UNTITLED WITH DRUMS Hollow

Il est parfois des disques qui arrivent à point nommé dans nos vies. Mettant des sons et des voix sur nos émotions. Traduisant en note à la perfection notre état du moment, et les mots parfois coincés là.

« Hollow », premier album d’Untitled With Drums, fait partie de ces disques arrivés à point nommé dans ma vie. De ceux qui parviennent à mettre en musique ce qui est là, à la fois tout au fond et tout prêt à surgir. A le faire sortir de moi. A le faire hurler. Puis à l’apaiser. Quand ressurgissent les torrents de larmes, les angoisses et la rage enfouis. Quand, une fois encore, la tempête en moi vient torpiller le calme que je m’évertue à garder.

Ce calme que je tente de conserver à grand peine depuis plusieurs jours, terrée dans mon petit studio sur les toits de Paris, yeux rivés vers le ciel pour ne pas perdre pieds, en ne cessant de penser à ceux qui, aujourd’hui, se battent plus que jamais pour sauver des vies, et dont mes frères et soeurs, notamment, font partie.

Untitled With Drums, ce sont cinq musiciens de la scène rock clermontoise. Ils écoutent Slint, Failure et Cave In. Ils aiment le rock alternatif, la noise des années 90 et le post-rock. Et ils parviennent avec talent à faire se marier ces genres dans un album tendu sur le fil de compositions aussi écorchées que subtiles, dont les voix faites à la fois de douceur et de rage viennent m’aider, mieux qu’aucunes autres, à faire sortir de moi tout ce qui a besoin de l’être ces jours-ci. Et j’espère qu’elles sauront avoir cet effet salvateur sur vous aussi.

Lire la suite

NICK CAVE & THE BAD SEEDS Love Letter

Nick Cave, pour moi, c’est un peu comme Depeche Mode ou The Cure. J’ai l’impression de l’avoir toujours connu. Il faisait partie de ces artistes aux voix devenues familières, que me faisait écouter mon grand frère en me mettant le casque de son walkman sur les oreilles. Je m’apprêtais à avoir 5 ans quand « From Her To Eternity » a vu le jour. C’était en juin, il y 35 ans. Je m’apprête à présent à souffler mes 40 bougies, et il est toujours là, se rappelant régulièrement à mes souvenirs. Sa voix ténébreuse à nulle autre pareille. Ses orchestrations sophistiquées. Le lyrisme de ses compositions. L’émotion au bout de chaque note.

Je me suis récemment replongée dans « No More Shall We Part », bel opus paru en 2001. J’y ai trouvé la douceur chaude et romantique en accord parfait avec ce mois de juillet. J’espère que vous l’aimerez autant que je l’aime. Lire la suite

PUBLIC SERVICE BROADCASTING à La Maroquinerie

Public Service Broadcasting Maroquinerie 05.03.2016 Totoromoon (2)

Il y a encore quelques semaines, je ne connaissais pas Public Service Broadcasting. C’était avant qu’un de mes amis, amateur de bonne musique, ne partage l’affiche de la tournée du groupe sur son Facebook en écrivant : « Je sais où je serai le 5 mars ». Intriguée, je clique, j’écoute… et j’adore.

Public Service Broadcasting, c’est un duo londonien au look de nerds, s’amusant à mettre en musique des images d’archives britanniques en officiant dans un joyeux mélange d’électro psychédélique, de rock et de post-rock. Un projet original, audacieux et hautement vitaminé.

Le 5 mars, le duo faisait escale à Paris, à La Maroquinerie, pour une soirée qui a réussi l’exploit de me faire quitter mon chez-moi en plein coeur d’un week-end glacé, et de me faire danser à en oublier tout. Absolument tout. Lire la suite

ELECTRELANE Bells

electrelane

Aujourd’hui, comme tous les ans, c’est mon anniversaire. Et, comme tous les ans, je n’en fais qu’à ma tête. C’est ma journée de gâtée-pourrie.

Et il y a un groupe électrisant que j’aime écouter très fort en ce jour spécial, un groupe cher à mon coeur : Electrelane, mes héroïnes rock. Lire la suite