STEREOPHONICS Before Anyone Knew Our Name

Vingt ans après le délicieux « Word Gets Around », les Gallois de Stereophonics n’en ont pas fini de faire chanter le rock britannique. Si leur discographie récente n’a pas su trouver sa place dans la mienne, leurs premiers albums demeurent doux à mes oreilles, quelques titres venant régulièrement rappeler à mon bon souvenir mes années de lycéenne à Doc Martens et veste d’homme trop grande pour moi.

Il y a quelques semaines, la voix cassée de Kelly Jones est pourtant revenue à mes oreilles, au détour d’une publication glanée sur le web. Le titre : Before Anyone Knew Our Name, extrait du nouvel album du groupe, intitulé « Scream Above The Sound ». Ce morceau, hommage à Stuart Cable, batteur originel du groupe disparu en 2010, est une magnifique ballade gorgée d’émotions belles et tendres. Douceur parfaite de ce début d’année, que j’ai choisie de partager avec vous. Lire la suite

Publicités

VLMV All These Ghosts

Jours sans soleil et sans sourire. Nuits sans lune et sans sommeil. Yeux tristes. Pensées sombres. Mais la musique, toujours. La musique douceur. La musique réconfort.

Toujours parfaites, les boucles de guitares aériennes et les réverbérations atmosphériques d’Alma viennent soigner l’âme.

Le talentueux duo londonien a changé la graphie de son nom, mais il n’a pas changé sa musique, si ce n’est pour la magnifier encore plus de sa beauté céleste. Il y a quelques jours, sous le nom d’Vlmv, le groupe a dévoilé un nouveau morceau enchanteur. Baume de douceur absolument parfait pour coeurs tristes.

A savourer sans modération. Lire la suite

KRAMIES I Wish I Missed You

Le 13 novembre 2015, au Bataclan et dans les rues de Paris, la mort a remplacé la joie, et la barbarie est venue souiller un des endroits qui m’est le plus cher au monde.

Deux ans après, je n’oublie pas. Je n’oublierai jamais.

En ce jour de novembre gravé dans ma mémoire, la douceur, l’art, la beauté, l’amitié et le partage sont plus que jamais ce dont j’ai besoin. C’est toujours avec l’espoir que la joie et l’amour triomphent sur la haine et la terreur que je continue à écrire. A me rendre à des concerts. A partager. A rêver.

En ce jour de novembre, j’ai donc choisi de partager avec vous une chanson libre comme l’air. Une chanson évanescente et magnifique. Elle est l’oeuvre de l’un des artistes les plus chers à mon coeur, le talentueux songwriter américain Kramies. Et elle est de toute beauté. Lire la suite

THE NATIONAL Carin At The Liquor Store

Il y a quelques jours, les New Yorkais de The National donnaient le jour à leur 7e album, « Sleep Well Beast ». Un bel album qui, s’il n’égale pas les sublimes « Alligator » (2005) et « Boxer » (2007), prouve toutefois que le quintet américain n’a pas perdu de son inspiration.

Toujours mélancolique, et magnifiquement porté par la voix de baryton de Matt Berninger, il offre plusieurs titres d’une très belle profondeur à l’image de l’émouvant Carin at the Liquor Store, que j’ai choisi de partager avec vous pour la petite douceur de ce mois d’octobre. Lire la suite

DEVOTCHKA How It Ends

Groupe de rock indépendant américain fondé à la fin des années 90, DeVotchKa s’est fait connaître grâce à sa contribution à la bande originale de l’excellent « Little Miss Sunshine », sorti en 2006. J’ai pour ma part découvert DeVotchKa en première partie de Muse au Stade de France en 2010, ma première et ma dernière (à tout jamais) expérience de concert au Stade de France (les concerts dans les stades, c’est fini). Et puis, il y a quelques semaines, j’ai réentendu un de leurs morceaux. Un morceau dramatique et un brin grandiloquent, comme j’aime. Un morceau où la mélancolie est belle, et que j’ai choisi de partager avec vous pour la petite douceur musicale de ce mois de septembre. Lire la suite

MOLLY BURCH Please Be Mine

Peut-on encore écouter des chansons d’amour quand on a le coeur brisé ? L’impression qu’on ne pourra plus jamais aimer. Plus jamais donner son coeur à nouveau. Ce coeur en mille morceaux.

J’ai découvert Molly Burch il y a quelques jours, à l’occasion d’une soirée de concerts à l’Espace B. Ses compositions au croisement de la folk, de la country et du jazz, loin de ma sensibilité musicale, n’avaient, sur le papier, rien pour me plaire. Et pourtant, de sa voix chaude, profonde et habitée, elle m’a littéralement bouleversée.

Molly Burch chante les histoires d’amour. Elle chante aussi les coeurs brisés. Et elle le fait avec une sensibilité et un talent remarquables.  Lire la suite

RADIOHEAD Daydreaming

Il est, dans le dernier album de Radiohead, un morceau absolument magnifique. Un morceau pour rêveur. Un morceau qui réconcilierait n’importe quel individu avec la musique du groupe. Ce groupe qui a pu, tout au long de ses 25 ans d’existence, tour à tour m’émerveiller et me décevoir. Ce groupe qui, malgré tout, restera à jamais à l’origine d’un des plus beaux disques de ma discothèque, le sublime « OK Computer ».

« A Moon Shaped Pool », paru l’année dernière, a ainsi dévoilé un magnifique petit bijou. Il s’appelle Daydreaming, il regorge d’une superbe mélancolie, et il est la petite douceur que j’ai choisie pour vous ce mois-ci. Lire la suite

OASIS Idler’s Dream

Je venais d’avoir 15 ans quand « Definitely Maybe » a vu le jour. Depuis ce premier album, les anglais d’Oasis sont restés accrochés à mes souvenirs d’adolescente. Qu’on aime ou qu’on déteste les frères Gallagher, ceux-ci ne laissent personne indifférent. Leurs disques, que j’avais laissés de côté ces dernières années, sont revenus récemment habiter ma route. En forme de douce régression temporelle, ils sont venus luire à travers les jours sombres.

Au coeur de cette redécouverte, par les bons soins d’un ami amateur de belle musique et fan d’Oasis, est venu poindre un morceau caché : Idler’s Dream. Une pépite unique en son genre dans la discographie du groupe, et que j’ai eu envie de partager avec vous pour l’article « douceur du mois ». Lire la suite

ROBIN FOSTER Pen Had & Brest By Night

Compositeur anglais résidant en France, multipliant les projets et les collaborations franco-anglaises, Robin Foster est aussi un grand ami du chanteur d’Archive, Dave Pen, auquel j’avais consacré la petite douceur du mois de mars sur le blog (ma chronique de BirdPen au Supersonic à retrouver ici). En ce mois d’avril, l’amitié musicale sera donc à l’honneur avec les sonorités atmosphériques du guitariste et compositeur anglais que je n’ai découvert que très récemment, et dont la musique aérienne est aussitôt venue hanter mes songes.

Il y a quelques jours, j’ai eu le plaisir de découvrir Robin Foster entouré de ses musiciens, lors d’une très belle release party au Café de la Danse. Mon attrait pour ses compositions cinématographiques à la fois éthérées et intenses n’a fait que grandir avec sa prestation scénique. Là où, sans voix, les guitares vaporeuses chantent, là où les claviers envoûtent, là où la batterie transporte : un merveilleux moment. Lire la suite

BIRDPEN Like A Mountain

David Penney, alias Dave Pen, chanteur et guitariste d’Archive depuis un peu plus de dix ans, et Mickey Hurcombe, alias Mike Bird, également membre du collectif londonien, ont créé BirdPen en 2003. Tous deux originaires de Southampton, ils se connaissaient bien avant Archive. Ils sont amis depuis leur plus jeune âge, cet âge où tout semble possible, et leur musique respire cette connivence de longue date, restée intacte au fil des ans. Cinq EPs et quatre albums plus tard, le duo britannique continue de m’enchanter. De son univers en clair-obscur, de son rock aérien, de ses envolées tout en progressions intenses et savoureuses.

J’ai eu la chance de les retrouver en live hier soir, lors d’un concert intime au Supersonic, parmi quelques 150 fans venus profiter de ce show exceptionnel du groupe. Un moment magique, qui m’a donné envie de choisir BirdPen pour la traditionnelle petite douceur du mois chez Totoromoon. Lire la suite