DAIGO HANADA Satori

Il y a quelques années, Nils Frahm lançait la fête du piano, créant pour cet instrument intemporel sa propre célébration, le « Piano Day ». Cette fête se tient tous les ans le 88e jour de l’année, comme les 88 touches noires et blanches d’un piano. Cette année encore, j’ai choisi de partager avec vous cet événement mettant à l’honneur un instrument que je chéris particulièrement. Parce qu’il fut le premier que j’ai pratiqué, alors même que mes pieds ne touchaient pas encore par terre lorsque j’étais assise sur le large tabouret de velours bleu ciel devant lui. Et parce qu’il m’a accompagnée pendant de très nombreuses années, refuge au gré des méandres de ma vie.

Pour le célébrer, j’ai choisi cette année le talentueux pianiste japonais Daigo Hanada, ce dernier ayant donné naissance ce mois-ci à un magnifique nouvel album, fait des compositions intimes et raffinées dont il a le secret. Un album feutré, au pouvoir accrocheur immédiat. Sensible et doux comme de la soie.

Ecrit, interprété, enregistré et mixé par Daigo Hanada lui-même, « Satori » a bénéficié du beau mastering de Martin Heyne au Lichte Studio, à Berlin, et de l’une des saisissantes illustrations de la série « Moonlight » d’Andrea Diotallevi.

Depuis « Ichiru », son premier album, et « Ouka », un joli petit EP paru il y a quelques années, Daigo Hanada n’a eu de cesse d’affiner à la fois la délicatesse et la personnalité de ses compositions. Avec « Satori », le compositeur japonais, en proie à de lourds soucis de santé lui ayant causé de longues périodes d’incertitudes, se révèle dans toute sa vulnérabilité. Fort et fragile à la fois. Fragile de ses souffrances, fort de ses combats. Il semble vouloir ici faire approcher le piano d’encore plus près, faisant pénétrer l’auditeur toujours plus au creux de ses sonorités tout en sensibilité. Dans le toucher en légèreté de ses doigts sur les touches. Dans le frottement des marteaux sur le feutre. Dans l’ajout par endroits de nappes éthérées de reed organ, équivalent moderne de notre harmonium européen, venant de ses résonances magnifier celles du piano.

S’envolent ainsi dans les airs, tantôt de sobres, discrètes et paisibles mélodies, tantôt des notes mariées ensemble pour créer une atmosphère. Celle-ci est de celles où un rai de lumière tente de percer dans l’obscurité, venant enrober la mélancolie alentour d’une effluve de poésie.

Daigo Hanada dédie cette musique « aux personnes qui traversent la douleur et la souffrance », dans un monde qui continue de lutter contre des tragédies. Ainsi, de ses treize courtes pièces à l’exécution fluide et à l’harmonie parfaite, « Satori » se fait chaleur réconfortante venue réchauffer des coeurs par trop refroidis. Douce lumière au creux des jours gris.

« Satori » est disponible depuis le 4 mars au format numérique, CD et vinyle via Moderna Records.

Pour découvrir l’album :

Tracklist :

  • Shimmer in the Sky
  • Satori
  • Reflection I
  • Dear
  • Yura
  • Kage
  • Toki
  • Emi
  • Reflection II
  • Cold Hands
  • Happiness Is
  • In the Wind
  • And It Goes On

Bandcamp : https://modernarecords.bandcamp.com/album/satori
Facebook : https://www.facebook.com/Daigo-Hanada-1291389547566380/

Daigo Hanada chez Moderna Records : http://modernarecords.com/daigo-hanada

Le site officiel du « Piano Day » : https://www.pianoday.org/

Joyeux Piano Day à chacune et chacun de vous,

Eglantine / Totoromoon

Publicité

Une réflexion sur “DAIGO HANADA Satori

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.