DREXLER Handles

Derrière Drexler se cache Adrian Leung, compositeur, producteur et multi-instrumentiste australien vivant désormais à Londres. Après de nombreuses collaborations avec différents groupes de musique, de même que pour des projets publicitaires et cinématographiques, le jeune artiste, mue d’un désir nouveau de liberté, se lance dans la composition de son premier album. Ainsi naît « Handles », bel opus en forme de renouveau créatif dans lequel le musicien se laisse aller à l’exploration d’un nouveau champ des possibles.

La formation classique d’Adrian Leung se mêle ici à son goût pour les sons contemporains, conviant aussi bien néo-classique, ambient et folk, qu’éléments de musique traditionnelle hongkongaise rappelant les origines de ses parents, mais aussi de field recording glané au fil de ses nombreux voyages à travers le monde. Un magnifique album à découvrir.

Drexler dit de cet album qu’il marque pour lui un nouveau chapitre de sa carrière artistique. Libre d’écrire sans aucune direction et sans aucun but précis, le musicien met ainsi à profit un nouvel espace d’expérimentation pour laisser à sa musique la possibilité de suivre des chemins aussi variés qu’inattendus.

A l’atmosphère intime des cordes du violon, du violoncelle et de l’alto se joint la douceur feutrée du piano. Nappes de claviers synthétiques, touches de guitares folk et enregistrements sonores de terrain sont ensuite subtilement intégrés à l’ensemble, venant apporter à « Handles » une profondeur et une modernité savoureuses. Ainsi peut-on entendre, en tendant l’oreille, le doux flot du lac Kawagushi au Japon, le bruissement d’un vol d’oiseaux et le crépitement d’un feu de camp en Australie, ou encore le bourdonnement du métro londonien. A la faveur du soin qu’il porte à travailler chaque détail sonore, les mélodies et les textures sont ici aussi minutieusement construites qu’admirablement belles.

Si chacune des neuf compositions se fait forte d’une singularité particulière, le disque ne perd pour autant jamais de son harmonie. Par endroits, comme sur le sublime Ashes que j’ai écouté en boucle ces derniers jours en regardant la lune, les fantômes d’Olafur Arnalds et de Max Richter viennent planer sur un morceau. Ils le font délicatement, montrant le talent du musicien pour rendre hommage à ses aînés tout en composant les beautés de son propre renouveau. Superbe.

« Handles » est disponible aux formats numérique et CD via Rhodium depuis le 17 juillet.

A découvrir, la vidéo de Lightness :

Pour découvrir l’album :

Tracklist :

  • Lightness
  • Dreamings
  • Ghosts Have Arrived
  • Ashes
  • Blossoms
  • Ivory Tape
  • Fluorescence
  • Between the Moon and the Deep Blue Sea
  • Wollondilly Nights

Bandcamp : https://drexler-music.bandcamp.com
Facebook : https://www.facebook.com/iamdrexler/

Une interview de Drexler chez Rhodium est disponible ici : https://www.rhodiumpublishing.com/interviews/drexler-on-lightness

Eglantine / Totoromoon


Une réflexion sur “DREXLER Handles

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.