GRANDBROTHERS All The Unknown

J’ai fait connaissance avec « All The Unknown » longtemps avant la date officielle de sa sortie. Je connaissais Grandbrothers depuis quelques années, j’en aimais beaucoup certains morceaux, mais je n’étais pas totalement convaincue par l’ensemble, que je trouvais, à la longue, assez répétitif et assez peu émouvant.

Et puis « All The Unknown » est arrivé dans ma boîte à lettres. Et il a propulsé Grandbrothers au sommet des artistes ayant enchanté ma vie musicale. J’avais à ce moment-là plusieurs mois à l’horizon pour rédiger une chronique de l’album, puisqu’il ne devait paraître qu’au début de cette année. Et je crois bien que je n’ai jamais autant mis à profit le temps qui m’ait été donné pour me familiariser avec un disque. Impossible de compter le nombre d’écoutes que j’en ai faite, cet album faisant exploser tous les records. Impossible aussi de compter le nombre de redécouvertes qu’il a occasionné en moi, le savourant un peu plus à chaque fois.

Avec « All The Unknown » et ses nappes de piano mariant l’organique et l’électronique, Grandbrothers abandonne les restrictions qu’il s’était lui même imposé sur ses précédents opus et, s’aventurant plus loin, franchit un cap qui le mène tout droit à l’acmé de la beauté.

La pochette de l’album invite à regarder à travers l’épais feuillage d’un buisson d’aubépines. A se demander ce qui se cache derrière. A partir en exploration, attrait de l’inconnu et frisson de la curiosité chevillés au corps. C’est de cette recherche de nouveauté que se nourrit « All The Unknown ». Là où Eros Sarp et Lukas Vogel repensent leur manière de créer, ne se contentant plus seulement de jouer chaque note en direct, mais s’autorisant à superposer les strates de sons créés par un piano à queue et un système inventif de commande électronique.

Si les deux comparses reprennent une fois encore les codes de la musique minimaliste, scandant des mesures de piano répétitives et hypnotiques, et faisant des marteaux de véritables percussions, ils y ajoutent de la manière la plus habile qui soit une palette de rythmes et d’effets électroniques plus vaste et plus audacieuse, magnifiant par là même l’intensité dramatique de leurs morceaux.

Dans « All The Unknown », Grandbrothers ne se limite ainsi pas à habiller l’ancien avec le nouveau, ou l’originel avec l’artificiel, mais transcende véritablement ses objets musicaux pour en faire des compositions d’une créativité, d’une beauté et d’une expressivité parfaites. Superbe.

« All The Unknown » est disponible depuis le 15 janvier aux formats numérique, CD et vinyle via City Slang.

Pour découvrir l’album :

Tracklist :

  • Howth
  • What We See
  • Umeboshi
  • All The Unknown
  • The Goat Paradox
  • Four Rivers
  • Shoreline
  • Auberge
  • Organism
  • Silver
  • Black Frost
  • Unrest
  • Mourning Express

Site web : https://www.grandbrothersmusic.com/

Bandcamp : https://grandbrothers.bandcamp.com/
Facebook : https://www.facebook.com/grandbrothers

Eglantine / Totoromoon


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.