INCORRUPTIBLE BODIES To Walk A Glitter Path

Il est arrivé alors que je m’apprêtais à recevoir l’un de ces coups de téléphone que l’on aimerait n’avoir jamais reçu. Alors que je m’apprêtais à apprendre que mon corps trop fragile souffrait d’un nouveau mal. Un nouveau mal. Une nouvelle fois. De ces fois où l’accumulation est telle qu’elle fait exploser le petit plafond de ce qui semblait tolérable. Pour rendre tout à coup toute la vie intolérable. Et tous les maux superposés insurmontables.

Il est arrivé pour accompagner le choc. Puis les larmes. Puis la colère. Puis les larmes encore. Puis l’acceptation. L’acceptation, toujours. Parce qu’il n’y a pas d’autre choix.

A présent, il accompagne le nouveau combat.

Lui, c’est le premier album de Daniel Neal, connu pour être le violoniste de la fabuleuse formation britannique Yndi Halda. Comme un fait exprès, le projet de Daniel s’appelle Incorruptible Bodies, et son album « To Walk A Glitter Path ». Les corps inaltérables. Le chemin scintillant. Comme pour rappeler la force de certains corps, arpentant fièrement des chemins lumineux à travers les épreuves de la vie. Cette vie qui semble s’amuser à faire des pieds de nez. Qui donne l’ordre d’être fort, tout en rappelant sa fragilité.

« To Walk A Glitter Path » m’a donc accompagnée tout l’été. M’intimant d’avaler les épreuves. Me poussant à marcher vers la lumière. Il l’a fait en m’enveloppant de ses notes élégantes et délicates avec une irrésistible douceur. Tranquillement, mais non moins intensément. Un merveilleux album.

Ici, un piano délicat se pare de quelques nappes synthétiques discrètes et éthérées. Là, viennent planer les vibrations émouvantes des violons. Bientôt se fait entendre une voix fragile. Puis une autre, répondant tendrement à la première. Elles sont tantôt claires, tantôt subtilement réverbérées. Toujours à la fois profondes et légères. Les échos d’un vocodeur surprennent un instant, avant de laisser place à de nouvelles beautés organiques et à la simplicité magnifiquement déchirante d’un texte murmuré au lieu d’être chanté.

Il est question de littérature, d’étoiles, de fantômes et de nature, mais surtout d’histoires d’amour et de rupture. Ainsi tombe-t-on amoureux dans les quatre premiers titres du disque. Et se sépare-t-on dans les quatre derniers. Dans chacun donc, se fait forte la puissance des émotions. Leur impact sur les âmes et les corps. Des émotions mises en musique de la plus tendre et sensible des manières, le long de mélodies portées par des sonorités soyeuses et minutieusement orchestrées.

I am content to be a ghost, because I know I’ll always be the one who loved you most…

Huit pièces renversantes de beauté, dont on espère qu’elles ne sont que le premières d’une multitude d’autres à venir.

« To Walk A Glitter Path » est disponible depuis le 14 juillet au format numérique.

Pour découvrir l’album :

Tracklist :

  • Sketches Of A Fern
  • How To Read Water
  • Enif And Etamin
  • The Stars From My Window
  • Default Mode Network
  • I Will Paint You Black
  • Content To Be A Ghost
  • To Walk A Glitter Path

Bandcamp : https://incorruptiblebodies.bandcamp.com/releases
Facebook : https://www.facebook.com/incorruptiblebodies
Instagram : https://instagram.com/incorruptiblebodies

Eglantine / Totoromoon

Publicité

Une réflexion sur “INCORRUPTIBLE BODIES To Walk A Glitter Path

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.