STEMS Stars

Projet original fondé par le compositeur britannique John Dorr, Stems aime l’art sous toutes ses formes. Musique, danse, cinéma… tout ce qui touche au coeur, à l’esprit et à l’âme, et défie toute explication. Après un très bel opus paru en 2016, et la mise en musique live de films muets de Georges Méliès, Stems dévoile un nouvel album. A la croisée du post-rock, de la musique classique et d’une forme d’art rock cinématographique, avec l’ambition de toujours créer des liens nouveaux entre instruments classiques et guitares expérimentales, « Stars » s’inspire des étoiles et façonne les cieux mieux qu’aucun autre. Un album à découvrir absolument. Lire la suite

Publicités

LOST IN KIEV Persona

Trois ans après le ténébreux « Nuit Noire », les post-rockeurs français de Lost In Kiev sont de retour avec un troisième album. « Persona » marque un tournant dans la discographie du groupe. Plus cinématographique encore que ses prédécesseurs, plus électronique, plus accessible sans pour autant manquer d’ambition, il est une audace remarquable et réussie. Un très bel album à découvrir. Lire la suite

GRIMLAKE Memories

Il y a cinq ans, je rencontrais pour la première fois Mathieu Legros, alias GrimLake. C’était dans un petit café de Belleville, au printemps. Et c’était une très belle rencontre, musicale et humaine. Il y a quelques jours, GrimLake était de retour avec « Memories », un deuxième album annoncé comme le dernier sous cette forme par l’artiste, mais dont on espère qu’il ne sera que les prémices d’autres beaux projets. Lire la suite

STAGHORN Wormwood III

Paris, lundi soir.

Rentrer chez soi à pieds, en façonnant, éveillé, ses rêves de lendemains. Descendre le boulevard Saint-Michel, tourner à droite, boulevard Saint-Germain. Apercevoir une fumée jaune et épaisse se répandre au-dessus des toits. Voir de plus en plus de regards se lever vers le ciel. Continuer à marcher, commencer à s’inquiéter. Saisir peu à peu la stupeur dans les yeux des passants. Avancer sa tête entre deux immeubles. Voir jaillir les flammes. Discerner, dessous, la cathédrale. Sa cathédrale.

Voir Notre-Dame, sa bien-aimée, brûler sous ses yeux.

Sentir son coeur se serrer. Continuer à avancer, un pas chancelant derrière l’autre. Quai de la Tournelle, pont de Sully. Laisser passer les cortèges de sirènes. S’arrêter. Regarder, médusé, l’édifice s’embraser tout entier. La fumée s’épaissir, encore et encore. L’horizon se laisser inexorablement envahir. Le toit s’affaisser, puis la flèche, rougie par les flammes, s’effondrer. Sentir cette fois son coeur se fendre pour de bon.

Se souvenir de ses 16 ans et de son premier Noël de Parisienne, du grand sapin sur le parvis, des lumières dans la nuit. Puis de son entrée, bouche bée, dans la cathédrale. Se souvenir des orgues, des vitraux, des chants, des odeurs de cire et d’encens. Se souvenir de l’amour et des sourires des siens. Pleurer doucement.

Autour de soi, lire l’effroi sur les visages. Puis la tristesse. La tristesse infinie de ce lundi soir à Paris.

Se décider à finir le chemin jusqu’à chez soi, interdite et tremblante. Savourer les secondes de silence succédant aux cris des sirènes. Puis tenter de s’apaiser. Mettre un disque, pour noyer le tumulte et oublier un moment l’épouvante. Choisir « Wormwood III », des Américains de Staghorn, dont le concert à Paris approche, et sur les notes duquel on a depuis longtemps envie de poser des mots.

Un disque fait d’un seul morceau. Un morceau unique, long et beau, tel est « Wormwood III », paru l’année dernière. 23 audacieuses minutes délicieusement intrigantes et immersives. Bijou de post-rock sensible et intense, ode à la préservation de la nature et du monde. Et apaisement parfait. Lire la suite

ELEPHANT & CENTIPEDE Lungs

« A weird trip between hope and rage », ainsi se décrit Elephant & Centipede sur son Bandcamp. Peut-être est-ce pour ça que sa musique s’est immédiatement accrochée à mes tympans. Car d’espoir et de rage, c’est ainsi que j’ai l’impression qu’a toujours été faite ma vie. D’aussi loin que remontent mes souvenirs. Quoi que je fasse, j’ai cette sensation inexorable que de la lumière, il faut toujours payer le prix. Lutter contre l’injustice. S’épuiser chaque jour en batailles sans fin. Tomber. Se relever. Ravaler ses déceptions et balayer ses chagrins. S’entêter à vouloir avancer et rêver, la peur au ventre et le désir à l’âme, en vivant tout à fond. Dans l’espoir et la rage. Et tant pis pour les bleus au coeur ramassés au passage.

Elephant & Centipede, jeune quatuor français formé en 2015, vient de donner le jour à son deuxième EP, « Lungs ». Quatre titre pour 25 minutes en forme de souffle de vie saisissant, sortis tout droit de poitrines au bord de l’étouffement. Parfait. Lire la suite

THE END OF THE OCEAN -aire

Après de longues années d’absence, le quintet américain The End Of The Ocean est de retour. Depuis son dernier petit EP (ma chronique de « In Excelsis » à retrouver ici), il s’est écoulé sept ans. Plus en forme que jamais, le groupe revient avec « -aire », un album tout en puissance et en savoureuses tonitruances, à découvrir. Lire la suite

ZKHR Ride

Derrière ZKHR se cache Zaytsev Zakhar, jeune compositeur et multi-instrumentiste russe à la créativité et au talent déjà certains. Après plusieurs pièces parues sous forme de singles, ZKHR a donné le jour il y a quelques semaines à son premier album, « Ride ». Un album aux confluents de riches influences, où post-rock à guitares et musique électronique se marient à un violoncelle divin. De toute beauté. Lire la suite

FRANÇOIS MERLIN Persona

On me demande souvent quelle quantité de demandes de chroniques je reçois pour Totoromoon. A cela, je réponds qu’à présent, j’en reçois en moyenne une dizaine chaque jour. Dans la boîte mail. Dans les commentaires du blog. Le Facebook de la page. Le Facebook personnel. Instagram. Twitter. C’est formidable. Mais parfois, je ne sais plus où j’habite ni où donner de la tête. Et puis moi, Twitter, je n’y ai jamais rien compris. Alors parfois, je me décourage. Je me dis qu’il y a tellement de belle musique à découvrir. Tellement de choses à partager. Que les journées sont trop courtes. Que la vie passe trop vite. Qu’il faut faire des choix. Se résoudre à ne pas pouvoir tout écouter. Ne pas risquer l’overdose. Continuer à avoir le plaisir de partager. A faire qu’il y ait encore une saveur et un sens à tout ça. Ce sens, que je crois parfois avoir oublié mais que, sans le savoir, certains musiciens me rappellent. Ce sens, François Merlin me l’a rappelé dans le message qu’il m’a envoyé. Et dans la musique qu’il a composée. C’était un 2 janvier. Et ça a illuminé mon début d’année. J’espère que vous aimerez son disque comme je l’ai aimé. Lire la suite

MELATONINE Stances

Au commencement des années 2000, naissait Melatonine. On le dit post-rock, math rock, noise, expérimental, mais le trio messin aime surtout s’affranchir des étiquettes. Après douze ans de silence, Melatonine est de retour avec « Stances », un album plus électrique, hypnotique et libre que jamais, fort d’élégantes fulgurances et de fascinantes énergies. A découvrir absolument. Lire la suite

ENDLESS DIVE Falltime

Il y a deux ans, les Belges d’Endless Dive donnaient le jour à leur premier EP, un petit disque éponyme qui m’avait valu un article retentissant au sujet du post-rock, de cheveux dressés sur la tête et de moutarde montée au nez (à lire ou à relire ici). Un disque qui, s’il ne révolutionnait pas le genre, en était toutefois un joli représentant, et s’imposait comme un premier essai prometteur pour ce jeune quatuor de Tournai. Cette fois, c’est avec un album complet que revient le groupe. Plus mûr et plus abouti que son prédécesseur, « Falltime » est paru le mois dernier, et il est à découvrir sans tarder. Lire la suite