MONO Nowhere Now Here

Il y a quelques jours, mes post-rockeurs japonais préférés donnaient naissance à une nouvelle beauté. Après le coup de foudre que j’avais eu il y a trois ans pour leur fabuleux « Requiem For Hell », j’avoue avoir eu un peu peur d’être déçue par son successeur. Mais il n’en est rien. « Nowhere Now Here » est le dixième album de Mono, et il est la preuve qu’après vingt ans de carrière, un changement de batteur et de nouvelles expérimentations sonores, le groupe n’a rien perdu de sa superbe. Un très bel album à découvrir. Lire la suite

Publicités

QUENTIN SAUVÉ Whatever It Takes

A première vue, Quentin Sauvé et moi n’avions rien en commun. Artiste de la scène post-hardcore officiant chez Birds In Row, As We Draw ou encore The Brutal Deceiver, partageant régulièrement la scène avec Converge et Neurosis, le jeune Lavallois évoluait dans un monde très éloigné de mes douceurs musicales de prédilection. Pourtant, en 2011, il s’était déjà échappé avec un projet folk plus personnel, du nom de Throw Me Off The Bridge, projet cependant passé à côté de moi puisqu’il continuait à faire les premières parties de groupes que je prenais soin de tenir éloignés de mes tympans sensibles. Et puis, récemment, Quentin Sauvé est arrivé dans mon monde. Avec un nouveau projet à son nom. Comme une mise à nu. Et il m’a littéralement bouleversée. Lire la suite

JULIA KENT Imbalance

Après les sublimes « Character » (2013), et « Asperities » (2015), tous deux chroniqués ici, Julia Kent était de retour il y a quelques jours avec un nouvel album, « Temporal ». Une nouvelle beauté à la fois fulgurante et déchirante, signée de la talentueuse violoncelliste canadienne, désormais basée à New York. J’y ai trouvé la douceur parfaite de ce mois de février, et j’espère que vous l’aimerez autant que je l’aime. Lire la suite

A SWARM OF THE SUN The Woods

J’aime la musique qui, par la grâce de compositions expressives et habitées, sait peindre des atmosphères. J’aime la musique qui, le temps de quelques mesures, transporte ailleurs. Loin. Celle qui fait oublier les lieux et les objets. Qui captive. Qui bouleverse. La musique de A Swarm Of The Sun, à son apogée dans « The Woods », est de celles-là. Par la force de ses pièces patiemment et méticuleusement construites, elle envoûte, transporte, ébranle.

Doucement. Lentement. Sûrement.

« The Woods » est le quatrième album du duo suédois, et il vient tout juste de paraître. Il est de ces albums à la fois sombres et sensibles, qui vous saisissent. Qui vous empoignent. Qui vous emportent avec eux, au creux d’une atmosphère brumeuse, épaisse et singulière. Superbe. Lire la suite

Ô LAKE Refuge

« Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages,
Dans la nuit éternelle emportés sans retour,
Ne pourrons-nous jamais sur l’océan des âges
Jeter l’ancre un seul jour ?

Ô Lac ! »

– Lamartine, Le lac.

Ce sont sur les vers célèbres de Lamartine que s’ouvre le press kit d’Ô Lake. Et c’est en les ayant à l’esprit que je découvre le premier album de ce nouveau projet porté par Sylvain Texier. Après The Last Morning Soundtrack et Fragments, le multi-instrumentiste breton se passe de voix pour laisser s’exprimer seuls ses instruments, dans un premier album où néo-classique et subtiles touches électroniques se mêlent à bonheur. « Refuge » paraît aujourd’hui, et je vous le recommande absolument. Lire la suite

ALPHA DU CENTAURE Le Déséquilibre Originel

Ils aiment le post-rock, le shoegaze, mais aussi le metal, le jazz et la pop. Ils écoutent aussi bien Slowdive, que Deafheaven, Russian Circles et This Will Destroy You. Depuis 2015, Alpha du Centaure, projet démarré en solo par Cédric Tessonneau, rapidement rejoint par le guitariste Gaël Marcou, a donné le jour à deux EP, quitté la Provence pour la région lyonnaise, changé de line up, et commencé à travailler à son premier album. « Le Déséquilibre Originel » est le deuxième opus du groupe, et il est un délicieux petit disque à découvrir. Lire la suite

5OCLOCKINTHEMORNING Relief

Après de longues années de silence, la première formation de post-rock parisien à avoir fait chavirer mon coeur est de retour. Entre 5oclockinthemorning et moi, l’histoire remonte à l’année 2006, alors que le groupe venait tout juste de se former, qu’il composait ses premiers morceaux et donnait ses premiers concerts. 5oclockinthemorning fait partie de ces groupes qui ont oeuvré à faire de moi l’amoureuse de post-rock que je suis aujourd’hui. De la beauté d’un son qui parle sans paroles. De l’intensité d’émotions brutes et authentiques, entre force sauvage et délicatesse infinie.

Il y a quelques jours, 5oclockinthemorning a donné le jour à un nouvel EP. « Relief » est de ces petits disques qui ont déjà tout d’un grand, et qui ne me font pas regretter d’avoir attendu si longtemps le retour d’un groupe qui a marqué mes souvenirs. A découvrir absolument. Lire la suite

STEVE STRONG Turbo Island

J’ai découvert Steve Strong l’année dernière, à l’occasion de la deuxième édition du Post In Paris Festival. En 40 minutes de set, le multi-instrumentiste venu de Bristol a éclipsé pour moi toutes les autres prestations du festival. Seul, assis derrière sa batterie, jonglant de ses baguettes à la guitare, à la basse et aux machines avec une dextérité et une aisance déconcertantes, il a livré une performance remarquable à tous points de vues. A la fois énergique et sensible. Forte et subtile. Superbe.

Il y a quelques jours, Steve Strong était de retour avec un nouvel album. Entre post-rock, math-rock, trip hop, shoegaze et musique expérimentale, « Turbo Island » continue de brouiller les pistes, et il le fait brillamment. Un excellent album à découvrir. Lire la suite

IN LIGHTS The Forgotten Bridge

Le 25 décembre, il y a un peu plus d’un an, j’avais choisi de troquer les chants de Noël contre une beauté de post-rock atmosphérique à guitares et violons. Cette beauté, c’était « This Is How We Exist », dernière exquise parution des Américains In Lights. Le quintet californien était de retour il y a quelques semaines avec un nouvel EP, « The Forgotten Bridge ». Trois titres lumineux à l’image ce groupe qui porte si bien son nom.  Lire la suite