Top Post-Rock 2017

Pour tous les amoureux de post-rock et pour ceux qui voudraient découvrir ce genre musical qui continue toujours plus de me ravir, voici ma sélection de quelques-unes des magnifiques pépites dévoilées cette année… 20 albums de tous horizons et 5 EP made in France, qui m’ont touchée au coeur, à découvrir ou redécouvrir.

Les albums :

1. ALBUM POST-ROCK DE L’ANNÉE : Silent Whale Becomes A Dream « Requiem » – France (ma chronique ici) ♥
Après de longues années de labeur, dans l’ombre et le silence, Silent Whale Becomes A Dream est de retour. L’aura de mystère qui l’entoure est intacte. Et sa légende n’en est que plus grande. Avec « Requiem », Silent Whale Becomes A Dream se rend digne de l’attente qu’il a suscité, et signe non seulement un retour réussi, mais aussi ce qui restera, sans conteste, l’un des plus beaux albums post-rock de cette décennie.

2. Do Make Say Think « Stubborn Persistent Illusions » – Canada (ma chronique ici)
Après huit ans d’absence, le groupe qui a choisi son nom en répétant dans une école dont les murs étaient peints de quatre verbes fondamentaux, « Do », « Make », « Say », « Think », est de retour. Et il n’en finit jamais de créer des merveilles. En témoigne cet unique et superbe « Stubborn Persistent Illusions », paru sur le fameux label Constellation Records. Un album époustouflant, à savourer de toute urgence.

3. Godspeed You ! Black Emperor « Luciferian Towers » – Canada (ma chronique ici)
Godspeed You ! Black Emperor est de retour avec « Luciferian Towers ». Dès la première écoute, cet album est venu se placer pour moi au sommet de la discographie du groupe. Ici, la révolte est toujours furieuse, et furieusement belle, mais elle se teinte d’un rayon de lumière, trait d’espoir qui magnifie l’ensemble et le rend plus somptueux que jamais. Sublime.

4. We Stood Like Kings « USA 1982 » – Belgique (ma chronique ici)
Après le superbe « USSR 1926 », mes post-rockeurs belges préférés étaient de retour au début de l’automne avec un nouvel album. « USA 1982 » est la mise en musique du film culte américain « Koyaanisqatsi » et il est, une fois de plus, une nouvelle pépite sortie tout droit du talent de We Stood Like Kings. Sans nul doute l’un des plus beaux albums de l’année.

5. Blak « Between Darkness And Light » – Espagne (ma chronique ici)
Blak compose entre lumière et obscurité, comme l’annonce le titre de ce premier album si justement nommé. Sa pochette, aux couleurs d’un arc-en-ciel tâché de noir, donne également le ton de ce qui se révélera n’être autre qu’un bijou de compositions délicieusement dramatiques et intenses. « Between Darkness And Light » est paru sur l’excellent label suisse Elusive Sound (Glasir, Silent Whale Becomes A Dream…), et il est à découvrir de toute urgence. Un de mes coups de coeur de l’année.

6. This Patch Of Sky « These Small Spaces » – Etats-Unis (ma chronique ici)
« We play music without words to communicate without language. » Les post-rockeurs américains à la devise la plus parlante du courant musical qui leur est cher sont de retour avec « These Small Spaces », leur troisième album. Avec ce nouvel opus, This Patch Of Sky prouve une fois de plus que sa musique n’a pas besoin de mots. Expressive, gorgée d’émotions, elle parle magnifiquement d’elle-même. Une nouvelle beauté à découvrir.

7. Glacier « Though Your Sins Be As Scarlet, They Shall Be White As Snow ; Though They Be Red Like Crimson, They Shall Be As Wool » – Etats-Unis (ma chronique ici)
Quintet né à Boston en 2012, passionné de sons lourds et graves, Glacier a donné le jour au début de l’été à un nouvel album. Deux titres pour 30 minutes de musique en forme de vague écrasante, engloutissant la lumière et l’espoir sur son passage pour ne laisser place qu’à l’obscurité. Plus noir, plus intense, mais aussi plus cathartique que jamais. Une merveille.

8. Appalaches « Cycles » – Canada (ma chronique ici)
Trois ans après le réussi « Mòn », les post-rockeurs québecois d’Appalaches sont de retour. La line up du groupe a changé, mais « Cycles » est aussi réussi que son prédécesseur. Un très bel album de post-rock atmosphérique à découvrir.

9. Heron « You Are Here Now » – Etats-Unis (ma chronique ici)
Quatuor venu de Pennsylvanie, Heron a donné le jour à « You Are Here Now », son premier opus, au début de l’année. Il concentre tous les ingrédients du plus pur et éthéré des post-rock à percussions et à guitares, et il m’a touchée droit au coeur.

10. Behind The Shadow Drops « Harmonic » – Japon (ma chronique ici)
« Harmonic » conjugue le talent de trois musiciens de caractère. Taka, maître d’oeuvre de Mono, s’adjoint en effet ici le concours de John McEntire, batteur de Tortoise, mais aussi d’Helen Money, violoncelliste de l’extrême. Ensemble, ils développent un univers mêlant aussi bien le post-rock et l’ambient, que la musique classique et le trip-hop. Un très bel opus à savourer.

11. Glories « There Is No Stillness » – Etats-Unis (ma chronique ici)
Glories est un collectif américain né en 2011 en Alabama. Il vient de donner naissance à son troisième album, « There Is No Stillness ». Un album aux compositions de post-rock instrumental à haut pouvoir émotionnel, à découvrir absolument.

12. Flyingdeadman « 56 Seasons » – France (ma chronique ici)
Avec talent et sans faire de bruit, le duo français Flyingdeadman continue sa route. Premier album paru en 2017 chroniqué chez Totoromoon, « 56 Seasons », troisième album du groupe, est une merveille de post-rock en clair-obscur… parfait pour bien commencer l’année.

13. And So I Watch You From Afar « The Endless Shimmering » – Irlande (chronique et live report ici)
Deux ans après le réussi « Heirs », les Irlandais d’And So I Watch You From Afar sont de retour avec un nouvel album, intitulé « The Endless Shimmering ». Toujours aussi furieusement endiablé, ce cinquième opus se place dans la belle lignée de ses prédécesseurs, prenant tout son sens scène, où le groupe continue d’exceller.

14. Ranges « The Ascensionist » – Etats-Unis (ma chronique ici)
Quintet américain né en 2013 dans le Montana, Ranges déploie un post-rock instrumental tout en délicatesse, en lumière et en belles émotions. Le groupe a donné naissance cette année à « The Ascensionist », nouvel album savoureusement construit et terriblement efficace, à découvrir.

15. The Random Monsters « Going Home » – France (ma chronique ici)
Il fut un été où je vous parlais d’une ballade mélancolique à la voix déchirante qui m’avait envoûtée, intitulée Up In The Sky. Il fut un printemps où je vous parlais d’un bel EP de post-rock sombre et intense, intitulé « We Pretend It’s All Right ». Il est à présent un hiver où je suis heureuse de vous parler du nouvel album du jeune groupe auquel nous devons les deux précédentes réussites, le talentueux The Random Monsters. Le quatuor parisien est de retour avec « Going Home », un opus plus sombre et plus savoureux que jamais. A découvrir de toute urgence.

16. Balmorhea « Clear Language » – Etats-Unis (ma chronique ici)
Avec « Clear Language », les post-rockeurs texans de Balmorhea habillent leurs sonorités post-rock et folk de teintes électroniques vaporeuses et éthérées. Un album en forme de bulle de douceur à savourer.

17. I/O « Anyone, Anywhere » – Etats-Unis (ma chronique ici)
Comme il l’avait fait avec son réussi premier album, « Saudade », I/O revient avec « Anyone, Anywhere » livrer un post-rock à la fois aérien et puissant, riche de sens et de belles cavalcades d’émotions. A savourer sans modération.

18. In Lights « This Is How We Exist » – Etats-Unis (ma chronique ici)
In Lights a vu le jour en Californie durant l’été 2014. En 2015, le groupe donne naissance à un premier EP éponyme, puis se lance dans la composition de son premier album. Deux guitares, une basse, une batterie et un violon, telle est la recette de ce jeune quintet. La musique comme célébration de l’existence, telle est sa devise. « This Is How We Exist » est un très bel album à savourer.

19. Astralia « Solstice » – Espagne (ma chronique ici)
Astralia est né en 2010 à La Floresta, petite commune de Catalogne. Déjà à l’origine de deux albums, le trio de post-rockeurs vient de donner le jour à son troisième opus, « Solstice », paru chez Aloud Music. C’est avec ce nouvel album que j’ai découvert le groupe et, de son post-rock atmosphérique et intense, il m’a tout de suite conquise.

20. IIAH « Distances » – Australie (ma chronique ici)
Moins de deux ans après un premier album éponyme prometteur, le quatuor australien Iiah est de retour avec « Distances », nouvel album aussi savoureux que singulier. Iiah (prononcer « aïa ») se situe à la croisée du rock et du post-rock, là où une voix originale et profonde accompagne de longues plages de guitares atmosphériques. De toute beauté.

… … …

Les EP :

1. EP POST-ROCK DE L’ANNÉE : Hors Sujet « Seuls les moins humbles en hériteront » – France (ma chronique ici) ♥
Projet solo intimiste et envoûtant du toulousain Florent Paris, Hors Sujet était de retour cette année avec un nouvel EP. Alors que son précédent disque avait déjà été élu en 2016 « Meilleur EP de l’année » chez Totoromoon, ce nouvel opus, intitulé « Seuls les moins humbles en hériteront », confirme la place de choix que la musique de Hors Sujet occupe dans mon coeur. Chaque nouvelle création de l’artiste toulousain est un nouvel enchantement. Une nouvelle splendeur fulgurante, qui va droit me toucher à l’âme. Sombre. Belle. Parfaite.

2. Féroces « Victor » – France (ma chronique ici)
« Nous sommes Féroces – Personne ne chante, Personne ne danse. » Le trio bisontin Féroces, dont je vous ai déjà parlé longuement à l’occasion de la sortie de son premier excellent EP l’année dernière, a donné le jour cette année à un nouvel opus. Il s’appelle « Victor » et il est aussi réussi que son prédécesseur. Un petit disque fort et mélancolique, où post-rock et cinéma français se marient à bonheur. A découvrir de toute urgence.

3. The Chapel Of Exquises Ardent Pears « Torque Madra » – France/Angleterre (ma chronique ici)
En novembre 2016, les Anglais de Stems et les Français d’Anathème se retrouvaient de nouveau pour jouer ensemble. De cette journée de rencontre musicale, naissait The Chapel of Exquises Ardents Pears et son premier EP « TorqueMadra ». Un petit quatre titres de 21 minutes dont le seul défaut est d’être trop court. Ici, la beauté néo-classique de Stems se marie à bonheur au post-rock lumineux d’Anathème.

4. Red Forest « Icarus Fall » – France (ma chronique ici)
Les post-rockeurs normands m’avaient déjà conquise avec leurs deux précédents EP. Ils sont revenus cette année avec « Icarus Fall », un opus délicieusement épique, qui est venu m’irradier les tympans de sa force sauvage à la perfection. Montez très fort le son. Je vous le recommande vivement.

5. Hope & Black Cloud « Hope & Black Cloud » – France (ma chronique ici)
Né à Lille en 2014, Hope & Black Cloud est un jeune groupe de passionnés qui prouve une fois encore que le post-rock instrumental français a de belles heures devant lui. Trois guitares, une basse, une batterie, et des nappes de claviers aériens forment les ingrédients d’une recette déjà joliment maîtrisée et savoureuse. Leur premier EP éponyme est paru cette année, et je vous le recommande chaudement.

… Et une mention spéciale pour la réédition du superbe album « By The Third Sea » de Vinc2, merveille de beauté et d’apaisement rééditée chez Fluttery Records cette année (ma chronique à retrouver ici).

Très belle année 2018 à tous, et merci d’être de plus en plus nombreux à suivre et à aimer Totoromoon.

De la musique, de l’amour et de la douceur à foison pour chacune et chacun de vous,

Eglantine / Totoromoon

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.