CODES IN THE CLOUDS Codes In The Clouds

J’ai commencé à travailler à 19 ans, à temps partiel pendant mes études, dans une petite maison d’édition, puis à temps plein, comme bibliothécaire, depuis quinze ans. Mais cet automne, pour raisons de santé, j’ai dû arrêter temporairement toutes mes activités. Aujourd’hui, cela fait plus de deux mois que je ne travaille plus. Et c’est la première fois. La première fois que je ne travaille plus pendant aussi longtemps. Récemment, un ami me demandait si je ne m’ennuyais pas, à être chez moi sans travailler depuis si longtemps. Mais non, je ne m’ennuie pas. Pas une seconde. Ce qui m’ennuie, c’est la maladie. C’est sentir mon corps m’échapper. Mais, dans nos sociétés où tout va de plus en plus vite, trop vite, où on nous demande sans cesse de raccourcir les délais, il est bon, parfois, de s’autoriser à prendre son temps. Et les longues heures que j’ai dû passer à regarder le plafond dans mon lit, pour laisser mon corps s’adapter aux traitements, me l’ont rappelé. Cesser de s’agiter dans tous les sens. Arrêter de se précipiter. Arrêter d’avoir le tournis. Se reconnecter à soi. Doucement.

Il est ainsi des disques dont la maturation est si longue que l’on désespère de savoir s’ils verront le jour… un jour. Le troisième album des Anglais de Codes In The Clouds est de ceux-là. Ecrit puis enregistré entre 2012 et 2015, il aura fallu patienter plus de trois années supplémentaires pour le voir paraître chez Hobbledehoy Records. Mais il est la preuve que prendre le temps de laisser mûrir les choses n’est jamais vain. Que la patience a toujours du bon. Car il est un enchantement à savourer. Doucement. Lire la suite

ARCHIVE Again

En mai dernier, lors d’un concert époustouflant, les légendaires rockeurs britanniques d’Archive sont venus me réveiller tous les sens. La setlist était superbe, le son à la fois précis et puissant, le jeu de lumières magnifique. Trois heures de show inoubliables, manière parfaite de célébrer les 25 ans de carrière d’un collectif qui n’a jamais fini de m’enchanter.

Depuis, j’ai remis la discographie complète du groupe à l’honneur lors de mes promenades musicales nocturnes. Si le fascinant Lights demeure mon titre préféré des Anglais, il en est un autre que j’ai redécouvert à bonheur à la fin du concert colossal donné à la Seine Musicale. Plus hypnotique et majestueux encore en live que sur disque, Again, à la faveur de paroles déchirantes et de 16 belles minutes de son, fait voyager mieux qu’aucun autre, révélant le talent sans mesure d’Archive. La douceur mélancolique parfaite de cette fin d’été. Lire la suite

STEMS Stars

Projet original fondé par le compositeur britannique John Dorr, Stems aime l’art sous toutes ses formes. Musique, danse, cinéma… tout ce qui touche au coeur, à l’esprit et à l’âme, et défie toute explication. Après un très bel opus paru en 2016, et la mise en musique live de films muets de Georges Méliès, Stems dévoile un nouvel album. A la croisée du post-rock, de la musique classique et d’une forme d’art rock cinématographique, avec l’ambition de toujours créer des liens nouveaux entre instruments classiques et guitares expérimentales, « Stars » s’inspire des étoiles et façonne les cieux mieux qu’aucun autre. Un album à découvrir absolument. Lire la suite

STEVE STRONG Turbo Island

J’ai découvert Steve Strong l’année dernière, à l’occasion de la deuxième édition du Post In Paris Festival. En 40 minutes de set, le multi-instrumentiste venu de Bristol a éclipsé pour moi toutes les autres prestations du festival. Seul, assis derrière sa batterie, jonglant de ses baguettes à la guitare, à la basse et aux machines avec une dextérité et une aisance déconcertantes, il a livré une performance remarquable à tous points de vues. A la fois énergique et sensible. Forte et subtile. Superbe.

Il y a quelques jours, Steve Strong était de retour avec un nouvel album. Entre post-rock, math-rock, trip hop, shoegaze et musique expérimentale, « Turbo Island » continue de brouiller les pistes, et il le fait brillamment. Un excellent album à découvrir. Lire la suite

BIRDPEN There’s Something Wrong With Everything

Comme chaque année, j’ai choisi de troquer les chants de Noël contre une nouveauté musicale à la fois lumineuse et réconfortante, à savourer au creux de l’hiver. La découverte du nouvel album de BirdPen à l’occasion du récent concert du groupe à Paris a rempli pour moi ce rôle de soleil musical à la perfection, et j’espère qu’il en sera de même pour vous.

En marge de l’industrie grandiloquente qu’est Archive, Dave Pen et Mike Bird continuent de tracer la jolie route d’un projet plus intime et plus attachant qui, depuis ses débuts, n’en finit pas de m’enchanter. BirdPen a ainsi donné le jour cette année à son cinquième album. Un album plus marqué que jamais par la connivence intacte de ces deux amis d’enfance, et la volonté d’inscrire leur musique comme une dénonciation à la fois authentique et chargée d’ironie des absurdités de nos sociétés contemporaines.

« There’s Something Wrong With Everything » déploie à merveille l’univers en clair-obscur du duo britannique. De son rock aérien, de ses envolées tout en progressions intenses et savoureuses, l’album joue des ombres et des lumières à la perfection. Un régal. Lire la suite

JOSH ALEXANDER Hiraeth

Un nouvel album aux confluents de la musique classique et de la musique électronique, océan de douceur et d’apaisement parfait, est arrivé il a quelques semaines dans ma boîte à lettres. « Hiraeth », premier opus du compositeur britannique Josh Alexander, vient tout juste de paraître chez Moderna Records, et je vous le recommande absolument. Lire la suite

MAX RICHTER November & Sarajevo

Il est des nuits qui marquent une vie. Celle que j’ai passée à la Philharmonie de Paris un soir de juillet 2016 avec Max Richter est de celle-là. Le compositeur germano-britannique y jouait « Memoryhouse » avec l’orchestre national d’Ile-de-France. Interprétation live magnifique d’un opus magistral, gravée à jamais dans ma mémoire. Sans nul doute l’un des concerts les plus sublimes auxquels il m’ait été donné d’assister. Pour la douceur de ce début d’été, j’ai choisi d’en partager deux extraits avec vous. J’espère que vous les aimerez autant que je les aime. Lire la suite

HER NAME IS CALLA The Dead Rift EP

Depuis bientôt 15 ans, Her Name Is Calla oeuvre à distiller du lyrisme dans la pop, et de la pop dans le post-rock. Le groupe anglais aime brouiller les pistes et mêler les genres, et il le fait avec un talent remarquable, et avec une merveilleuse poésie. Son dernier EP, « The Dead Rift », est paru il y a quelques jours, et je vous le recommande vivement. Lire la suite

YNDI HALDA A Sun-Coloured Shaker

Il est des disques capables de marquer une vie. « Enjoy Eternal Bliss », premier album du quintet anglais Yndi Halda, est de ceux-là. Depuis plus de dix ans, il rayonne, tout en haut, dans le cieux des albums les plus chers à mon coeur.

Il y a, chez Yndi Halda, cette profonde douceur qui parvient toujours à vaincre la rage, cette mélancolie teintée d’espoir qui transporte au lieu de faire sombrer, cette flamboyance intemporelle et unique au monde.

En cette fin d’hiver, Yndi Halda est de retour avec un nouvel opus. Petit EP composé d’une pièce unique, « A Sun-Coloured Shaker » est une nouvelle beauté délicatement soyeuse, entourée de cette aura de grâce dont le groupe a le secret. Lire la suite

VLMV Stranded, Not Lost

En décembre, les boucles de guitares aériennes et les réverbérations atmosphériques d’Alma revenaient soigner les âmes. A la faveur d’un morceau renversant de beauté, le duo londonien signait un retour enchanteur et venait déposer un baume de douceur parfait sur mon coeur.

Il y a quelques jours, Alma, devenu Vlmv, donnait le jour au nouvel album contenant ce morceau. Si le groupe a changé la graphie de son nom, il n’a pas changé la recette de sa musique, si ce n’est pour la magnifier encore plus de sa beauté céleste. « Stranded, Not Lost » est une nouvelle merveille pour coeurs tendres et âmes sensibles. A découvrir absolument. Lire la suite