KRAMIES I Wish I Missed You

Le 13 novembre 2015, au Bataclan et dans les rues de Paris, la mort a remplacé la joie, et la barbarie est venue souiller un des endroits qui m’est le plus cher au monde.

Deux ans après, je n’oublie pas. Je n’oublierai jamais.

En ce jour de novembre gravé dans ma mémoire, la douceur, l’art, la beauté, l’amitié et le partage sont plus que jamais ce dont j’ai besoin. C’est toujours avec l’espoir que la joie et l’amour triomphent sur la haine et la terreur que je continue à écrire. A me rendre à des concerts. A partager. A rêver.

En ce jour de novembre, j’ai donc choisi de partager avec vous une chanson libre comme l’air. Une chanson évanescente et magnifique. Elle est l’oeuvre de l’un des artistes les plus chers à mon coeur, le talentueux songwriter américain Kramies. Et elle est de toute beauté. Lire la suite

Publicités

MOLLY BURCH Please Be Mine

Peut-on encore écouter des chansons d’amour quand on a le coeur brisé ? L’impression qu’on ne pourra plus jamais aimer. Plus jamais donner son coeur à nouveau. Ce coeur en mille morceaux.

J’ai découvert Molly Burch il y a quelques jours, à l’occasion d’une soirée de concerts à l’Espace B. Ses compositions au croisement de la folk, de la country et du jazz, loin de ma sensibilité musicale, n’avaient, sur le papier, rien pour me plaire. Et pourtant, de sa voix chaude, profonde et habitée, elle m’a littéralement bouleversée.

Molly Burch chante les histoires d’amour. Elle chante aussi les coeurs brisés. Et elle le fait avec une sensibilité et un talent remarquables.  Lire la suite

DRY THE RIVER Shallow Bed

dry-the-river_shallow-bed

A l’heure où mon coeur n’en finit plus de jouer aux montagnes russes.

A l’heure où mon corps me rappelle sans cesse les blessures que mon âme tente d’oublier.

A l’heure où la brume semble ne jamais finir de se faire plus épaisse.

A l’heure où l’on a si mal qu’on en oublie de respirer.

Il reste la musique.

Celle qui transporte loin.

Celle qui fait oublier les chagrins.

Celle qui rappelle les belles choses.

Celle qui redonne du souffle.

Celle qui sauve la vie.

Du fond des tempêtes, des douleurs et de mon coeur détraqué, j’ai trouvé récemment le disque parfait pour traverser les jours sombres. Il s’appelle « Shallow Bed », il est le premier album d’un groupe britannique que j’ai découvert alors qu’il n’existait déjà plus. Et il a le pouvoir de faire se dissiper la brume.

Pour ne pas se laisser engloutir.

Pour regarder le bord du gouffre, yeux grands ouverts, et continuer d’avancer.

Pour se dire que, quels que soient les obstacles à surmonter, il y a une lumière au bout du chemin. Et que la vie est trop précieuse pour oublier de se battre pour elle, et d’en savourer les belles choses. Lire la suite

CAT POWER Maybe Not

cat-power_you-are-free

Parfois, lorsque je choisis la petite douceur à partager avec vous chaque mois, j’aime aller piocher dans de vieux albums… J’y trouve l’occasion de réécouter un morceau qui fut un temps la star de ma chaîne hifi, le plaisir de redécouvrir une beauté oubliée. Il y a quelques jours c’est une sublime pièce de l’américaine Cat Power qui est revenue hanter mon esprit. Belle, minimaliste et dépouillée, elle est une petite douceur parfaite pour ce mois de janvier.

Lire la suite

Top Concerts 2016

Explosions In The Sky_Trianon_09.06.2016_Totoromoon (2)

Parce que, pour moi, rien n’égale la musique live. Parce que, comme je vous le confiais dans mes mots pour Paris au lendemain des attentats de novembre (ici) et de nouveau cette année, une salle de concert restera toujours l’un des endroits sur terre où je me sens le mieux. L’endroit où les émotions sont les plus simples et les plus intenses à la fois. Dans le scintillement des guitares, dans les sourires des musiciens, dans les notes qui s’envolent.

Cette année a été riche pour moi de très nombreux et très beaux concerts. Vous pouvez tous les retrouver sur la page « Concerts » du blog, avec les liens vers mes live reports. Aujourd’hui, j’ai choisi de revenir sur les 3 plus grands moments de musique live qui ont marqué mon année 2016. 3 moments différents mais chacun inoubliable à sa façon. Lire la suite

LAISH Pendulum Swing

laish_pendulum-swing

Arrêtez tout. Eteignez la télévision et la radio. Cessez de lire les journaux. Faites taire les mille pensées agitées qui se bousculent. J’ai trouvé le remède magique pour faire « pause » au milieu du tourbillon de la vie. Oublier tout, l’espace de quelques instants. Ne plus penser à rien. Et n’avoir plus qu’une seule envie, celle de se mouvoir doucement au rythme de la musique dans son salon.

Il s’appelle « Pendulum Swing », il est signé par Laish, et il est le disque le plus parfait pour illuminer cette fin d’année. Une pépite à la croisée de la folk et de la pop, qui fait danser la mélancolie avec brio. A savourer de toute urgence. Lire la suite

TALITRES fête ses 15 ans à La Maroquinerie

15-ans-talitres_maroquinerie_10-11-11

Talitres, le plus élégant des labels français, fondé par Sean Bouchard, fêtait il y a quelques jours ses 15 ans. Ce label, qui développe un catalogue à la croisée des musiques pop et folk, et pour lequel la seule exigence est de défendre les artistes « qui parlent à nos oreilles et qui secouent notre coeur » est un de mes labels préférés, et ce depuis l’aube des années 2000. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il est un label dont les choix parlent à mon coeur, et qu’il a permis, entre autres merveilles (The National, The Walkmen et Motorama par exemple), la diffusion de deux des groupes les plus fantastiques qui soient à mes yeux : Flotation Toy Warning, dont les mélodies enchanteresses ont illuminé le pluvieux samedi normand où je me suis mariée, résonnant dans la petite mairie de bord de mer, et I Like Trains, dont les compositions n’en finissent pas de captiver mes songes et dont chaque concert demeure parmi les moments les plus magiques qui soient dans mes souvenirs.

Alors quand, un jour, j’ai reçu un mail d’Edouard, nouveau chargé de développement chez Talitres, me proposant une collaboration entre mon petit blog et ce beau label, j’étais tellement heureuse que j’en suis restée muette. Sidérée devant l’écran de mon ordinateur. Un sourire bête et béat coincé au coin des lèvres. Peut-être que je ne devrais pas vous raconter cela. Peut-être que cela ne fait pas très « professionnel ». Mais c’est ainsi. Totoromoon est un blog que j’ai créé il y a 4 ans pour partager ma passion pour la musique, celle qui secoue mes émotions, celle qui ensoleille mon quotidien, et cette rencontre avec Edouard et avec le label que j’admire le plus en France est la preuve que d’une passion entretenue sans grandes ambitions mais avec cette flamme au fond de soi peuvent naître de grands bonheurs. Et je suis heureuse de partager avec vous ces petits papillons que j’ai la chance de recevoir dans le coeur grâce à mon blog, et grâce à vous qui le lisez et l’aimez.

Totoromoon a donc eu la chance de faire partie des invités à l’anniversaire de Talitres, célébré lors de plusieurs soirées organisées les 9 et 10 novembre à Paris, puis les 11 et 12 novembre à Bordeaux. Ces soirées réunissaient des artistes talentueux du label, venus présenter leurs nouveaux opus, et marquaient également le grand retour sur scène de mes héros rêveurs et inclassables de Flotation Toy Warning. Des soirées qui, pour ceux qui ont eu le plaisir d’y assister, sont déjà gravées dans les mémoires. Lire la suite

JOE SAMPSON Songs Of Delay

Joe Sampson_Songs Of Delay

Il y a le monde, il y a la vie, il y a l’amour.

A entretenir, à choyer, à chérir.

Il y a les tumultes du monde, il y a les tumultes de la vie, il y a les tumultes de l’amour.

Il y a les épreuves, les douleurs, les déceptions.

Les chagrins.

A affronter, à surmonter, à digérer.

Et puis il y a les instants de légèreté, les instants de douceur, les instants de poésie.

Les bonheurs simples et ceux qui soulèvent le cœur.

Les espoirs lumineux.

A créer, à multiplier, à savourer.

Au creux de mon été de bord de mer, j’ai choisi avec soin la traditionnelle petite douceur que j’ai à cœur de vous offrir chaque mois. Elle est une bouffée de cette légèreté, de cette tendresse et de cette poésie dont j’ai plus que jamais besoin ces derniers temps pour ensoleiller mon quotidien. Une bouffée qui, je l’espère, ensoleillera aussi un peu le vôtre. Lire la suite

BEARS OF LEGEND au Pan Piper

Bears Of Legend Pan Pier 02.04.2016 Totoromoon (1)

Il a quelques semaines, je vous parlais du très joli deuxième album des québécois de Bears Of Legend (ma chronique de « Ghostwritten Chronicles » à lire ou à relire). Un album inclassable, à la croisée du folk, du rock progressif, de la musique traditionnelle et de la musique classique. Un album en forme d’invitation au voyage, porté par de nombreux instruments et des orchestrations originales et majestueuses.

J’ai eu la chance, le mois dernier, de pouvoir assister au premier concert du groupe en France. C’était à Paris, au Pan Piper, et c’était une très jolie soirée. Petite parenthèse poétique et rempart à la pluie qui n’avait cessé de tomber depuis des jours. Lire la suite

GRAPES Grapes

Grapes_Totoromoon

Parfois, quand je regarde autour de moi et que je vois les pratiques du monde moderne, je me dis que je dois faire partie d’un monde un peu désuet. Un monde dans lequel on va voir les films AU CINEMA, un monde dans lequel on achète encore DES DISQUES, un monde dans lequel on écoute ses disques sur SA CHAINE HIFI ou, si on a la chance d’en avoir encore une en état de fonctionnement (ce qui n’est plus mon cas), sur sa platine vinyle. Tout comme j’aime l’émotion et la joie chaleureuse d’une salle de concert, j’aime l’atmosphère et l’intimité d’une salle obscure pour découvrir un film, j’aime acheter les disques des artistes qui me font du bien aux tympans, et j’aime les écouter en boucle dans ma chaîne hifi. Oui, en boucle, pour le plus grand malheur de celui qui partage ma vie (« Tu ne viens pas déjà de l’écouter celui-là ? Oui mais je l’aime, je l’écoute encore »). Bien sûr, j’aime aussi emporter mes disques avec moi dans mon baladeur MP3, pour pouvoir les écouter n’importe où, et je reconnais les avantages de la dématérialisation, qui permet aussi à certains jeunes artistes de se faire connaître sans forcément presser de disque. Mais je trouve que télécharger à gogo et engloutir à gogo font perdre le goût de savourer pleinement les choses. Dans ce monde où tout va toujours trop vite, j’aime prendre le temps d’observer sous toutes les coutures la pochette d’un disque, puis j’aime me poser et écouter, les yeux fermés, la musique qui parle à mon âme.

Ainsi, c’est toujours un bonheur incommensurable pour moi de découvrir un disque que j’attendais. Et je me sens toujours chanceuse quand j’en reçois un en cadeau dans ma boîte à lettres. Et quand je parle de boîte à lettres, je parle de la vraie, celle qui s’ouvre avec une petite clé, pas celle qu’on ouvre en cliquant sur sa souris. Quand, en plus, le disque est accompagné d’un gentil petit mot, inutile de dire que je suis aux anges.

Le dernier arrivé dans ma boîte à lettres, c’est le joli EP de Grapes. Aussi joli sur sa pochette que dans la musique qu’il déploie. De sa forêt d’automne et de sa pop douce-amère, il m’a ravit les yeux et les tympans. Et je vous invite vivement à le découvrir. Lire la suite