GRIMLAKE Memories

Il y a cinq ans, je rencontrais pour la première fois Mathieu Legros, alias GrimLake. C’était dans un petit café de Belleville, au printemps. Et c’était une très belle rencontre, musicale et humaine. Il y a quelques jours, GrimLake était de retour avec « Memories », un deuxième album annoncé comme le dernier sous cette forme par l’artiste, mais dont on espère qu’il ne sera que les prémices d’autres beaux projets.

Comme celle d’ « Atlas Hands », premier album de GrimLake paru en 2015, la pochette de « Memories » a la forme d’un globe terrestre. Mais cette fois, les contours en sont plus flous et la texture plus mouvante. Ici, le noir et blanc est devenu bleu. Là, le mouvement s’est fait roi.

Et ce mouvement correspond à la perfection à la musique de GrimLake, une musique des voyages, des contes et de l’évasion. Hommage aux frères Grimm et aux grands espaces, elle s’attache à peindre des paysages, à déployer des atmosphères et à raconter des histoires. Des histoires sans paroles, si ce n’est pour les quelques samples de voix et enregistrements de sons de la nature dispersés ça et là, mais qui n’en demeurent pas moins éloquentes et vivantes.

Du haut de ses 7 titres, « Memories » reprend les ingrédients d’ « Atlas Hands » et les enrichit d’une nouvelle épaisseur. Plus incisifs, plus rythmés, les morceaux se répondent harmonieusement, au fil de l’enchevêtrement des nappes de claviers, de guitares et de batterie. Le travail sur des mélodies à la fois accrocheuses et ciselées est toujours prégnant, mais les textures se parent ici d’une nouvelle beauté. Plus intense et plus saisissante que jamais.

Comme pour mieux signifier l’accumulation des souvenirs, le musicien superpose les couches sonores, mais il le fait en conservant la concision de ses compositions, comme s’il fallait courir après le temps à l’image du tic tac d’horloge de Clock. Le très beau The Reality Of The Naive, déjà éprouvé de nombreuses fois en live, se révèle ainsi toujours plus efficace à mesure des écoutes. De l’envoûtant et aérien Long Walk Home avec ses chants d’oiseaux, au céleste et vaporeux Myst avec sa voix lointaine, chaque titre se fait ainsi fort de ne produire aucun temps mort superflu. Les rythmes y sont à la fois percutants et chaloupés, les claviers caressants et aériens, et les envolées de guitares puissantes et lumineuses. Un album riche d’une douce et délicieuse force de vie.

« Memories » vient tout juste de paraître au format numérique. Il sera très bientôt également disponible au format CD, puis au format vinyle via Voice Of The Unheard Records, et je vous le recommande.

Pour le découvrir :

Tracklist :

  • Long Walk Home
  • Crisis Of Confidence
  • The Reality Of The Naive
  • Nowhere Else
  • Utter Strange Deepness And Mystery
  • Clock
  • Myst

Bandcamp : https://grimlake.bandcamp.com/
Facebook : https://www.facebook.com/Grimlake/

Eglantine / Totoromoon

4 réflexions sur “GRIMLAKE Memories

  1. Pingback: TUGPÉUA #6 – C'est pour ma culture

  2. Voilà un moment que je n’étais pas venue visiter le monde de Totoromoon. Les derniers albums vont accompagner cette journée de repos. Gros coup de coeur pour cet album de GrimLake que je ne connaissais pas. Merci !

  3. Pingback: Totoromoon’s Top 2019 | totoromoon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.