! 600e ! LOUIS JUCKER Kråkeslottet

La vie en noir et blanc.

Il y a les jours noirs. Noirs dehors et noirs dedans. Les jours où j’ai envie de tout envoyer valser. Roulée en boule, larmes dégoulinantes, dans l’obscurité. Les jours de blessures trop vives, de passé trop lourd et d’avenir trop flou.

Il y a les jours blancs. Blancs dehors et blancs dedans. Les jours où j’ai envie de tout croquer. Combinaison à fleurs, soleil au zénith et parfum de muguet. Les jours d’espoirs fous, de sourires au coeur et de rêves éveillés.

Du blanc au noir, du noir au blanc. Palpiter. Tomber. Recommencer. Vivre. Vibrer.

Parfois, j’aimerais bien du gris. Je me dis que ça doit être reposant, le gris. Mais au bout du compte, j’en reviens toujours à la saveur intense et contrastée du noir et blanc, même si c’est épuisant.

En musique, c’est pareil. Je tombe d’amour pour les artistes qui parviennent à marier le noir au blanc. Ceux qui savent manier les paradoxes, et mettre des notes troublantes sur mes jours en clair-obscur. Louis Jucker est de ceux là. Echappé de Coilguns et de son punk hardcore de prédilection, le musicien suisse aux multiples projets a récemment donné le jour à des compositions tendues sur un fil. A la fois lentes et urgentes. Intimes et vibrantes. Ecorchées vives et d’un calme olympien.

« Kråkeslottet », le « château du corbeau », est le 600e article que j’écris sur ce blog. Du souffle du vent au froissement d’une bobine qui se déroule, du piano à la cithare, de la machine à écrire à la guitare, il est un album qui semble vouloir à la fois se détacher du temps et le capturer l’espace d’un instant. Triste et lumineux, à fleur de peau, perpétuellement au bord de la rupture, il est venu résonner en moi à m’en faire peur. Et j’espère que vous l’aimerez autant que je l’aime. Lire la suite

Publicités

CAR CRASH WEATHER Secondary Drowning

Ma première rencontre avec les Suisses de Car Crash Weather a eu lieu l’année dernière, à l’occasion de leur prestation à la première édition du Festival Post In Paris. Je me souviens de la bonne humeur communicative du groupe, et de l’ambiance chaleureuse et enjouée qu’il avait répandu à bonheur dans la salle. A l’époque, il n’avait qu’un petit EP à son actif, mais ses compositions faisaient déjà preuve sur scène d’une belle maturité. Au début du printemps, Car Crash Weather a dévoilé « Secondary Drowning », un premier album original et savoureux, à découvrir. Lire la suite

PETER KERNEL The Size Of The Night

Il y a quelques mois, Peter Kernel était de retour avec « The Size Of The Night ». Plus inclassable et plus insaisissable que jamais, le nouvel opus du duo suisse est venu dès sa sortie se positionner tout droit dans le top de mes coups de coeur rock de l’année. Depuis de longues semaines, à la faveur d’écoutes successives et d’un concert mémorable du groupe au Point Ephémère, il n’en finit pas me réjouir les tympans. Encore et encore. Un merveilleux album à découvrir. Lire la suite

MAIAK A Very Pleasant Way To Die

Maiak_A very pleasant way to die

Voilà sans nul doute un autre bel album qui aurait pu trouver sa place dans mon Top Post-Rock 2015 si je l’avais découvert plus tôt. « A Very Pleasant Way To Die » de Maïak est en effet un album savoureux, explosif et sombre, qui transporte dès la première écoute, puis qui gagne en profondeur d’écoute en écoute. Si vous ne le connaissez pas encore, je vous le recommande chaudement. Lire la suite