MOLLY BURCH Please Be Mine

Peut-on encore écouter des chansons d’amour quand on a le coeur brisé ? L’impression qu’on ne pourra plus jamais aimer. Plus jamais donner son coeur à nouveau. Ce coeur en mille morceaux.

J’ai découvert Molly Burch il y a quelques jours, à l’occasion d’une soirée de concerts à l’Espace B. Ses compositions au croisement de la folk, de la country et du jazz, loin de ma sensibilité musicale, n’avaient, sur le papier, rien pour me plaire. Et pourtant, de sa voix chaude, profonde et habitée, elle m’a littéralement bouleversée.

Molly Burch chante les histoires d’amour. Elle chante aussi les coeurs brisés. Et elle le fait avec une sensibilité et un talent remarquables.  Lire la suite

RADIOHEAD Daydreaming

Il est, dans le dernier album de Radiohead, un morceau absolument magnifique. Un morceau pour rêveur. Un morceau qui réconcilierait n’importe quel individu avec la musique du groupe. Ce groupe qui a pu, tout au long de ses 25 ans d’existence, tour à tour m’émerveiller et me décevoir. Ce groupe qui, malgré tout, restera à jamais à l’origine d’un des plus beaux disques de ma discothèque, le sublime « OK Computer ».

« A Moon Shaped Pool », paru l’année dernière, a ainsi dévoilé un magnifique petit bijou. Il s’appelle Daydreaming, il regorge d’une superbe mélancolie, et il est la petite douceur que j’ai choisie pour vous ce mois-ci. Lire la suite

OASIS Idler’s Dream

Je venais d’avoir 15 ans quand « Definitely Maybe » a vu le jour. Depuis ce premier album, les anglais d’Oasis sont restés accrochés à mes souvenirs d’adolescente. Qu’on aime ou qu’on déteste les frères Gallagher, ceux-ci ne laissent personne indifférent. Leurs disques, que j’avais laissés de côté ces dernières années, sont revenus récemment habiter ma route. En forme de douce régression temporelle, ils sont venus luire à travers les jours sombres.

Au coeur de cette redécouverte, par les bons soins d’un ami amateur de belle musique et fan d’Oasis, est venu poindre un morceau caché : Idler’s Dream. Une pépite unique en son genre dans la discographie du groupe, et que j’ai eu envie de partager avec vous pour l’article « douceur du mois ». Lire la suite

ROBIN FOSTER Pen Had & Brest By Night

Compositeur anglais résidant en France, multipliant les projets et les collaborations franco-anglaises, Robin Foster est aussi un grand ami du chanteur d’Archive, Dave Pen, auquel j’avais consacré la petite douceur du mois de mars sur le blog (ma chronique de BirdPen au Supersonic à retrouver ici). En ce mois d’avril, l’amitié musicale sera donc à l’honneur avec les sonorités atmosphériques du guitariste et compositeur anglais que je n’ai découvert que très récemment, et dont la musique aérienne est aussitôt venue hanter mes songes.

Il y a quelques jours, j’ai eu le plaisir de découvrir Robin Foster entouré de ses musiciens, lors d’une très belle release party au Café de la Danse. Mon attrait pour ses compositions cinématographiques à la fois éthérées et intenses n’a fait que grandir avec sa prestation scénique. Là où, sans voix, les guitares vaporeuses chantent, là où les claviers envoûtent, là où la batterie transporte : un merveilleux moment. Lire la suite

BIRDPEN Like A Mountain

David Penney, alias Dave Pen, chanteur et guitariste d’Archive depuis un peu plus de dix ans, et Mickey Hurcombe, alias Mike Bird, également membre du collectif londonien, ont créé BirdPen en 2003. Tous deux originaires de Southampton, ils se connaissaient bien avant Archive. Ils sont amis depuis leur plus jeune âge, cet âge où tout semble possible, et leur musique respire cette connivence de longue date, restée intacte au fil des ans. Cinq EPs et quatre albums plus tard, le duo britannique continue de m’enchanter. De son univers en clair-obscur, de son rock aérien, de ses envolées tout en progressions intenses et savoureuses.

J’ai eu la chance de les retrouver en live hier soir, lors d’un concert intime au Supersonic, parmi quelques 150 fans venus profiter de ce show exceptionnel du groupe. Un moment magique, qui m’a donné envie de choisir BirdPen pour la traditionnelle petite douceur du mois chez Totoromoon. Lire la suite

MY EMPTY PHANTOM Forever

my-empty-phantom_collection-of-memories-i

Il est quelque chose d’unique et de merveilleusement indescriptible dans la musique de Jesse Beaman alias My Empty Phantom.

Artiste aux multiples talents, à la fois écrivain, réalisateur, compositeur et musicien, Jesse Beaman développe son art le long de compositions où le paradoxe est roi. Ici, il y a de la lumière dans la plus profonde des tristesses. Ici, il y a de l’espoir dans le plus sombre des désarrois. Ici, il y a de l’universel dans l’intime.

Qu’il ait été choisi pour composer les musiques des films du National Geographic n’est pas un hasard. Ses pièces instrumentales, aux sonorités riches et soignées, peignent des paysages aussi colorés que le sont leurs mélodies. Elles respirent les grands espaces, survolant océans et montagnes, élevant haut l’esprit à la contemplation des beautés dont regorge notre planète. Lire la suite

CAT POWER Maybe Not

cat-power_you-are-free

Parfois, lorsque je choisis la petite douceur à partager avec vous chaque mois, j’aime aller piocher dans de vieux albums… J’y trouve l’occasion de réécouter un morceau qui fut un temps la star de ma chaîne hifi, le plaisir de redécouvrir une beauté oubliée. Il y a quelques jours c’est une sublime pièce de l’américaine Cat Power qui est revenue hanter mon esprit. Belle, minimaliste et dépouillée, elle est une petite douceur parfaite pour ce mois de janvier.

Lire la suite

A SINGER MUST DIE A Sweet Place To Park

a-sweet-place-to-park

Il y a quelques semaines, le talentueux Manuel Ferrer alias A Singer Must Die dévoilait une chanson inédite. Intitulée A Sweet Place To Park, elle s’inspire des paysages sombres et contemplatifs du photographe Jérôme Sevrette. Portée à la fois par une brume de mélancolie et un délicat espoir, d’une beauté orchestrale sublime, elle est une chanson parfaite à savourer à l’orée de l’hiver… et la petite douceur de ce mois de décembre que j’ai choisie pour vous. Lire la suite

ELUVIUM Fugue State

Eluvium, False Readings On.

Le nouvel album d’Eluvium, projet solo de l’américain Matthew Cooper, fait partie de ces albums dont la première écoute ne vous fera peut-être pas l’effet d’être inoubliable. C’est en tout cas l’effet qu’il m’a fait, alors que je lui avais accordé une oreille distraite. Puis, j’ai pris le temps d’y revenir. De l’écouter plus attentivement, de l’écouter vraiment. Et il s’est révélé à moi. Révélé complètement, dans toute sa splendeur discrète.

« False Readings On » est un petit moment de grâce hors du temps. Une grâce un peu timide, qui ne se laisse pas approcher facilement, mais qui, pour peu qu’on prenne le temps de l’apprivoiser, saura vous faire voyager loin, très loin. Lire la suite

BAT FOR LASHES Never Forgive The Angels

Bat For Lashes_The Bride

La douce et sensible Natasha Khan alias Bat For Lashes était de retour cet été avec un quatrième album plus mélancolique et plus beau que jamais. « The Bride » est paru le 1er juillet et j’ai eu grand plaisir à y choisir la petite douceur de ce mois-ci. Lire la suite