JEAN JEAN Froidepierre

C’est au coeur d’une forêt alpine où les pierres sont froides et la lumière absente, dans un chalet du nom de Froidepierre, que Jean Jean a enregistré son nouvel album. « Froidepierre », donc. Délaissant son math-rock festif et dynamité des débuts, Jean Jean vient tracer une nouvelle route. Plus abrupte. Plus introspective, peut-être. Plus ambitieuse, sûrement.

De son ambiance brumeuse et glacée, ce nouvel opus vient titiller l’échine et la faire frissonner comme jamais.

Le groupe officie désormais sous forme de trio, Sébastien Torregrossa et Edouard Lebrun ayant été rejoints par Grégory Hoepffner (Almeeva, Kid North) à la basse et aux claviers. De son rock instrumental brouilleur de pistes, entre math-rock, post-rock et musique électronique, il délivre quelques 33 minutes à la fois intenses et savoureuses.

Ici, la nature colossale et inspirante n’est jamais loin. Jean Jean s’attache à lui rendre hommage dans ses atmosphères tendues entre ciel et terre. Le synthétique se mêle à l’organique. La brume des claviers à la clarté de la guitare. La batterie, à la fois précise et frénétique, virevolte. Et puis, par moments, elle s’emballe. Les rythmes syncopés se déchaînent et la crise d’épilepsie se profile à l’horizon. Jouissifs et dansants sans être joyeux, les titres s’enchaînent dans une belle cohérence, faisant voyager du Japon de Konichiwa et Aozora aux Alpes de Froidepierre, en passant par la Russie de Celjabinsk.

Les structures sont plus simples que par le passé, plus construites et plus franches. Elles viennent toucher les tympans, et s’y accrocher doucement, mais fermement. Sans jamais faillir, à la faveur de compositions précises et parfaitement calibrées. J’aime la course folle et les décrochements du géométrique Tensor Field qui, faisant honneur à son nom, distend et déforme la matière à bonheur. J’aime approcher le bord du précipice au gré des boucles et des réverbérations de ces morceaux aux ambiances saisissantes. J’aime avoir envie de danser en pleurant.

« Froidepierre » ou le plaisir suprême des contrastes. A savourer absolument.

Le release party de l’album aura lieu le 23 mars à Paris, à l’Olympic Café. Toutes les dates de la tournée sont à retrouver sur le site du groupe.

Pour découvrir l’album :

Tracklist :

  • Konichiwa
  • Aozora
  • Tensor Field
  • Celjabinsk
  • Anada
  • Limerence
  • Froidepierre
  • Event Horizon

Site web : http://jeanjeanband.com

Bandcamp : https://jeanjean.bandcamp.com
Facebook : https://www.facebook.com/jeanjeanmusic

Eglantine / Totoromoon

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.