WREKMEISTER HARMONIES We Love To look At The Carnage

Cette semaine, je devais assister au concert parisien de la tournée d’adieu de Wrekmeister Harmonies, collectif américain fondé en 2006 à Chicago par J.R. Robinson. Ça devait avoir lieu à l’Espace B. J’avais demandé une accréditation pour pouvoir faire un live report de la soirée. Je comptais acheter le dernier album du groupe sur place, ce soir-là. Et puis patatras. Virus. Angoisse. Confinement. Annulation de tous les événements culturels à venir, pour une durée indéterminée.

Hier soir, j’ai donc acheté l’album dans sa version numérique, sur Bandcamp. Puis je l’ai écouté, écouté et réécouté encore, toute la nuit, en me demandant comment j’allais trouver les mots pour parler de ce nouvel ovni musical.

Ce que j’ai toujours aimé chez Wrekmeister Harmonies, c’est cette capacité à déployer une atmosphère de fin du monde qui réussit l’exploit d’être à la fois terrifiante et apaisée. « We Love To Look At The Carnage » est ainsi de ces disques apocalyptiques parfaits à écouter ces jours-ci, en regardant depuis sa fenêtre, lors d’une nuit d’insomnie, les rues désertées de Paris. Une expérience musicale méditative, sombre et immersive, qui ravira les auditeurs les plus avertis.

La formation de Wrekmeister Harmonies varie au gré de chaque album. Pour chacun, J.R. Robinson s’entoure des musiciens les plus à même de valider la vision de l’oeuvre à venir, enregistrée en différents lieux, souvent insolites, et conçue comme un projet artistique unique et singulier. Pour ce cinquième et dernier album, J.R. Robinson et son acolyte la multi-instrumentiste Esther Shaw se sont entourés de Thor Harris (Swans), et Jamie Stewart (Xiu Xiu), pour les percussions et les éléments électroniques.

« We Love To Look At The Carnage » a été composé dans l’isolement d’une cabane au fond des bois, en plein hiver, puis mixé par Martin Bisi, connu pour son travail avec Swans et Sonic Youth. Influencé par les méditations de Marc Aurèle, trouvant sa force dans le stoïcisme, il met en scène une longue métaphore de la nuit.

A la croisée du drone, du doom, du post-rock et de la musique expérimentale, sur fond de tension permanente, l’album déploie cinq longues pièces qui doivent n’en former qu’une, habitée par endroits d’un chant fantomatique déclamé comme un mantra, aussi grave et doux qu’inquiétant.

La scène prend place à minuit, au son d’une intrigante mélodie de piano d’abord associée à la voix éthérée d’Esther Shaw dans l’ensorcelant Midnight To Six, et s’évanouit aux premières lueurs du petit matin, lorsque commence à résonner le chant des oiseaux, dans les saturations déconcertantes de l’envoûtant Immolation. Entre temps, l’aérien et délicieux Coyotes of Central Park a porté la plainte à l’acmé de sa beauté. Tout au long du disque, par le saisissement de guitares et de percussions hypnotiques contrastant avec la grâce fragile d’un clavier et d’un violon déchirants, l’oeil se retrouve forcé de s’habituer à une obscurité dont on ne sait jamais si elle se veut délicatement enveloppante ou brutalement terrifiante. Là où les ténèbres de nos pensées nocturnes semblent toujours tendre vers l’espoir fugace de l’apaisement. Un disque aussi magnifique que troublant.

Le dernier concert de Wrekmeister Harmonies à Paris vient d’être reprogrammé, il aura lieu le 23 septembre à l’Espace B. J’espère avoir le plaisir d’y croiser certains d’entre vous. Mais, d’ici là, prenez bien soin de vous.

Pour découvrir l’album :

Tracklist :

  • Midnight to Six
  • Still Life With Prick Cancer
  • Coyotes of Central Park
  • The Rat Catcher
  • Immolation

Bandcamp : https://wrekmeisterharmonies.bandcamp.com/
Facebook : https://www.facebook.com/wrekmeisterharmonies23/

Eglantine / Totoromoon


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.