LEVI PATEL A Shifting Lightness

Entre les tonitruances de voix et de guitares qui font sortir la rage et hurler, et les douceurs mélancoliques délicates qui font pleurer, ces jours-ci, mon coeur balance. Deux formes de catharsis. Différentes. Complémentaires. Parfaites, chacune à leur manière.

A l’heure où j’écris ces lignes, terrée depuis maintenant 6 jours dans mon petit studio parisien, terrifiée à l’idée de mettre le nez dehors et d’ajouter un nouveau paragraphe à mon historique médical déjà plus que chargé, la tendance est plutôt à la larme à l’oeil. Hier, j’apprenais qu’un membre très cher de ma famille présentait plusieurs symptômes de cette saleté de virus. D’abord, la rage. Du bon post metal à fond dans mon appartement, avec une bonne grosse voix en colère qui sort ses tripes sur mon tapis. Ensuite, l’inquiétude et les prières silencieuses. Du néo-classique au casque au fond de mon lit, avec une bonne dose de violons qui font dégouliner les sanglots.

Depuis hier, et là encore, tout de suite, ma catharsis s’appelle « A Shifting Lightness ». Elle est signée du jeune compositeur Levi Patel, et arrive tout droit de Nouvelle Zélande. Pour l’écrire, Levi Patel s’est isolé pendant dix-huit mois dans une petite ville côtière du nord de l’île. Et de cet isolement solitaire est né une beauté musicale introspective, délicate et apaisée.

« Avec le temps, les souvenirs se font plus lumineux et plus beaux. Passer autant de temps seul m’a permis de réfléchir sur mon passé, et cette réflexion s’est accompagnée d’une chaleureuse nostalgie », confie le musicien.

Violoncelles, violons, altos, cors, clarinettes, claviers électroniques, flûtes et guitares répondent ici en harmonie au piano, le long de treize pièces subtilement construites et d’une délicatesse infinie. Qu’elles soient baignées de lumière ou cachées au creux de l’obscurité, chacune aide à plonger au plus profond de soi. A y révéler les souvenirs. A y dénouer les énigmes du passé. A y trouver les réponses. Un très bel opus.

« A Shifting Lightness » est paru hier au format numérique, et je vous le recommande vivement.

Pour découvrir l’album :

Tracklist :

  • Signals silent
  • Her angled beauty
  • With wings falling
  • As she passes (nocturne)
  • Dusk draws away
  • To shift in memories
  • In ancient ways
  • Through winter eyes
  • A landscape of her own
  • Words like first light
  • All around us
  • Crossing elsewhere
  • Into a hidden place

Site web : https://levipatel.com

Bandcamp : https://levipatel.bandcamp.com
Facebook : https://www.facebook.com/LeviPatelMusic

Eglantine / Totoromoon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.