5OCLOCKINTHEMORNING Relief

Après de longues années de silence, la première formation de post-rock parisien à avoir fait chavirer mon coeur est de retour. Entre 5oclockinthemorning et moi, l’histoire remonte à l’année 2006, alors que le groupe venait tout juste de se former, qu’il composait ses premiers morceaux et donnait ses premiers concerts. 5oclockinthemorning fait partie de ces groupes qui ont oeuvré à faire de moi l’amoureuse de post-rock que je suis aujourd’hui. De la beauté d’un son qui parle sans paroles. De l’intensité d’émotions brutes et authentiques, entre force sauvage et délicatesse infinie.

Il y a quelques jours, 5oclockinthemorning a donné le jour à un nouvel EP. « Relief » est de ces petits disques qui ont déjà tout d’un grand, et qui ne me font pas regretter d’avoir attendu si longtemps le retour d’un groupe qui a marqué mes souvenirs. A découvrir absolument.

Aurélien Rambach aux guitares, au field recording et à la production, Etienne Kapikian aux claviers et aux machines, et désormais Nicolas Neuville à la batterie et Adèle Longo au violon et à l’alto, telle est la configuration du quatuor parisien. Une nouvelle configuration qui permet au groupe d’élargir encore davantage sa palette sonore, de lui donner de nouvelles couleurs et une nouvelle dimension.

Avec « Relief », 5oclockinthemorning signe un retour sur lequel souffle un merveilleux vent de liberté. Dans l’ambivalence qui le caractérise, à la faveur d’un son à la lisière de l’aube et de la nuit. Quand le jour s’apprête à se lever, mais que les yeux doivent encore se faire à l’obscurité. Oscillant de notes claires et aériennes en plongées dans d’insondables abîmes, par le jeu de décrochements rythmiques et mélodiques qui, s’ils sont attendus, n’en demeurent pas moins toujours subtilement surprenants.

Là où les effets de guitares semblent tout à la fois travaillés dans la finesse, et riches d’une spontanéité qui impose ses notes comme une évidence, bousculant la surface plane des choses pour y distiller une dose de chaos jubilatoire. Là où le piano Rhodes, la batterie et les machines virevoltent, là où le violon s’élève doucement, puis s’embrase intensément, donnant une texture nouvelle à l’ensemble.

Il y a une justesse dans l’agencement des éléments. Une attention remarquable à la construction d’une atmosphère en clair-obscur. Une émotion sensible et délicieuse, à l’image des envolées progressives du beau Lonely Eyes, et de cette nouvelle version du fantastique January 17th, morceau emblématique du groupe, maintes fois remanié, et enfin gravé dans les sillons de ce disque réussi.

« Relief » vient tout juste de paraître au format numérique via Splinter, et je vous le recommande vivement.

A découvrir, le teaser du disque :

Pour l’écouter :

Tracklist :

  • Waste
  • Exit 88
  • Comma
  • Lonely Eyes
  • January 17th

Site web : https://www.fiveoclockinthemorning.com/
« Relief » sur Spotify, Deezer et Apple Music : https://listen.lt/Oclock-Relief

Bandcamp : https://5oclock.bandcamp.com/
Facebook : https://www.facebook.com/5oclockinthemorning

5oclockinthemorning chez Splinter : http://www.splinter.fr/

Eglantine / Totoromoon

Publicités

Une réflexion sur “5OCLOCKINTHEMORNING Relief

  1. Pingback: TUGPÉUA #1 – C'est pour ma culture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.