Mon Interview chez Kaput Brain Webzine

Pour sa dixième année d’existence, l’excellent Kaput Brain webzine, riche magazine musical mené de main de maître par le jeune et talentueux Alan Waegaert, inaugurait une nouvelle rubrique. Intitulée « A l’ombre des scènes », cette rubrique vise à mettre en lumière ceux qui oeuvrent, dans l’ombre, pour que les décibels jaillissent. Alan les dit « passionnés de musique, mais pas forcément musiciens, indispensables au réseau musical indépendant ».

Il y a quelques semaines, Alan me faisait l’honneur de me demander si j’étais d’accord pour répondre à une interview dans le cadre de cette nouvelle rubrique. Une invitation qui m’a énormément touchée, et que je me suis empressée d’accepter. Il y est question de la musique et des artistes que j’aime, de mon blog Totoromoon, et de mon premier roman.

Vous pouvez découvrir l’interview complète ici : http://www.kaputbrainwebzine.com/2020/04/a-l-ombre-des-scenes-2-eglantine-totoromoon.html

Un grand merci à Alan de m’avoir choisie pour sa belle rubrique « A l’ombre des scènes », et longue vie à Kaput Brain webzine.

Eglantine

BARON NICHTS Nyan-Hat

baron-nichts_nyan-hat_totoromoon

Projet solo né en 2012, Baron Nichts s’articule autour d’expérimentations instrumentales illustrées sur scène par des projections vidéo. Derrière Baron Nichts se cache un jeune homme répondant au nom d’Alan Waegaert. Alan et moi avons de nombreux (et peu ordinaires) points communs. Alan est fan de post-rock. Alan est musicien. Mais surtout, Alan est bibliothécaire. J’en ai eu le sourire jusqu’aux oreilles quand il m’a contactée en me disant qu’il m’écrivait en tant que « collègue ». A l’époque, Alan m’écrivait pour me parler de mon blog et d’un groupe de post-rock qu’il aimait et qu’il me conseillait d’écouter. Depuis, le temps est passé, et Alan a composé. Il y a quelque semaines, il a donné naissance à « Nyan-Hat », nouveau très bel EP de son projet solo, que j’ai été ravie de recevoir dans ma boîte à lettres. Et dont je suis ravie de pouvoir vous parler aujourd’hui. Lire la suite