BAIKONUR Nihil Per Saltum

Il y a cinq ans, je découvrais Baikonur avec « ¿Quién vigila al hombre cansado? », un premier album savoureux, que je n’ai jamais pris le temps de chroniquer. Cet été, le quintet chilien était de retour avec « Nihil Per Saltum », son deuxième opus. L’occasion de me rattraper et de mettre à l’honneur dans ces pages le foisonnant post-rock sud américain. Lire la suite

Publicités