NICK CAVE & THE BAD SEEDS Love Letter

Nick Cave, pour moi, c’est un peu comme Depeche Mode ou The Cure. J’ai l’impression de l’avoir toujours connu. Il faisait partie de ces artistes aux voix devenues familières, que me faisait écouter mon grand frère en me mettant le casque de son walkman sur les oreilles. Je m’apprêtais à avoir 5 ans quand « From Her To Eternity » a vu le jour. C’était en juin, il y 35 ans. Je m’apprête à présent à souffler mes 40 bougies, et il est toujours là, se rappelant régulièrement à mes souvenirs. Sa voix ténébreuse à nulle autre pareille. Ses orchestrations sophistiquées. Le lyrisme de ses compositions. L’émotion au bout de chaque note.

Je me suis récemment replongée dans « No More Shall We Part », bel opus paru en 2001. J’y ai trouvé la douceur chaude et romantique en accord parfait avec ce mois de juillet. J’espère que vous l’aimerez autant que je l’aime. Lire la suite

Publicités

MILES OLIVER Saturdaze

C’est à l’occasion d’une belle soirée organisée il y a quelques mois par En veux-tu? En v’là! que je découvrais pour la première fois la folk sombre et habitée de Miles Oliver. Depuis, je l’ai redécouverte deux fois. Avec la sensation d’en percevoir de nouveaux aspects à chaque fois. De nouvelles énergies. De nouvelles subtilités. De nouvelles beautés. De nouvelles poésies.

« Color Me », son troisième album, est paru à l’automne dernier. J’y ai trouvé la douceur parfaite de ce début d’été. Noisy, poignante et émouvante à souhait. Lire la suite

DEATH CAB FOR CUTIE A Lack Of Color

Depuis 1997, Ben Gibbard et Death Cab For Cutie enchantent l’indie rock américain. Et, depuis quelques mois, un de leurs morceaux enchante mon petit appartement du 11e arrondissement de Paris. Il y vient, les soirs tristes, me remettre la douceur au coeur et la légèreté à l’âme. Il s’appelle A Lack Of Color, et il est extrait de « Transatlanticism », quatrième album du groupe, paru en 2003.

J’ai eu envie de le partager avec vous ce mois-ci, et j’espère qu’il saura ensoleiller vos coeurs comme il ensoleille régulièrement le mien. Lire la suite

RICHARD LUKE Everything A Reason

Le 13 avril 2018, Richard Luke était à l’honneur dans ma chronique « douceur du mois », choisie chaque mois pour vous, ici. Le 13 avril 2019, Richard Luke est de retour, et signe une nouvelle beauté d’album néo-classique, que j’ai de nouveau choisi de mettre à l’honneur. J’y ai une fois de plus trouvé la douceur parfaite de ce printemps, et j’espère qu’elle vous plaira comme elle m’a plu. Lire la suite

QUENTIN SIRJACQ Companion

Après « Far Islands And Near Places », le talentueux compositeur et pianiste français Quentin Sirjacq est de retour avec « Companion ». J’y ai trouvé la douceur sensible et délicate de ce mois de mars, parfaite à l’approche des premiers jours du printemps. Lire la suite

JULIA KENT Imbalance

Après les sublimes « Character » (2013), et « Asperities » (2015), tous deux chroniqués ici, Julia Kent était de retour il y a quelques jours avec un nouvel album, « Temporal ». Une nouvelle beauté à la fois fulgurante et déchirante, signée de la talentueuse violoncelliste canadienne, désormais basée à New York. J’y ai trouvé la douceur parfaite de ce mois de février, et j’espère que vous l’aimerez autant que je l’aime. Lire la suite

ALEXANDRA STRELISKI Plus Tôt

« La nuit n’est jamais complète
Il y a toujours puisque je le dis
Puisque je l’affirme
Au bout du chagrin une fenêtre ouverte
Une fenêtre éclairée
Il y a toujours un rêve qui veille
Désir à combler faim à satisfaire
Un cœur généreux
Une main tendue une main ouverte
Des yeux attentifs
Une vie la vie à se partager. »

– Paul Eluard, Et un sourire.

Chaque mois, une beauté musicale qui réconforte comme une main tendue. Qui éclaire le chemin et soigne le chagrin. Qui, riche de ses espoirs, prend soin de faire s’envoler la nuit. Tel est l’objet de la rubrique « douceur du mois », soigneusement choisie et partagée le 13 de chaque mois ici, pour vous.

Alexandra Stréliski a grandi entre Paris et Montréal. Elle est une de ces artistes talentueuses évoluant dans le monde du néo-classique depuis près de 10 ans, et je suis enchantée de lui consacrer la première douceur de l’année.  Lire la suite

CAT POWER Stay

Sensible et émouvant, tel est une fois de plus le nouvel album de Cat Power. Mais, si c’est une guitare que tient la musicienne sur la pochette de « Wanderer », c’est toujours au piano que je la préfère. Là où elle excelle à magnifier sa sensibilité artistique à fleur de peau, comme elle le fait dans sa sublime reprise de la chanson Stay, initialement chantée par Rihanna en 2012.

Une interprétation folk, chaude et épurée, douceur parfaite de cette fin d’année. Lire la suite

MERMONTE Acroamatic

« Mes yeux sont tristes. Mon coeur est lourd. Mon ciel est noir.
Ma plume est sombre et j’ai beaucoup hésité avant de la reprendre.
Car aucun mot ne pourra transcrire assez bien ce que j’ai ressenti ce 13 novembre.
Et ce que je ressens encore. »

Trois ans après, je n’oublie pas. Je n’oublierai jamais.

Le 13 novembre 2015, au Bataclan et dans les rues de Paris, la mort a remplacé la joie, et la barbarie est venue souiller un des endroits qui m’est le plus cher au monde. Cet endroit où mon coeur se soulève et où, à la faveur des notes de musique, j’oublie tout.

Il y a trois ans, j’écrivais l’effroi et la tristesse. J’écrivais mon coeur piétiné par le chagrin.

Aujourd’hui, la douceur, l’art, la beauté, l’amitié et le partage sont une fois de plus, et plus que jamais, ce dont j’ai besoin. Et c’est toujours avec l’espoir que la joie et l’amour triomphent sur la haine et la terreur que je continue à écrire. A me rendre à des concerts. A partager. A rêver. Lire la suite

GHOST ISLAND New Light

Ghost Island est né à Phoenix, en Arizona. Il y a quelques jours, le projet fondé en 2012 par John Romero a donné naissance à un nouveau single, le premier composé en tant que quintet, ouvrant une nouvelle voie, explorant de nouveaux sons, peignant de nouveaux horizons. Nouvelle douceur parfaite pour ouvrir le dernier trimestre de cette année musicale chez Totoromoon. Lire la suite