! 600e ! LOUIS JUCKER Kråkeslottet

La vie en noir et blanc.

Il y a les jours noirs. Noirs dehors et noirs dedans. Les jours où j’ai envie de tout envoyer valser. Roulée en boule, larmes dégoulinantes, dans l’obscurité. Les jours de blessures trop vives, de passé trop lourd et d’avenir trop flou.

Il y a les jours blancs. Blancs dehors et blancs dedans. Les jours où j’ai envie de tout croquer. Combinaison à fleurs, soleil au zénith et parfum de muguet. Les jours d’espoirs fous, de sourires au coeur et de rêves éveillés.

Du blanc au noir, du noir au blanc. Palpiter. Tomber. Recommencer. Vivre. Vibrer.

Parfois, j’aimerais bien du gris. Je me dis que ça doit être reposant, le gris. Mais au bout du compte, j’en reviens toujours à la saveur intense et contrastée du noir et blanc, même si c’est épuisant.

En musique, c’est pareil. Je tombe d’amour pour les artistes qui parviennent à marier le noir au blanc. Ceux qui savent manier les paradoxes, et mettre des notes troublantes sur mes jours en clair-obscur. Louis Jucker est de ceux là. Echappé de Coilguns et de son punk hardcore de prédilection, le musicien suisse aux multiples projets a récemment donné le jour à des compositions tendues sur un fil. A la fois lentes et urgentes. Intimes et vibrantes. Ecorchées vives et d’un calme olympien.

« Kråkeslottet », le « château du corbeau », est le 600e article que j’écris sur ce blog. Du souffle du vent au froissement d’une bobine qui se déroule, du piano à la cithare, de la machine à écrire à la guitare, il est un album qui semble vouloir à la fois se détacher du temps et le capturer l’espace d’un instant. Triste et lumineux, à fleur de peau, perpétuellement au bord de la rupture, il est venu résonner en moi à m’en faire peur. Et j’espère que vous l’aimerez autant que je l’aime.

C’est sur une petite île de Norvège, dans une ancienne usine de pêche, rouge et toute en bois, que Louis Jucker s’est enfermé pour composer « Kråkeslottet ». De ses guitares à ses pochettes de disques, Louis Jucker fait tout, et il le fait avec talent.

En live, accompagné de ses comparses de Coilguns, le musicien donne vie à ces pièces en en faisant sortir doucement ce qu’elles ont de rage enfouie. C’est noir, c’est blanc. Et c’est inoubliablement beau.

Du chaloupé Seagazer, qui ouvre le disque, au dépouillé et déchirant Merry dancers, qui le clôt, en passant par l’envoûtant The Stream, avec son harmonium et ses voix d’enfants, l’album déploie huit pièces en apesanteur, suspendues au dessus des glaciers norvégiens dans des expérimentations sonores hors du temps. Le musicien dit qu’il l’a enregistré sans réfléchir, avec ce qui lui passait sous la main. Pour autant, l’improvisation de cet album n’a d’égal que la maîtrise remarquable et le sens du détail dont il fait preuve.

Louis Jucker, coeur à vif et roi des paradoxes.

Ainsi, « Kråkeslottet » est aussi délicieusement doux qu’il est grinçant. A la faveur d’instrumentations inédites et d’enregistrements sonores incongrus, dans l’effleurement des cordes et la solennité des silences, et à l’image de cette voix fragile et plaintive, criant dans un murmure sur un bonheur sans cesse prêt à se briser. Superbe.

« Kråkeslottet » est disponible depuis le 1er mars via Hummus Records.

A regarder, la live session de Merry dancers feat. Coilguns :

Pour découvrir l’album :

Tracklist :

  • Seagazer
  • The stream
  • A modest feast
  • Storage tricks
  • Tales of a teacher’s son
  • Ulf’s interlude
  • Back from the mine
  • Merry dancers

Site web : https://louisjucker.ch/
Bandcamp : https://louisjucker.bandcamp.com/

Louis Jucker chez Hummus Records : https://hummusrecords.bandcamp.com/album/kr-keslottet-the-crows-castle

Eglantine / Totoromoon

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.