FEROCES Joséphine

« On fait semblant, d’y voir clair, d’être cohérent. Mais la vérité c’est qu’on agit sans réfléchir. C’est tout. » Virginie Despentes, Vernon Subutex.

C’est avec les mots incisifs et saisissants de Virginie Despentes que Féroces introduit son nouvel opus. Après les excellents « Juliette » (2016, ma chronique ici) et « Victor » (2017, ma chronique ), le trio bisontin est de retour avec un troisième EP. « Joséphine » est incisif et saisissant, lui aussi. Il vient tout juste de sortir, et je vous le recommande absolument.

Ici, l’amour du groupe pour le post-rock et le cinéma français est intact. Mais la nouvelle vague de Godard et le cynisme de Chabrol font place au cinéma français des deux dernières décennies, moins culte mais plus actuel, et tout aussi percutant. Joséphine est le prénom d’Alice Isaaz dans « Espèces menacées », film franco-belge de Gilles Bourdos, sorti au cinéma l’année dernière. Reflet des thématiques chères aux trois post-rockeurs de Besançon, les rapports familiaux y sont complexes, les couples s’y déchirent, les mots s’y entrechoquent.

Ces mots sont posés au coeur des morceaux. Solennels, enflammés ou murmurés, loin d’être de simples artifices, ils en sont la trame véritable.

Alice Isaaz succède ainsi à Anna Karina et Patrick Dewaere pour orner la pochette de ce nouveau disque signée Floriane Miny. Une pochette à l’esthétique soignée qui, dans la lignée de celles des deux opus précédents, fait la part belle aux contrastes, décompositions et superpositions. Les regards y sont toujours pensifs, les êtres énigmatiques et intrigants. Comme le sont les notes, tantôt aériennes, tantôt abrasives, mais toujours hypnotiques et vibrantes.

Les influences post-rock et post-hardcore du groupe se font plus discrètes, faisant place à des arrangements électroniques. Ceux-ci sont habilement dosés et se marient parfaitement aux sonorités mélancoliques du trio guitare, basse et batterie.

« A ton avis, qu’est-ce qu’on va devenir nous deux ? Tu dis rien ? Qu’est-ce que tu peux dire de toutes façons ? »

L’ouverture du disque donne le ton des six pièces qui le composent. Elle met en scène Marie-Josée Croze et Daniel Auteuil dans « Je l’aimais » de Zabou Breitman, et elle raconte l’histoire d’un homme qui n’osa pas, et qui perdit l’amour de sa vie.

Ainsi, au fil du disque, la vie, mimée par des mélodies sombres et répétitives, se joue sur fond d’inquiétude et de drame. Les rythmes sont tendus comme les mots, forts et désespérés. Et, de la première à la dernière note, chaque titre se déroule avec la même intensité en clair-obscur, à la fois bouleversante et captivante.

« Je t’avais dit que j’essaierais de vivre sans toi, j’ai essayé, vraiment, mais je pense à toi tout le temps. »

Avec « Joséphine », Féroces signe un nouveau bijou, poignant, sombre et beau.

Il vient de paraître au format numérique, les versions CD et vinyle seront disponibles très bientôt.

Féroces sera en concert le 20 septembre à Dijon, le 29 à Besançon, le 3 octobre à Tours, le 4 à Bordeaux et le 5 à Paris, au Supersonic. Précipitez-vous.

Pour découvrir l’EP :

Et la vidéo de Qu’est-ce qu’on va devenir nous deux ? :

Tracklist :

  • Qu’est-ce qu’on va devenir nous deux ?
  • Une tempête de neige sur l’autoroute
  • Il a bien fallu que je vive
  • Joséphine
  • Il peut très bien voler son avion
  • A chacun son petit tunnel

Site web : https://difymusic.com/feroces

Bandcamp : https://feroces.bandcamp.com/
Facebook : https://www.facebook.com/FEROCES667

Eglantine / Totoromoon

« Nous sommes Féroces – Personne ne danse, personne ne chante »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.