ONE HOUR BEFORE THE TRIP Boarding Pass

One Hour Before The Trip

Dans ce monde où écouter les infos a de quoi faire déprimer un troupeau de madones pour le restant de ses jours, et où la vie se régale à nous apporter son lot de bâtons-dans-les-roues, se réjouir de gestes délicats et de bonheurs simples est salutaire. C’est en tout cas un de mes mantras. Cela me vaut parfois la moquerie de certains. Car oui, quand une chose me plaît, qu’il s’agisse de grande ou de petite chose (un gentil message, un beau concert, un nouveau groupe de musique talentueux, un livre intéressant, une bonne part de cheesecake…), j’aime la savourer jusqu’à la moëlle, j’aime m’en réjouir plus que d’ordinaire, j’aime la partager avec enthousiasme. A grands renforts de superlatifs grandiloquents et de symboles « coeur ».

Aux yeux de certains, je passe en cela souvent pour une nunuche exaltée, une frivole qui donne de sa vie l’image d’un monde de Bisounours. N’en déplaise aux grincheux et autres adeptes de la retenue tiède et du « non-engouement », mais j’ai beau avoir 36 ans, la vie m’a déjà suffisamment malmenée pour que je sois bien consciente que nous ne vivons pas dans le monde des Bisounours, et pour autant, j’aime répandre chaque fois que je le peux de la bienveillance, des mots doux et enjoués, et des « coeurs », des multitudes de « coeurs », sur le monde qui m’entoure. C’est comme ça. Je veux bien passer pour une nunuche exaltée si c’est le prix à payer. Qu’on se le dise.

Ainsi, quand j’ai reçu le colis de One Hour Before The Trip, venu tout droit d’Athènes, j’étais contente et j’ai répandu de la grandiloquence exaltée à foison. Je vais continuer à le faire dans cet article. Comme j’ai à coeur de toujours le faire sur ce blog en ne partageant que la musique et les artistes qui me touchent et dont j’ai envie de parler parce qu’ils rendent ma vie plus belle… et je l’espère la vôtre aussi, de temps en temps, au gré de partages musicaux.

One Hour Before The Trip est un groupe de post-rock grec dont le dernier album, paru en décembre 2015, aurait pu être très bien classé dans mon Top Post-Rock de fin d’année si je l’avais découvert avant. Mais comme il n’est jamais trop tard pour découvrir de la belle musique, voici une petite session de rattrapage pour ceux qui, comme moi, auraient manqué ce bel opus au moment de sa sortie.

Attention : « Boarding Pass » pourrait réussir la prouesse de vous faire danser sur du post-rock.

Lire la suite