OFTEN THE THINKER Greatest Possible Tenderness

Similarités, différences, famille. Telles sont les influences qu’Often The Thinker cite pour se présenter. Depuis plus de dix ans, ces musiciens composent, enregistrent, produisent et publient leurs disques eux-mêmes, formant une grande famille unie par son amour de la musique. Avec cinq albums à son actif, ce collectif américain désormais basé à San Diego oeuvre ainsi sans relâche à réinventer sa vision de la composition. Une vision originale et en constante évolution, mêlant post-rock, jazz, country et musique expérimentale, qui mériterait grandement de sortir de l’ombre.

Au début de l’été, paraissait ainsi le cinquième album du groupe, « Greatest Possible Tenderness ». La plus grande tendresse possible, telle est la promesse de cet opus. Promesse que le groupe réalise avec talent le long de huit pièces à la fois raffinées, légères et lumineuses.

Ici, le traditionnel combo guitare, basse, batterie est enrichi non seulement de field recording, d’orgues et de synthétiseurs, mais aussi d’une contrebasse et d’une riche section de cuivres où se marient trombone, trompette et saxophone. La grande famille Often The Thinker réunit en son sein de grandes familles d’instruments, et réussit à les accorder en harmonie.

Si cet opus a été écrit, mixé et produit par Drew Lundberg, ce sont pas moins de huit musiciens que l’artiste a conviés pour jouer et enregistrer avec lui ces trente-cinq minutes de musique. Chacun y explore les sonorités de ses instruments, dans un équilibre parfait les faisant se répondre les uns aux autres, sans que jamais aucun ne prenne l’ascendant sur l’autre.

A la faveur d’une magnifique liberté, Often The Thinker mélange les genres, du post-rock au jazz en passant par la country et la folk, emportant son auditeur dans un voyage où les sons résonnent comme une brise légère, aérienne et rafraîchissante à souhait. Chaque pièce se fait propice aux introspections tournées vers une recherche fructueuse du bonheur et de l’apaisement, cajolant les souvenirs de moments doux. Un régal.

« Greatest Possible Tenderness » est disponible depuis le 5 juillet aux formats numérique et vinyle, et je vous le recommande vivement.

Pour découvrir l’album :

Tracklist :

  • My Ivory
  • Choking, Warming, Stifling
  • Unsound
  • Soderlund At Pelican
  • Tenderness
  • Such Rot Let Loose
  • Lower Sort
  • Forgotten Instincts

Site web : https://www.oftenthethinker.com/p/90

Bandcamp : https://oftenthethinker.bandcamp.com/
Facebook : https://www.facebook.com/OTT1221

Eglantine / Totoromoon

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.