ARCHIVE Again

En mai dernier, lors d’un concert époustouflant, les légendaires rockeurs britanniques d’Archive sont venus me réveiller tous les sens. La setlist était superbe, le son à la fois précis et puissant, le jeu de lumières magnifique. Trois heures de show inoubliables, manière parfaite de célébrer les 25 ans de carrière d’un collectif qui n’a jamais fini de m’enchanter.

Depuis, j’ai remis la discographie complète du groupe à l’honneur lors de mes promenades musicales nocturnes. Si le fascinant Lights demeure mon titre préféré des Anglais, il en est un autre que j’ai redécouvert à bonheur à la fin du concert colossal donné à la Seine Musicale. Plus hypnotique et majestueux encore en live que sur disque, Again, à la faveur de paroles déchirantes et de 16 belles minutes de son, fait voyager mieux qu’aucun autre, révélant le talent sans mesure d’Archive. La douceur mélancolique parfaite de cette fin d’été. Lire la suite

Publicités

HUGAR Varða

Y a-t-il quelque secret qui fasse de l’Islande une terre à l’origine de tant d’inspirations ? C’est de cette île aux paysages spectaculaires qu’est originaire Hugar, jeune duo qui a su emprunter le meilleur de ses talentueux compatriotes pour créer des compositions de toute beauté. Après un premier album prometteur et des collaborations remarquées avec Björk, Johann Johannson, mais aussi Ólafur Arnalds et Sigur Rós, Hugar a donné le jour cet été à « Varða », nouveau bijou de douceur nocturne et éthérée, à découvrir absolument. Lire la suite

NINA KEITH Maranasati 19111

« Elle peignait ses cheveux d’or et j’aurais dit
Qu’elle martyrisait à plaisir sa mémoire
Pendant tout ce long jour assise à son miroir
A ranimer les fleurs sans fin de l’incendie
Sans dire ce qu’une autre à sa place aurait dit »

– Louis Aragon, Elsa au miroir.

Plonger au coeur de la mémoire. Déconstruire. Reconstruire.

Regarder l’enfance les yeux rivés à son miroir. Ranimer les souvenirs.

Rallumer l’incendie.

Tel est le souhait de Nina Keith dans « Maranasati 19111 », sa première oeuvre. Ici, l’artiste transgenre de Philadelphie explore des souvenirs faits d’espoirs et de tragédies. Elle les décompose en silence, pour mieux les recomposer ensuite, en musique. Un piano, une flûte, des voix, un synthétiseur et un magnétophone se joignent ainsi à la danse de la mémoire pour leur donner vie. Lire la suite

OFTEN THE THINKER Greatest Possible Tenderness

Similarités, différences, famille. Telles sont les influences qu’Often The Thinker cite pour se présenter. Depuis plus de dix ans, ces musiciens composent, enregistrent, produisent et publient leurs disques eux-mêmes, formant une grande famille unie par son amour de la musique. Avec cinq albums à son actif, ce collectif américain désormais basé à San Diego oeuvre ainsi sans relâche à réinventer sa vision de la composition. Une vision originale et en constante évolution, mêlant post-rock, jazz, country et musique expérimentale, qui mériterait grandement de sortir de l’ombre. Lire la suite

HERON Sun Release

Le post-rock de Heron est de ces élégances instrumentales que j’aime. De celles qui savent délicatement chanter sans paroles, et peindre des paysages colorés et foisonnants par la seule force de leurs instruments. Après un premier opus prometteur paru il y a deux ans (ma chronique de « You Are Here Now » à retrouver ici), le quatuor de Pennsylvanie est de retour avec un nouvel album. « Sun Release » porte merveilleusement son nom. Il est de ces albums à la lumière délicate, dont les rayons percent de plus en plus finement au fil des écoutes. De ceux dont la simplicité apparente des nappes de guitares éthérées cache un délice de mélodies soignées, rivalisant de grâce, d’énergie et de beauté. Un très bel album d’été. Lire la suite

DAIGO HANADA Ouka

Durant l’hiver 2017, je vous parlais de « Ichiru », premier album de Daigo Hanada. Cet été, le compositeur japonais est de retour avec un nouvel EP. « Ouka » dévoile sept compositions intimes et raffinées, où les feutres du piano sont rois. En simplicité, en délicatesse et en beauté, un très bel opus à découvrir. Lire la suite

MES CONCERTS 2018/2019

Comme tous les étés, voici mon petit bilan d’une belle année de concerts. J’espère qu’elle a été, pour vous aussi, riche de moments forts en émotions musicales.

Les concerts signalés avec un ♥ sont ceux où vous avez pu m’apercevoir… et ce fut un plaisir d’y croiser certains d’entre vous.

Cette année, j’ai eu le bonheur d’intégrer l’équipe organisatrice du beau festival Post In Paris, et Totoromoon a eu pour la troisième année consécutive l’honneur d’en être partenaire. Vous pouvez retrouver mon report du festival avec Shy Low, Wang Wen, Winter Dust, Vlmv, Ovtrenoir, Bravery In Battle, Piscine, Bank Myna, A River Crossing, The Random Monsters, Forge, Hex et Broken Cash Machine… ici.

Cette année, j’ai également eu la chance d’être invitée pour la deuxième fois en tant que chroniqueuse au fantastique Dunk! Festival, en Belgique, le festival le plus légendaire de la scène post-rock internationale. Vous pouvez retrouver mes live reports des trois jours du festival ici : Jour 1 (Black Narcissus, Osorezan, Am Fost La Munte Și Mi-a Plăcut, Staghorn, Coastlands, This Patch Of Sky, Celestial Wolves), Jour 2 (Wanheda, Baulta, Pillars, Wang Wen, A Swarm Of The Sun, Wrekmeister Harmonies, Efrim Manuel Menuck), Jour 3 (Paint The Sky Red, Jardin De La Croix, Silent Whale Becomes A Dream, Tangled Thoughts Of Leaving, Her Name Is Calla).

Les concerts parisiens déjà annoncés pour le premier semestre 2019/2020 sont en ligne sur la page « Concerts », page que je mets régulièrement à jour. N’hésitez pas à la consulter si vous manquez d’idées en matière de sorties musicales à Paris. Je vous souhaite à toutes et à tous un très bel été. Lire la suite

TOM ADAMS Particles

Compositeur et producteur de renom vivant à Berlin, Tom Adams dit de cet album qu’il est arrivé par accident. C’était il y a cinq ans. Il travaillait à temps partiel, et passait le reste du temps à voyager pour donner des concerts. De retour à la maison, il se détendait en improvisant sur son piano, jouant ce qui lui venait à l’esprit sans penser à la cohérence et au style. Toutes les parties de piano, mais aussi les synthétiseurs, percussions, enregistrements vocaux et arrangements électroniques ont été capturés à cette époque en une seule prise, avec toutes les imperfections laissées en place. En plus de sa délicatesse première, il est ainsi quelque chose d’authentique, sensible et spontané qui rayonne dans cet album, le rendant immédiatement irrésistible. Une nouvelle beauté signée Moderna Records, à découvrir absolument. Lire la suite