BRUIT ≤ Monolith

Il est un type de son au pouvoir évocateur si fort qu’il parvient à s’ancrer en soi dès l’instant où il y résonne. Comme s’il arrivait au bon moment. Ce moment propice au jaillissement d’une émotion qui n’osait pas s’exprimer. Retenue là, pudiquement. Jusqu’à l’apparition de ce son, à la fois nouveau et déjà familier, qui balaie la pudeur. Qui vient caresser l’âme dans un murmure, et saisir le corps dans une tonitruance éclatante.

Ce moment du lâcher prise, de l’abandon.

Ce moment, ce fut pour moi celui de ce matin d’octobre, lorsque j’ai découvert la première captation live de BRUIT ≤. Il était tôt, je partais travailler. Dans le bus, j’ai mis mon casque, et lancé la vidéo. Et, tout à coup, c’est comme si j’avais été seule au monde. Durant ces 13 minutes de musique sans paroles. Le son m’a saisie. L’image m’a hantée. C’est à peine si j’ai senti les premières larmes. Elles sont venues l’air de rien. Autour de la cinquième minute, là où les notes du violoncelle se distordent. Là où les violons se mêlent aux percussions dans une plainte magnifique. Et puis, elles se sont mises à couler à flot. Là où les guitares saturent dans des murs de vibrations intenses. Là où les corps se plient pour ne faire plus qu’un avec leurs instruments. Là où toutes les cordes semblent pleurer à leur tour.

BRUIT ≤ est un quatuor de musique instrumentale né à Toulouse. Il vient de donner le jour à son premier opus, « Monolith ». Ici se marient post-rock, éléments électroniques et arrangements classiques. Une fulgurance de beauté intense et saisissante, à découvrir absolument. Lire la suite

Publicités