MIA VITA VIOLENTA Grey Seas

Je venais d’avoir 16 ans quand Blonde Redhead a sorti « La Mia Vita Violenta ». Deuxième album du trio italiano-japonais basé à New York. Bombe rock inclassable, portant en étendard la dissonance et l’expérimentation sonore. Bijou. Qu’un jeune groupe français lui emprunte son nom me semblait osé. Il faudrait être à la hauteur du chef-d’oeuvre. Avec « Grey Seas », paru à la fin de l’année dernière, Mia Vita Violenta relève le défi haut la main. Et il fait même davantage, en signant lui aussi un bijou.

Deux guitares, une basse, une batterie et trois voix, telle est la recette des compositions écorchées du quatuor parisien. Il y a chez Mia Vita Violenta ce talent à jouer des contrastes sans fioritures superflues. A construire de la complexité sans en avoir l’air, et sans perdre une once de sa cohérence et de son harmonie. Des effluves les plus éthérées aux élans bruitistes les plus violents. Des voix claires aux cris de désespoir. Là où le calme n’est jamais vraiment serein. Là où le feu couve doucement sous une braise rougie par la rage.

A la croisée de la noise et du post-rock, « Grey Seas » se teinte par endroits d’échos shoegaze et post-hardcore, dans ses guitares qui hurlent le drame et dans ses voix qui crient le désespoir. Le chant, ici, n’est pas de ceux qui me rebutent en me broyant le coeur. Il est de ceux qui, dans un élan incontrôlé et incontrôlable, sortent tout droit des tripes. Sans chichis. Sans manières. Indomptables, tout en gardant le sens de la nuance. Sauvages, tout en continuant à faire sens. Désespérés sans être écoeurants.

Mia Vita Violenta soigne le détail, que ce soit dans ses compositions ou dans son artwork, fort de ce regard intrigant d’une Camille Claudel qui semble sortie d’un rideau de papier déchiré, barrée d’un voile ensanglanté. De surprise en surprise, par la force de ses instrumentations originales et furieuses, et de ses changements de trajectoires inattendus et réussis, « Grey Seas » emporte loin, sans jamais se perdre. Là où chaque pièce semble peindre une nuée d’émotions brutes. Superbe.

Pour découvrir le disque :

Tracklist :

  • Expand
  • Shape
  • Rise
  • Grey Seas
  • Bipola
  • Submerge

Bandcamp : https://miavitaviolenta.bandcamp.com
Facebook : https://www.facebook.com/mvviolenta/

Eglantine / Totoromoon

Publicités

2 réflexions sur “MIA VITA VIOLENTA Grey Seas

  1. La piste la mia vita violenta a été un coup de cœur rare et intense qui m’a fait écouter en boucle toute la discographie de Blond Red Head pendant plusieurs mois :).

    Je n’ai pas eu le même coup de cœur ici, mais j’ai passé un bon moment à écouter, et certains passages m’ont bien fait vibrer, merci !

    • Merci Nicolas pour ta lecture, ton écoute et ce commentaire ! Heureuse de voir que nous avons partagé le même coup de coeur pour Blonde Redhead, et heureuse que tu aies passé quelques bons moments également avec Mia Vita Violenta. Belle journée à toi, à bientôt !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.