TOM ROGERSON Retreat To Bliss

Dans le saisissement des cavalcades de notes de piano magistralement improvisées. Dans l’envoûtement des nappes électroniques discrètes et ouatées. Dans l’enchantement des percées d’une voix paisible, sensible et lointaine. Là, au croisement, se situe « Retreat To Bliss ».

Diplômé de la Royal Academy Of Music et talentueux pianiste d’improvisation, collaborateur de Brian Eno et leader de Three Trapped Tigers, formation connue pour ses mélanges innovants d’éléments de musique électronique, de jazz et de noise rock, mais aussi pour ses performances aux côtés de Deftones ou encore The Dillinger Escape Plan, Tom Rogerson donnait le jour au début du printemps à son premier album solo. « Retreat To Bliss » ou le retour du pianiste et compositeur dans le Suffolk de son enfance. « Retreat to Bliss » ou la traversée des montagnes russes de la vie, de la naissance de son enfant à la perte de l’un de ses parents, en passant par la découverte de son affection d’une forme rare de cancer du sang. « Retreat To Bliss », ou l’un des albums les plus époustouflants et les plus sidérants de beauté qui m’ait été donné de découvrir depuis le début de cette année.

Il s’est écoulé cinq années entre « Finding Shore », album composé en collaboration avec Brian Eno, et « Retreat To Bliss », tout juste paru. Cinq années de bouleversements dans la vie de l’artiste, l’ayant amené à retrouver une écriture à la fois plus minimaliste et plus authentique que jamais. A la faveur des intenses émotions qui n’ont cessé de l’habiter durant la période où il composait, Tom Rogerson déploie ici onze pièces écrites pour partie dans l’église jouxtant la maison de ses parents. Onze pièces enregistrées par Leo Abrahams (Brian Eno, David Byrne, Grace Jones) en quelques jours seulement, mettant ainsi l’accent à la fois sur la spontanéité et sur le talent de l’artiste à improviser.

Du délicat Descent, qui ouvre l’album sur une série de notes aiguës de piano suspendues dans les airs, loin, là haut, au-dessus du vide, au superbe diptyque fait de Retreat To et Coda qui le clôt dans les résonances de notes graves, furieuses puis feutrées, en passant par les sublimes Oath et Chant, au creux desquels s’envole la voix subtile du musicien, « Retreat To Bliss » ne cesse une seule seconde d’émerveiller. Par le côtoiement habile de l’intensément personnel et de l’universel, de la légèreté du doigté et de la profondeur des sonorités. Par le savoir-faire inégalé du musicien mettant à profit ici à la fois sa remarquable carrière et la parfaite maîtrise de son instrument, et ce que lui ont inspiré les épreuves qu’il a eu à traverser. Dans l’humilité de son humanité. Dans l’exposition au grand jour de ses fragilités autant que dans un effacement discret. Somptueux.

« Retreat To Bliss » est disponible depuis le 25 mars aux formats numérique, CD et vinyle via Western Vinyl.

Pour découvrir l’album :

Tracklist :

  • Descent
  • Oath
  • Buried Deep
  • Toumani
  • Drone Finder
  • Chant
  • Rapture 1
  • Open Out
  • A Clearing
  • Retreat To
  • Coda

Bandcamp : https://tomrogerson.bandcamp.com/
Facebook : https://www.facebook.com/tomrogersonmusic/

Eglantine / Totoromoon

Publicité

Une réflexion sur “TOM ROGERSON Retreat To Bliss

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.