RANGES Babel

Deux ans après « The Ascensionist », les post-rockeurs américains de Ranges sont de retour avec « Babel », un nouvel album plus abouti et plus émouvant encore que son prédécesseur. A découvrir absolument. Lire la suite

Publicités

OFTEN THE THINKER Greatest Possible Tenderness

Similarités, différences, famille. Telles sont les influences qu’Often The Thinker cite pour se présenter. Depuis plus de dix ans, ces musiciens composent, enregistrent, produisent et publient leurs disques eux-mêmes, formant une grande famille unie par son amour de la musique. Avec cinq albums à son actif, ce collectif américain désormais basé à San Diego oeuvre ainsi sans relâche à réinventer sa vision de la composition. Une vision originale et en constante évolution, mêlant post-rock, jazz, country et musique expérimentale, qui mériterait grandement de sortir de l’ombre. Lire la suite

HERON Sun Release

Le post-rock de Heron est de ces élégances instrumentales que j’aime. De celles qui savent délicatement chanter sans paroles, et peindre des paysages colorés et foisonnants par la seule force de leurs instruments. Après un premier opus prometteur paru il y a deux ans (ma chronique de « You Are Here Now » à retrouver ici), le quatuor de Pennsylvanie est de retour avec un nouvel album. « Sun Release » porte merveilleusement son nom. Il est de ces albums à la lumière délicate, dont les rayons percent de plus en plus finement au fil des écoutes. De ceux dont la simplicité apparente des nappes de guitares éthérées cache un délice de mélodies soignées, rivalisant de grâce, d’énergie et de beauté. Un très bel album d’été. Lire la suite

IT WAS A GOOD DREAM Help Me To Recollect

Quelques semaines avant de me rendre au fantastique Dunk! Festival, je recevais dans ma boîte mail deux nouvelles sorties parues chez Dunk! Records, dont chacune, pour des raisons différentes, m’a immédiatement plu. J’ai eu le plaisir de découvrir la première, « Cavum » des excellents Pillars, sur la belle scène du festival (mon livre report de leur prestation est d’ores et déjà en ligne ici), et je suis à présent heureuse de partager ici la seconde, « Help Me To Recollect » du duo américain It Was A Good Dream. Lire la suite

DEATH CAB FOR CUTIE A Lack Of Color

Depuis 1997, Ben Gibbard et Death Cab For Cutie enchantent l’indie rock américain. Et, depuis quelques mois, un de leurs morceaux enchante mon petit appartement du 11e arrondissement de Paris. Il y vient, les soirs tristes, me remettre la douceur au coeur et la légèreté à l’âme. Il s’appelle A Lack Of Color, et il est extrait de « Transatlanticism », quatrième album du groupe, paru en 2003.

J’ai eu envie de le partager avec vous ce mois-ci, et j’espère qu’il saura ensoleiller vos coeurs comme il ensoleille régulièrement le mien. Lire la suite

STAGHORN Wormwood III

Paris, lundi soir.

Rentrer chez soi à pieds, en façonnant, éveillé, ses rêves de lendemains. Descendre le boulevard Saint-Michel, tourner à droite, boulevard Saint-Germain. Apercevoir une fumée jaune et épaisse se répandre au-dessus des toits. Voir de plus en plus de regards se lever vers le ciel. Continuer à marcher, commencer à s’inquiéter. Saisir peu à peu la stupeur dans les yeux des passants. Avancer sa tête entre deux immeubles. Voir jaillir les flammes. Discerner, dessous, la cathédrale. Sa cathédrale.

Voir Notre-Dame, sa bien-aimée, brûler sous ses yeux.

Sentir son coeur se serrer. Continuer à avancer, un pas chancelant derrière l’autre. Quai de la Tournelle, pont de Sully. Laisser passer les cortèges de sirènes. S’arrêter. Regarder, médusé, l’édifice s’embraser tout entier. La fumée s’épaissir, encore et encore. L’horizon se laisser inexorablement envahir. Le toit s’affaisser, puis la flèche, rougie par les flammes, s’effondrer. Sentir cette fois son coeur se fendre pour de bon.

Se souvenir de ses 16 ans et de son premier Noël de Parisienne, du grand sapin sur le parvis, des lumières dans la nuit. Puis de son entrée, bouche bée, dans la cathédrale. Se souvenir des orgues, des vitraux, des chants, des odeurs de cire et d’encens. Se souvenir de l’amour et des sourires des siens. Pleurer doucement.

Autour de soi, lire l’effroi sur les visages. Puis la tristesse. La tristesse infinie de ce lundi soir à Paris.

Se décider à finir le chemin jusqu’à chez soi, interdite et tremblante. Savourer les secondes de silence succédant aux cris des sirènes. Puis tenter de s’apaiser. Mettre un disque, pour noyer le tumulte et oublier un moment l’épouvante. Choisir « Wormwood III », des Américains de Staghorn, dont le concert à Paris approche, et sur les notes duquel on a depuis longtemps envie de poser des mots.

Un disque fait d’un seul morceau. Un morceau unique, long et beau, tel est « Wormwood III », paru l’année dernière. 23 audacieuses minutes délicieusement intrigantes et immersives. Bijou de post-rock sensible et intense, ode à la préservation de la nature et du monde. Et apaisement parfait. Lire la suite

THE END OF THE OCEAN -aire

Après de longues années d’absence, le quintet américain The End Of The Ocean est de retour. Depuis son dernier petit EP (ma chronique de « In Excelsis » à retrouver ici), il s’est écoulé sept ans. Plus en forme que jamais, le groupe revient avec « -aire », un album tout en puissance et en savoureuses tonitruances, à découvrir. Lire la suite

JULIA KENT Imbalance

Après les sublimes « Character » (2013), et « Asperities » (2015), tous deux chroniqués ici, Julia Kent était de retour il y a quelques jours avec un nouvel album, « Temporal ». Une nouvelle beauté à la fois fulgurante et déchirante, signée de la talentueuse violoncelliste canadienne, désormais basée à New York. J’y ai trouvé la douceur parfaite de ce mois de février, et j’espère que vous l’aimerez autant que je l’aime. Lire la suite

IN LIGHTS The Forgotten Bridge

Le 25 décembre, il y a un peu plus d’un an, j’avais choisi de troquer les chants de Noël contre une beauté de post-rock atmosphérique à guitares et violons. Cette beauté, c’était « This Is How We Exist », dernière exquise parution des Américains In Lights. Le quintet californien était de retour il y a quelques semaines avec un nouvel EP, « The Forgotten Bridge ». Trois titres lumineux à l’image ce groupe qui porte si bien son nom.  Lire la suite