, Entretien avec Marianne Alphant.

La musique et l’émotion intenable. La musique au-delà des mots.

Et ces albums qui viennent vous foudroyer l’âme et confirmer ces propos.

Le nouvel opus de Poppy Ackroyd est de ceux-là.

Beauté sublime à faire jaillir les larmes.

Au-delà du langage.

Au-delà de tout.

Bijou.

« Resolve », quatrième album de la talentueuse compositrice britannique, vient tout juste de voir le jour. Pianiste et violoniste virtuose, elle étoffe ce nouvel album de nombreux autres instruments. Clarinette, flûte, hang et violoncelle se mêlent ainsi à la danse pour peindre des paysages sonores tout en foisonnements et en sensibilité.

Poussant la recherche sonore à son paroxysme, détournant les usages traditionnels, la musicienne exploite les instruments dans tout ce qu’ils ont de plus organique. Ils s’animent. Ils sortent de leurs timbres habituels pour venir s’exprimer dans l’enchevêtrement des éléments. Et aller tout droit, de leurs ondes, toucher l’âme.

Les envolées de notes sont aussi sublimes que les arrangements, plus soignés que jamais. Les rythmes oscillent de l’empressement à l’apaisement, empruntant des chemins aux milles surprises et perdant l’auditeur à bonheur. D’une pensée à l’autre. D’un voyage au suivant. Le long de dix pièces à la fois précises et vaporeuses, graves et légères, où les textures s’étirent, se mêlent et se démêlent, où les strates se répondent et se superposent à loisir. Du classique au contemporain, de l’acoustique à l’électronique, du minimaliste à l’atmosphérique, dans une harmonie parfaite.

On dit Poppy Ackroyd dans la lignée de Max Richter, Nils Frahm ou encore Philip Glass. Mais, pour ma part, je lui trouve un univers singulier. Un son bien à elle. Un son qui se matérialise véritablement sous nos yeux, en plusieurs dimensions, tel un objet modelé avec soin. Il y a une forme de féminité à la fois douce et forte dans ces compositions. Elles ont du caractère, tout en demeurant magnifiquement délicates. Riches, fortes et belles.

« Resolve » est paru cette semaine chez One Little Indian Records, et je vous le recommande chaudement.

La vidéo de Trains :

L’album :

Tracklist :

  • Paper
  • Light
  • The Calm Before
  • Resolve
  • Quail
  • The Dream
  • Time
  • Luna
  • Stems
  • Trains

Site web : http://poppyackroyd.com

Bandcamp : https://poppy.bandcamp.com
Facebook : https://www.facebook.com/poppyackroydsounds/

Eglantine / Totoromoon

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s