MONO Heaven, Vol. I

L’hiver est enfin fini. Pour moi qui suis née en plein été, dans une région gorgée de soleil et de champs d’oliviers, l’hiver a toujours été une saison compliquée. Je n’aime pas l’humidité. Je n’aime pas le froid. Je n’aime pas l’obscurité. J’aime la chaleur sèche, la lumière et le chant des cigales. J’aime les rayons dorés du soleil se reflétant sur les grappes orangées des abricotiers.

Pour traverser l’hiver sans sombrer, je suis donc forcée de mettre en place des subterfuges. De trouver des échappatoires pour résister. Je me réconforte en regardant les illuminations festives sur les arbres et dans les rues, je me réchauffe en trempant des cookies dans des chocolats chauds, je m’égaye en arborant des pulls à fleurs et en tricotant des bonnets emmitouflée dans un plaid sur mon canapé… Et puis, bien sûr, je m’évade en m’abreuvant de belle musique.

Cet hiver, comme s’il avait entendu ma détresse, Mono décidait de créer une nouvelle tradition. Celle de lancer une mini-série qui prendrait la forme, le 25 décembre de chaque année, d’un nouvel EP. Un EP penché vers la lumière au moment précis où nous en avons le plus besoin. Un EP sans angoisses et sans tristesses. Un EP chaleur, réconfort et tendresse.

Ainsi naissait il y a trois mois « Heaven, Vol. 1 ». Ici, les légendes du post-rock japonais mettent leur talent au service d’une peinture musicale des souvenirs d’enfance, des espoirs, des rêves et de l’affection des êtres chers. Ils le font comme ils nous y ont toujours habitués, de la plus émouvante et belle des manières. D’abord proposé au format numérique, « Heaven, Vol. 1 » paraît cette semaine au format physique, et je ne peux, bien sûr, que vous le recommander.

Enregistré au Japon par Takaakira ‘Taka’ Goto dans son home studio, et mixé à New York par Rafael Anton Irisarri et Jeremy deVine, « Heaven, Vol. 1 » développe trois pièces simples et sensibles. Le piano y trouve une place de choix. S’y déployant avec grâce, il forme le coeur et l’âme d’orchestrations riches et soignées, donnant vie à des mélodies aussi délicatement construites que passionnément exécutées.

Mono a voulu ici que chaque pièce ait un sens. Lucia, la première et la plus longue, évoque l’arrivée du deuxième enfant du directeur de Temporary Residence Ltd, son label américain. Construit en deux parties, il célèbre d’abord la naissance d’une nouvelle vie, avant de donner la part belle au rêve et à l’espoir. Le groupe dit l’avoir écrit avec sous les yeux la vision du Père Noël conduisant joyeusement un traîneau à travers les tourbillons de lumière blanche et pure d’une tempête de neige. Smile s’inspire quant à lui des jeux d’enfants dans les paysages enneigés, le coeur dansant sur le monde blanc, et leurs parents les regardant s’amuser en souriant. Silent Embrace, enfin, peint la vie d’adultes et ses épreuves en forme de montagnes escarpées. Elle rend hommage aux proches, aux collègues, aux amis et aux familles, dont le soutien et l’amour donnent la force et le courage d’avancer.

Un très joli petit opus.

« Heaven, Vol. I » est disponible depuis le 25 décembre au format numérique, et sera disponible à partir du 24 mars au format vinyle via Pelagic Records, Temporary Residence Ltd et New Noise China.

Pour le découvrir :

Tracklist :

  • Lucia
  • Smile
  • Silent Embrace

Site web : https://www.monoofjapan.com/

Bandcamp : https://monoofjapan.bandcamp.com/
Facebook : https://www.facebook.com/monoofjapan

Mono chez Pelagic Records : https://pelagic-records.com/artist/mono/

Eglantine / Totoromoon

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.