BRUIT ≤ Monolith

Il est un type de son au pouvoir évocateur si fort qu’il parvient à s’ancrer en soi dès l’instant où il y résonne. Comme s’il arrivait au bon moment. Ce moment propice au jaillissement d’une émotion qui n’osait pas s’exprimer. Retenue là, pudiquement. Jusqu’à l’apparition de ce son, à la fois nouveau et déjà familier, qui balaie la pudeur. Qui vient caresser l’âme dans un murmure, et saisir le corps dans une tonitruance éclatante.

Ce moment du lâcher prise, de l’abandon.

Ce moment, ce fut pour moi celui de ce matin d’octobre, lorsque j’ai découvert la première captation live de BRUIT ≤. Il était tôt, je partais travailler. Dans le bus, j’ai mis mon casque, et lancé la vidéo. Et, tout à coup, c’est comme si j’avais été seule au monde. Durant ces 13 minutes de musique sans paroles. Le son m’a saisie. L’image m’a hantée. C’est à peine si j’ai senti les premières larmes. Elles sont venues l’air de rien. Autour de la cinquième minute, là où les notes du violoncelle se distordent. Là où les violons se mêlent aux percussions dans une plainte magnifique. Et puis, elles se sont mises à couler à flot. Là où les guitares saturent dans des murs de vibrations intenses. Là où les corps se plient pour ne faire plus qu’un avec leurs instruments. Là où toutes les cordes semblent pleurer à leur tour.

BRUIT ≤ est un quatuor de musique instrumentale né à Toulouse. Il vient de donner le jour à son premier opus, « Monolith ». Ici se marient post-rock, éléments électroniques et arrangements classiques. Une fulgurance de beauté intense et saisissante, à découvrir absolument. Lire la suite

Publicités

TANGLED THOUGHTS OF LEAVING No Tether

Intérêts musicaux : « Magnets, dinosaures, rêves dans lesquels on monte des dinosaures. » Ainsi Tangled Thoughts Of Leaving se présente-t-il sur sa page Facebook. Une description d’intérêts parfaitement adéquate avec la musique à la fois déconcertante et captivante du groupe.

Il y a de cela trois ans, je vous parlais de ma découverte de Tangled Thoughts Of Leaving (ma chronique de cette rencontre à retrouver ici). Alors qu’il fête cette année les dix ans de son tout premier EP, le quartet australien vient de donner le jour à un nouvel album. Avec « No Tether », Tangled Thoughts Of Leaving explore encore de nouveaux horizons, repoussant plus loin les limites de ses expérimentations sonores. Entre post-rock, post-metal, noise, jazz et musique expérimentale, un disque intense et saisissant, à découvrir. Lire la suite

ESMERINE Mechanics Of Dominion

Formation née en l’an 2000 à Montréal, à l’initiative de Bruce Cawdron (Godspeed You ! Black Emperor) et Rebecca Foon (Silver Mt Zion), Esmerine a donné le jour il y a quelques mois à son sixième album. « Mechanics Of Dominion » aurait été fort bien placé dans mon top des meilleurs albums de 2017, si seulement je l’avais écouté plus tôt… Mais comme il n’est jamais trop tard pour parler de belle musique, voici une session de rattrapage pour ceux qui, comme moi, seraient passés à côté de cette sortie.

A la croisée de la musique classique, du jazz, du post-rock, ou encore de la musique expérimentale et de la folk, Esmerine continue de créer un genre à part entière. Le concept est unique et son exécution sans faille. Inclassable et délectable à souhait. Lire la suite

BLONDE REDHEAD 3 O’Clock au Trianon

Blonde Redhead est certainement l’un des groupes les plus troublants qui me soit donné d’aimer. Naviguant d’un noise rock débridé à une pop gracieuse, d’une voix féminine à une voix masculine, le trio new yorkais aime brouiller les pistes, expérimenter et déconcerter. Et il le fait avec un talent qui prend tout son sens sur scène, où il excelle à distiller un son inimitable.

La japonaise Kazu Makino, et les jumeaux italiens Amedeo et Simone Pace étaient de retour à Paris le 1er mars pour fêter leurs 20 ans de carrière et la sortie de leur nouvel EP, « 3 O’Clock ». Un moment d’une intensité qui a semblé faire se suspendre le temps. Brillant. Lire la suite

BLONDE REDHEAD Barragán

Blonde Redhead_Barragan

C’est de la rencontre de deux jumeaux italiens et d’une étudiante en art japonaise qu’est né Blonde Redhead, il y a 20 ans, à Manhattan. Le trio new yorkais nous a, depuis, gratifiés de huit albums toujours singuliers, allant du rock débridé à la pop gracieuse.

Le sublime « Misery Is A Butterfly », paru en 2004, continue depuis 10 ans à tourner régulièrement dans mon baladeur MP3, sans prendre une ride.

Il y a quelques jours, est paru « Barragán », neuvième album du groupe. Ici, le trio a troqué les guitares abrasives de ses débuts contre une instrumentation plus minimaliste faisant cohabiter guitares éthérées, flûte et clavecin. Quelques touches électroniques viennent agrémenter l’ensemble. Les compositions s’épanouissent dans une atmosphère de simplicité presque déconcertante, qu’il faut apprivoiser à mesure de l’écoute. Fragiles, inspirées, elles sont riches d’expérimentations subtiles et audacieuses. Lire la suite

Soirée Post-Rock/Shoegaze au Point Ephémère

Point Ephémère 25 avril 2014

Il y a quelques jours, une nouvelle très belle soirée musicale était organisée par Kongfuzi au Point Ephémère, avec une affiche faite pour ravir les amateurs de mouvements musicaux transcendant les étiquettes, entre rock, post-rock, shoegaze, musiques originales et inclassables. Lire la suite