THE NATIONAL Carin At The Liquor Store

Il y a quelques jours, les New Yorkais de The National donnaient le jour à leur 7e album, « Sleep Well Beast ». Un bel album qui, s’il n’égale pas les sublimes « Alligator » (2005) et « Boxer » (2007), prouve toutefois que le quintet américain n’a pas perdu de son inspiration.

Toujours mélancolique, et magnifiquement porté par la voix de baryton de Matt Berninger, il offre plusieurs titres d’une très belle profondeur à l’image de l’émouvant Carin at the Liquor Store, que j’ai choisi de partager avec vous pour la petite douceur de ce mois d’octobre. Lire la suite

Publicités

THE RAVEONETTES au Music Hall Of Williamsburg

20140929_203640

Il y a quelques jours, j’ai eu la chance d’assister à un concert des Raveonettes au Music Hall Of Williamsburg de Brooklyn.

Le duo danois venait présenter son nouvel album, « Pe’Ahi ». Pour en lire ou en relire ma chronique, c’est ici.

Comme toujours avec les Raveonettes, ce fut intense et tonitruant. Des décharges de guitares noisy dont mes tympans se sont souvenus pendant plusieurs jours ensuite, laissant frais à mon esprit les souvenirs de cette belle nuit de septembre dans la fascinante ville de New York. Lire la suite

CLAP YOUR HANDS SAY YEAH Only Run

clap your hands say yeah_only run

Je me souviens mon premier concert de Clap Your Hands Say Yeah. C’était lors d’un festival, en été, j’avais envoyé un petit message à ma maman pour lui dire où j’étais, et elle m’avait demandé : « Que vas-tu entendre comme musique ? » Et moi de répondre : « Clap Your Hands Say Yeah »… et de réaliser au moment même où je l’écrivais à quel point le nom de ce groupe était naïvement génial.

Clap Your Hands Say Yeah fait partie de ces groupes que je suis depuis leurs débuts, et dont les chansons sont attachées à des souvenirs précis : des moments, des odeurs, des couleurs… des émotions.

J’aime la voix nasillarde d’Alec Ounsworth, j’aime la richesse des orchestrations, j’aime les mélodies à la fois entraînantes et émouvantes.

Depuis son premier album éponyme, auto-produit et auto-diffusé en 2005, le quintet de Brooklyn, devenu récemment duo après avoir perdu quelques membres au passage, ne m’a jamais déçue. Et le dernier né, « Only Run », qui vient tout juste de paraître, me comble autant que les précédentes créations du groupe, quoi que peuvent en dire les nombreux rabat-joie qui n’ont pas aimé cet album. Lire la suite