EMMA RUTH RUNDLE On Dark Horses

Cet été, lors d’une soirée au Trabendo, et alors que son troisième album solo s’apprêtait à voir le jour, je découvrais Emma Ruth Rundle. Elle assurait, seule sur scène avec sa guitare, la première partie de Chelsea Wolfe. Si j’ai détesté la performance maniérée de la seconde, j’ai en revanche été bouleversée par celle, poignante et sensible, de la première. Guitariste de The Nocturnes, puis de Red Sparowes et de Marriages, la talentueuse artiste américaine a plus d’une corde à son arc, et elle ne le prouve jamais aussi bien que lorsqu’elle chante ses propres compositions. Merveilleusement écrites, elles sont intimes et saisissantes, émouvantes et habitées.

« On Dark Horses » est paru en septembre chez Sargent House, et je vous le recommande vivement.

C’est accompagnée d’Evan Patterson et Todd Cook (Jaye Jayle), et de Dylan Nadon (Wovenhand), qu’Emma Ruth Rundle a donné le jour à ce troisième album. Se positionnant à la croisée d’un rock éthéré et d’une folk sombre et sensible, elle y infuse ses compositions d’un lyrisme pénétrant. D’une voix écorchée mais puissante, elle porte avec détermination chacune des pièces qui le composent.

Il y a toujours ici quelque chose de déchirant, comme sur son précédent album, le réussi « Marked For Death », dont les paroles du magnifique Heaven continuent de se rappeler régulièrement à mes souvenirs.

« Always fight and sometimes scream… for nothing at all. »

Le fiévreux et troublant Fever Dreams, ouverture de l’album, fait écho à cette lutte où le désenchantement se fait à la fois intense et d’une rare beauté.

« A life spent uneasy, in pieces, always in pieces here… Never knowing how to feel, pushing air inside your tired mind and sleeping it, trapped in fever dreams… »

Poétique, sensible et exalté, tel est « On Dark Horses ». A la faveur de guitares tour à tour tendres puis tendues, de réverbérations et de percussions obsédantes, il se déploie avec force, sans pour autant jamais manquer de ce souffle gracieux, délicat et remarquablement immersif qui fait le talent de la musicienne.

Dans l’urgence d’une révolte. Dans l’explosion d’une émotion. Superbe.

A découvrir, la vidéo de Light Song :

Pour écouter l’album :

Tracklist :

  • Fever Dreams
  • Control
  • Darkhorse
  • Races
  • Dead Set Eyes
  • Light Song
  • Apathy on the Indiana Border
  • You Don’t Have To Cry

Site web : https://www.emmaruthrundle.com/

Bandcamp : https://emmaruthrundle.bandcamp.com/
Facebook : https://www.facebook.com/emmaruthrundle/

Emma Ruth Rundle chez Sargent House : https://sargenthouse.com/emma-ruth-rundle

Eglantine / Totoromoon

Publicités

Une réflexion sur “EMMA RUTH RUNDLE On Dark Horses

  1. Pingback: Totoromoon’s Top 2018 | totoromoon

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.