ALMØST SILENT Swamp Tales

« Pour vivre heureux vivons cachés », telle est la morale célèbre de cette fable du XVIIIe siècle dans laquelle un papillon périt entre les mains de jeunes enfants, juste après avoir volé devant eux. Telle est aussi l’une de mes devises, et celle de l’artiste français soigneusement caché derrière Almøst Silent. Un artiste qui ne souhaite se dévoiler qu’à travers sa musique, celle-ci se révélant comme partie intégrante de son identité. En novembre dernier, Almøst Silent dévoilait « Swamp Tales », recueil de quatorze morceaux qu’il a lui-même composés, joués, enregistrés, mixés et produits, et pour lesquels il est même allé jusqu’à réaliser l’artwork. Un one man band à la fois riche, authentique et habité, comme je les aime.

Fin octobre, Almøst Silent m’écrivait pour me dire que son nouvel album était achevé, qu’il aimait particulièrement l’approche sensible de mes critiques et qu’il serait donc ravi d’avoir un retour de ma part. Il terminait son message en s’excusant de son aspect « formel », mais en me disant que me proposer d’emblée un apéro saucisson pour parler musique lui semblait quelque peu déplacé. Savait-il que les apéros saucisson étaient un de mes péchés mignons ? Mystère. Toujours est-il qu’avant même d’écouter sa musique, ce message à la fois drôle et plein de gentillesse, et la manière dont il me décrivait son approche artistique, m’ont immédiatement charmée.

J’étais déjà souffrante et, je l’avoue, moins capable d’être aussi attentive et réceptive à la découverte musicale que d’habitude, lorsque « Swamp Tales » est arrivé dans ma boîte mail. Pourtant, avant même d’en avoir complètement achevé la première écoute, il est directement venu rejoindre la catégorie des albums capables de me toucher immédiatement à l’âme. Là, l’air de rien. Sans que je puisse réellement expliquer pourquoi.

Quelques temps plus tard, moins affaiblie par la maladie, j’y suis revenue. Et j’ai découvert à ce moment-là qu’il faisait aussi partie de ces albums qui se révèlent un peu plus à chaque écoute. Fort d’un sens aiguisé du détail et d’une sensibilité de plus en plus prégnante à mesure qu’il se découvre. Sans paroles, si ce n’est quelques rares samples de voix, il déroule son heure de musique sans que l’ennuie n’y trouve place une seconde. Il se caractérise en effet par une très belle variété dans la manière dont le musicien choisit de peindre des paysages et de raconter des histoires. Dans l’accord parfait des vibrations de boucles de guitares et des délicates résonances des claviers, chaque morceau déploie ainsi son atmosphère propre, à la faveur de rythmes variés et de textures sonores singulières. De courts interludes sont placés çà et là, comme autant de transitions conférant une belle cohérence à l’ensemble. Un ensemble qui ne se départit jamais d’une douceur à la fois tendre, apaisante et chaleureuse, à l’image de l’onirique So Low, mon titre préféré du disque.

Un très bel album à savourer sans modération.

Pour le découvrir :

Tracklist :

  • Black Moose
  • Fill 3
  • We Are Almøst There
  • Leaving Jupiter Is Not And Option
  • So Low
  • Fill 2
  • Swamp Water
  • Gap 1
  • Because That’s A Glitched One
  • Fill 1
  • Curse Of Relationships
  • Gap 2
  • Fall Of An Empire
  • #33

Bandcamp : https://almsostsilent.bandcamp.com/
Instagram : https://www.instagram.com/almostsilentvisual/

Eglantine / Totoromoon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.